Tuberculose (TB)

Foire aux questions sur la tuberculose ultra-résistante

Foire aux questions

1. Qu’est-ce que la tuberculose ultra-résistante (TB-UR)?

XDR-TB est l'abréviation anglaise pour la tuberculose ultra-résistante (tuberculose-UR). Une personne sur trois dans le monde est infectée par des germes de TB dormants (ex.: les bactéries de TB). C’est seulement quand les bactéries deviennent actives que les gens développent la tuberculose. Les bactéries deviennent actives à la faveur de tout ce qui peut réduire l’immunité de la personne, comme le VIH, la vieillesse, ou certaines conditions médicales. La tuberculose peut d'habitude être traitée par un association de quatre médicaments anti-tuberculeux standards ou de première ligne. Si ces médicaments sont mal utilisés ou mal administrés, la tuberculose multi-résistante (tuberculose-MR) peut se développer. Celle-ci est plus longue à traiter avec les médicaments de deuxième ligne, qui sont plus chers et produisent davantage d'effets secondaires. La tuberculose ultra-ésistante peut se développer quand ces médicaments de deuxième ligne sont mal utilisés ou mal administrés et deviennent donc aussi inefficaces. Parce que la TB-UR est résistante aux médicaments de première ligne et de deuxième ligne, les options de traitement sont sérieusement limitées. Il est donc essentiel que la lutte antituberculeuse soit prise en charge convenablement.

2. Quelle est la définition médicale de la tuberculose-MR et de la tuberculose-UR?

La tuberculose-MR, est une forme spécifique de tuberculose résistante. Elle survient quand les bactéries tuberculeuses sont résistantes au moins à l’isoniazide et la rifampicine, les deux médicaments anti-tuberculeux les plus puissants. La TB-UR est une TB qui est résistante à n'importe quel fluoroquinolone, et au moins un des trois médicaments injectables de deuxième-ligne (capreomycine, kanamycine, et l’amikacine), en plus de la tuberculose-MR. Cette définition de tuberculose-UR a été agréée par le Groupe de travail mondial de l’OMS sur la tuberculose-UR en octobre 2006.

3. Comment les gens sont-ils infectés par la tuberculose?

Les gens qui sont atteints de tuberculose pulmonaire (les poumons sont le site le plus souvent affecté) sont souvent contagieux et peuvent propager la maladie en toussant, en éternuant, ou simplement en parlant, ce qui propulse les bactéries de la TB dans l’atmosphère. Il suffit qu’une personne inhale un petit nombre de ces microbes pour être infectée (bien que seulement une petite proportion de personnes développera la maladie). Parfois les bactéries sont déjà résistantes aux médicaments si elles proviennent d'une personne qui a déjà la TB résistante. Dans d'autres cas, c'est le malade tuberculeux qui développe une résistance aux médicaments. Ceci peut arriver quand les médicaments anti-tuberculeux sont mal utilisés ou mal administrés. Ceci arrive aussi quand les programmes de lutte antituberculeux sont mal gérés, par exemple quand les malades ne sont pas convenablement soutenus pour terminer le cycle complet de leur traitement; quand les prestataires de services de soins prescrivent le mauvais traitement, ou la mauvaise dose. Cela peut aussi survenir en raison d'une durée d'approvisionnement en médicaments trop courte; quand les services dispensant des médicaments sont irréguliers ou quand les médicaments sont de mauvaise qualité.

4. Avec quelle facilité la tuberculose se propage-t-elle?

Il n'y a probablement pas de différence entre la vitesse de transmission de la tuberculose-UR et les autres formes de tuberculose. La propagation des bactéries de TB dépend de facteurs tels que le nombre et la concentration de personnes contagieuses dans un endroit quelconque ainsi que la présence de personnes avec un plus grand risque d'infection (tels que ceux atteints du VIH/sida). Le risque d'infection augmente en fonction du temps d'exposition auprès d'une personne infectée. Le risque de propagation augmente lorsqu’il y a une forte concentration de bactéries de TB, comme cela peut arriver dans des environnements fermés comme les maisons surpeuplées, les hôpitaux ou les prisons. Le risque sera d’autant plus élevé que la ventilation sera mauvaise. Le risque de propagation sera réduit et éventuellement éliminé si les malades contagieux reçoivent un traitement adéquat.

5. Peut-on guérir ou traiter la tuberculose-UR?

La tuberculose-UR a été trouvée dans toutes les régions du monde, bien qu’elle soit encore très rare. Les gens les plus à risque, s'ils entrent en contact avec un porteur de tuberculose-UR, sont ceux qui ont une immunité réduite aux maladies contagieuses, telles que les porteurs du VIH ou d'autres maladies pouvant affaiblir l’immunité de la personne. Il est aussi conseillé que de telles personnes évitent les régions à haut risque où il n'y a pas de mesures de contrôle d'infection sur place. Le voyage en avion lui-même ne comporte que des risques minimaux d'infection par la tuberculose quelle que soit sa forme. Les voyageurs ayant des inquiétudes pour visiter des pays où la tuberculose-UR ou d'autres risques sanitaires sont présents, doivent demander conseil à leur médecin, leurs autorités nationales, ou consulter les sites web de voyage fiables tels que:
www.who.int/topics/travel/fr

6. La tuberculose-UR est-elle répandue?

Actuellement nous ne savons pas, mais la tuberculose-UR est rare. Cependant, l’OMS estime qui il y avait presque un demi million de cas de tuberculose-MR dans le monde en 2004, et la tuberculose-MR doit normalement se développer avant que la tuberculose-UR ne survienne. Nous savons aussi que la seule étude globale effectuée jusqu’à présent a montré que, dans certains endroits, jusqu’à 19% de cas de tuberculose-MR pouvaient en fait, être des cas de tuberculose-UR, mais il est probable que cela soit rare. Partout où les médicaments de deuxième ligne pour traiter la tuberculose-MR sont mal utilisés, la possibilité de la tuberculose-UR existe. On procède en urgence à d'autres recherches pour en savoir plus.

7. Comment une personne peut-elle être infectée par la tuberculose-UR?

La majorité des gens en bonne santé avec une immunité normale peuvent ne jamais contracter la tuberculose à moins d’être fortement exposés à des malades contagieuses qui ne soient pas traitées ou sous traitement depuis moins d'une semaine. Même dans ces cas-là, 90% des gens infectés par les bactéries de tuberculose ne développent jamais la maladie. Ceci s'applique à la tuberculose-UR comme à la tuberculose «ordinaire». Les gens porteurs de l'infection VIH, cependant, en contact permanent avec un tuberculeux, ont plus de chances d’attraper la TB et de tomber malade. Les tuberculeux qu'ils rencontrent devraient être encouragés à suivre une bonne hygiène, par exemple en couvrant leur bouche avec un mouchoir quand ils toussent, ou même, dans les premières étapes du traitement, à utiliser un masque chirurgical, surtout dans les environnements fermés avec une mauvaise ventilation. Le risque d'être infecté par la TB est très minime à l’extérieur à ciel ouvert. Dans l’ensemble, les risques d’être infecté par la tuberculose-UR sont encore plus infimes qu'avec la tuberculose ordinaire parce que les cas de tuberculose-UR sont encore très rares.

8. Comment une personne atteinte de tuberculose ordinaire, telle la TB sensible aux médicaments, peut-elle éviter de contracter la tuberculose-UR?

La chose la plus importante pour un malade est de continuer à prendre son traitement exactement comme prescrit. Aucune dose ne devrait être oubliée, mais ceci est important surtout si le cycle de traitement est fait pour être pris tous les deux jours: ce qu'on appelle le «traitement intermittent». Surtout, le traitement devra être pris jusqu’à la fin. Si un malade souffre d'effets secondaires parce que, par exemple, les comprimés le rendent malade, il devra informer son médecin ou son infirmière parce que, souvent, il peut y avoir une solution très simple. S'il doit voyager, le malade doit s'assurer qu'il a assez de comprimés avec lui pour la durée du déplacement.

9. Pourquoi n'avons-nous jamais entendu parler de tuberculose-UR auparavant?

Depuis quelques années nous voyons des cas isolés de TB extrêmement résistante à travers le monde que nous appellerions aujourd'hui tuberculose-UR. Tous les médicaments utilisés contre la TB sont disponibles depuis longtemps. S'ils ne sont pas utilisés avec soin, alors la résistance peut se développer. Ce n’est que récemment, lors d'enquêtes régulières de résistance aux médicaments menées dans de nombreux pays que ces cas sont signalés en plus grand nombre. Ceci a conduit à examiner plus attentivement le problème et à lui donner un nom.

10. Comment les pays peuvent-ils lutter contre la tuberculose-UR?

Les pays peuvent empêcher le développement de la tuberculose-UR en s'assurant que leurs programmes nationaux de lutte antituberculeuse et que tous leurs praticiens mettent en oeuvre les standards internationaux pour le traitement de la tuberculose. Ceux-ci mettent l’accent sur un diagnostic et un traitement adaptés pour tous les tuberculeux, y compris ceux atteints de TB résistante; l'assurance d'un approvisionnement régulier et ponctuel de tous les médicaments anti-tuberculeux; l’administration correcte des médicaments anti-TB et le soutien aux malades pour optimiser l'adhésion aux traitements prescrits. Il faut en outre, soigner les cas de tuberculose-UR dans un centre bien ventilé, et minimiser le contact avec les autres malades, particulièrement ceux porteurs du VIH, surtout en début de traitement, avant qu'il n’ait réduit le niveau d’infection.

11. Le vaccin antituberculeux, connu sous le nom de BCG, peut-il empêcher la tuberculose-UR?

Le vaccin BCG empêche des formes sévères de TB chez l’enfant, telle que la méningite tuberculeuse. On pourrait espérer que le BCG ait le même effet pour prévenir les formes sévères de TB chez l’enfant, notamment s'ils ont été exposés à la tuberculose-UR, mais ce vaccin peut être moins efficace pour prévenir de la tuberculose pulmonaire chez l’adulte, la forme la plus commune et la plus contagieuse de TB. L'effet du BCG contre la tuberculose-UR serait donc probablement très limité. On a un besoin urgent de nouveaux vaccins et l’OMS et les membres du Partenariat Halte à la Tuberculose travaillent activement sur de nouveaux vaccins.

12. Quel est le lien entre la tuberculose-UR et le VIH/sida? Pourquoi dans certains endroits la tuberculose-UR est-elle si étroitement liée ou associée avec le VIH? La plupart des gens porteurs du VIH-TB sont-ils maintenant infectés par la tuberculose-MR et la tuberculose-UR?

La TB est l’une des infections les plus communes chez les gens vivant avec le VIH/sida parce que de nombreuses personnes sont déjà infectées par les bactéries de TB. Dans les endroits où la tuberculose-UR est la plus répandue, les gens vivant avec le VIH courent un plus grand risque d’être infectés par cette forme de tuberculose, en raison de leur immunité affaiblie. S'il y a également un grand nombre de gens infectés par le VIH dans ces endroits, alors on observera un lien fort entre la tuberculose-UR et le VIH. Heureusement, dans la plupart des endroits avec un taux élevé de VIH, la tuberculose-UR n'est pas répandue. Pour cette raison, la majorité des gens avec VIH qui développent la TB auront une TB sensible aux médicaments ou une TB ordinaire, et peuvent être traités avec des médicaments anti-TB standards de première ligne (voir la question 1). Pour ceux qui sont infectés par le VIH, le traitement anti-rétroviral réduira probablement le risque d'être infectés par la tuberculose-UR, ou la TB ordinaire.

13. Comment savoir si j'ai la TB ou la tuberculose-UR?

Les symptômes de la tuberculose-UR ne sont pas différents de la TB ordinaire ou TB sensible aux médicaments. On observe une toux avec un mucus épais et opaque (ou crachat), parfois avec du sang, pendant plus de deux semaines; de la fièvre, des frissons, et des transpirations nocturnes; de la fatigue et une faiblesse musculaire; une perte de poids; et dans certains cas, essoufflements et douleurs de poitrine. Si vous avez ces symptômes, cela ne signifie pas que vous avez la tuberculose-UR, mais cela signifie que vous devez aller voir un médecin pour un examen. Si vous êtes déjà atteint de TB et que vous prenez le traitement, si après quelques semaines de traitement, certains de ces symptômes ne s’améliorent pas, vous devez informer votre praticien ou votre infirmière.

14. Peut-on voyager en sécurité dans les endroits où la tuberculose-UR a été identifiée?

La tuberculose-UR a été trouvée dans toutes les régions du monde, bien qu’elle soit encore très rare. Les gens les plus à risque, s'ils entrent en contact avec un porteur de la tuberculose-UR, sont ceux qui ont une immunité réduite aux maladies contagieuses, telles que les porteurs du VIH ou autres maladies affaiblissant l’immunité de la personne. Il est aussi conseillé à ces personnes d'éviter les régions à haut risque où il n'y a pas de mesures de contrôle d'infection sur place. Le voyage en avion lui-même ne comporte que des risques minimaux d'infection par la TB quelle que soit sa forme. Ils peuvent contacter leur médecin ou s'informer sur: www.who.int/topics/travel/fr

15. Que faut-il faire si une personne a été en contact avec un cas avéré ou suspect de tuberculose-UR?

Quiconque a été en contact avec quelqu'un dont la tuberculose-UR a été confirmée ou suspectée doit consulter son médecin ou un dispensaire local et être examiné pour rechercher une éventuelle tuberculose. Ceci est très important surtout si la personne a l'un ou l'autre des symptômes de tuberculose (voir question 13). Si elle tousse, elle devra fournir un prélèvement de crachat, qui sera examiné pour mettre en évidence la tuberculose. Plusieurs autres tests seront effectués á la clinique, y compris un test cutané et une radiographie des poumons. Si la TB est trouvée, on commencera le traitement avec les médicaments adaptés à son cas. S'il y a la moindre preuve d'infection par les bactéries de tuberculose mais sans que la maladie soit déclarée, le traitement préventif peut être prescrit (le choix des médicaments dépendra des profils connus de résistance aux médicaments) ou on lui demandera simplement d'effectuer des contrôles réguliers.

16. À quels risques les travailleurs des services de santé sont-ils exposés avec la tuberculose-UR, en particulier ceux qui peuvent être séropositifs?

Pour protéger les travailleurs des services de santé qui peuvent entrer en contact avec les tuberculeux contagieux, des mesures de contrôle d'infection appropriées et strictes doivent être appliquées en permanence dans les services médicaux. Les personnels sont aussi encouragés à connaître leur statut par rapport VIH afin d'éviter le risque d'exposition.

17. Avec quelle rapidité la tuberculose-UR peut-elle être diagnostiquée?

Cela dépend de l'accès du malade aux services médicaux. Si les bactéries de tuberculose sont trouvées dans le crachat, le diagnostic peut être fait en un jour ou deux, mais on ne sera pas en mesure de distinguer entre la tuberculose sensible aux médicaments et la tuberculose résistante. Pour évaluer la sensibilité aux médicaments, les bactéries doivent être cultivées et testées dans un laboratoire adapté. De cette façon le diagnostic final pour la tuberculose, et surtout pour la tuberculose-UR, peut prendre de 6 à 16 semaines. Il est urgent de trouver de nouveaux outils pour un diagnostic plus rapide de TB.

18. Que fait l’OMS pour lutter contre la tuberculose-UR?

L’OMS s’assure que les autorités de santé responsables de la lutte antituberculeuse reçoivent des informations précises sur la tuberculose-UR. L’OMS rappelle qu’une lutte menée efficacement empêche l'apparition de résistance aux médicaments et qu’un traitement correct contre la tuberculose-MR empêche l'apparition de la tuberculose-UR. Ce sont les principes de la nouvelle stratégie Halte à la Tuberculose lancée en mars 2006. L’OMS diffuse les Directives sur tuberculose-MR pour les directeurs de programmes antituberculeux, publiées en mai 2006 afin d'aider les pays à établir des programmes efficaces pour combattre la TB résistante. Les départements Halte à la tuberculose et VIH de l’OMS coordonnent une réponse internationale par le biais d’un Groupe de travail mondial de l’OMS sur la tuberculose-UR qui s’est réuni pour la première fois en octobre 2006. Les dernières informations et les mises à jour régulières sur la tuberculose-UR, et les problèmes de TB apparentés, sont publiées sur le site web du département Halte à la TB à: www.who.int/tb/fr

Liens

Contact

Département OMS Halte à la tuberculose
Glenn Thomas
thomasg@who.int
Tél.: +41 79 509 0677

Partager