Tuberculose (TB)

Tuberculose et pharmacovigilance

L’OMS définit la pharmacovigilance comme étant la science se rapportant à la détection, à l’évaluation, à la compréhension et à la prévention des effets indésirables des médicaments ou de tout autre problème lié aux médicaments.

Principaux messages

Les malades de la tuberculose souffrent souvent de réactions indésirables aux médicaments. Ces effets indésirables influent sur l’observance du traitement prescrit. Il arrive que les effets secondaires des médicaments antituberculeux mettent en danger la vie du patient. Ils nécessitent souvent l’arrêt du traitement ou le recours à un médicament d’appoint.

L’action de l’OMS dans le domaine de la pharmacovigilance est destinée à améliorer, s’agissant de l’utilisation des médicaments, la sécurité des patients et les soins qu’ils reçoivent, surtout pour éviter tout préjudice fortuit résultant de l’utilisation des médicaments.

La pharmacovigilance garde toute son actualité pour le médecin qui soigne la tuberculose. La généralisation du traitement dans des populations n’ayant pas les mêmes caractéristiques démographiques, le même statut nutritionnel ni la même comorbidité (VIH-tuberculose, par exemple) peut avoir une influence sur la forme et la fréquence des effets indésirables.

Dans les années qui viennent, davantage de patients atteints de tuberculose pharmacorésistante devraient être mis sous traitement, selon des schémas thérapeutiques associant plusieurs médicaments et s’étendant sur une longue période. De plus, la perspective de disposer de nouveaux antituberculeux dans un avenir proche doit inciter les cliniciens à être plus vigilants pour repérer les éventuels effets secondaires inattendus de ces substances.

Partager