Centre des médias

Message du Directeur général de l'OMS pour la Journée internationale de la femme

Déclaration du Directeur général de l'OMS, Dr Margaret Chan
7 mars 2014

L’OMS se joint aujourd’hui à tous ceux qui rendent hommage aux femmes et à ce qu’elles ont accompli. Ces réalisations sont une source d’inspiration et peuvent encourager le changement. En matière de développement sanitaire comme dans bien d’autres domaines, les femmes sont des agents du changement. Elles sont une force motrice qui améliore la vie dans les familles, les communautés et, de plus en plus souvent, dans les pays qu’elles gouvernent.

Comme je l’ai appris auprès de parlementaires de plusieurs pays, les femmes obtiennent de plus en plus fréquemment des postes à haute responsabilité, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, et cela contribue à modeler des sociétés entières d’une manière globalement positive. Chaque fois qu’une femme excelle à un poste éminent, cela rehausse le statut social des femmes partout dans le monde.

Pour être source de changement, toutes les femmes doivent pouvoir accomplir leur plein potentiel. Pour cela, elles ne doivent souffrir d’aucune forme de discrimination, pouvoir profiter de toutes les possibilités (y compris dans le domaine éducatif), pouvoir gagner leur vie et dépenser leur propre argent, et pouvoir mener les carrières qu’elles ont choisies.

Le secteur de la santé peut beaucoup contribuer à la liberté des femmes en leur donnant accès à tous les services de santé dont elles ont besoin, y compris en matière de santé sexuelle et génésique. Les participants au Sommet mondial sur la planification familiale qui s’est tenu l’an dernier à Londres ont pris l’engagement décisif de réduire de moitié le nombre de jeunes filles et de femmes qui, dans les pays en développement, veulent utiliser des moyens de contraception modernes mais n’y ont pas accès.

Cet engagement va donner à 120 millions de femmes supplémentaires le droit de décider si elles veulent des enfants, combien et quand. C’est cela aussi, la liberté.

Tout au long de l’histoire, les femmes ont été associées aux soins et à la compassion. Dans le monde, jusqu’à 80% des soins sont prodigués au domicile, presque toujours par des femmes. Cela doit susciter notre admiration, mais souligne également que les choses doivent changer. La plus grande partie de ce travail est effectuée sans soutien, sans reconnaissance et sans rémunération.

La poliomyélite est sur le point d’être éradiquée, en grande partie grâce à la contribution de millions de femmes (allant des vaccinateurs aux administrateurs en passant par les médecins et les mères) qui ont fait de la vaccination et de la protection des enfants la mission de leur vie. À l’occasion de cette Journée internationale de la femme, permettez-moi de les remercier pour leur dévouement qui pourrait bien améliorer le monde de manière permanente.

Partager