Nutrition

Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant

L’alimentation du nourrisson et du jeune enfant est l’une des pierres angulaires de soins à dispenser aux jeunes enfants pour assurer leur développement. À l’échelle mondiale, environ 30% des enfants de moins de cinq ans présentent un retard de croissance par suite d’une mauvaise alimentation et d’infections répétées. Même dans les environnements disposant de peu de ressources, l’amélioration des pratiques d’alimentation peut permettre d’assurer à l’enfant un apport en calories et en nutriments plus adapté conduisant à un meilleur état nutritionnel.

Au cours des dernières décennies, les données concernant les exigences sur le plan biologique pour une nutrition appropriée, les pratiques d’alimentation recommandées et les facteurs y faisant obstacle se sont multipliées. En outre, on en a beaucoup appris sur les interventions permettant de promouvoir efficacement une alimentation améliorée. Par exemple, des études récentes réalisées au Bangladesh, au Brésil et au Mexique ont démontré l’efficacité des conseils dispensés au sein des communautés et dans les services de santé pour améliorer les pratiques d’alimentation, la prise alimentaire et la croissance des jeunes enfants.

La Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant vise à relancer les efforts pour promouvoir, protéger et appuyer une nutrition appropriée des nourrissons et des jeunes enfants. Elle s’appuie sur des initiatives antérieures, et en particulier la Déclaration Innocenti et l’initiative pour des Hôpitaux amis des bébés et vise à répondre aux besoins de tous les enfants, y compris ceux grandissant dans des conditions difficiles comme les nourrissons dont la mère vit avec le VIH/sida, ceux ayant présenté un faible poids de naissance et ceux plongés dans des situations de crise.

Cette stratégie appelle à agir dans les domaines suivants:

  • Tous les gouvernements devraient élaborer et mettre en œuvre une politique globale d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant dans le cadre des politiques nationales en matière de nutrition, de santé de l’enfant et de santé génésique, et de réduction de la pauvreté.
  • Toutes les mères devraient pouvoir bénéficier de l’assistance de personnes qualifiées pour débuter et poursuivre un allaitement exclusif au sein pendant 6 mois et introduire en temps voulu des aliments de complément adéquats et sûrs tout en poursuivant l’allaitement au sein jusqu’à l’âge de 2 ans ou plus.
  • Les agents de santé devraient disposer des compétences leur permettant de fournir des conseils efficaces en matière d’alimentation du nourrisson, et leurs services devraient être relayés au sein de la communauté par des profanes ou des homologues dûment formés.
  • Les gouvernements devraient étudier les progrès accomplis dans la mise en œuvre au niveau national du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et envisager l’adoption de nouvelles lois ou des mesures additionnelles nécessaires pour protéger les familles des influences commerciales préjudiciables.
  • Les gouvernements devraient promulguer des lois intelligentes pour protéger les droits des femmes allaitantes qui travaillent et mettre en place les moyens nécessaires pour en assurer l’application conformément aux normes internationales du travail.

La Stratégie spécifie non seulement les responsabilités des gouvernements mais aussi celles des organisations internationales, des organisations non gouvernementales et des autres parties concernées. Elle engage toutes les parties prenantes et fournit un cadre pour une action accélérée en établissant un lien entre les différents domaines d’intervention pertinents et en faisant appel aux ressources disponibles dans divers secteurs.

Publications

Partager