Centre des médias

Ouverture de l’Assemblée mondiale de la Santé: le Directeur général de l'OMS annonce une nouvelle initiative pour éliminer l’obésité de l’enfant

Communiqué de presse

La Soixante-Septième Assemblée mondiale de la Santé s’est ouverte aujourd’hui à Genève. Cette année, l’Assemblée, qui a pour rôle de définir les politiques sanitaires mondiales, a élu en tant que président le Dr Roberto Tomás Morales Ojeda, Ministre de la Santé publique de Cuba, et a désigné cinq vice-présidents, du Bahreïn, du Congo, des Fidji, de la Lituanie et de Sri Lanka, chacun représentant une Région de l’OMS.

Dans son allocution d’ouverture, le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS, s’est dite profondément inquiète de l’augmentation du nombre de cas d’obésité dans le monde, surtout dans les pays en développement. «Comme le dit sans ambages le rapport sur les statistiques sanitaires mondiales 2014, nos enfants deviennent de plus en plus gros», a-t-elle déclaré.

Le Dr Chan a annoncé que, pour recueillir les meilleurs avis possibles sur la façon de faire face à cette crise, elle avait établi une Commission de haut niveau sur les moyens de mettre fin à l’obésité de l’enfant. Cette Commission, coprésidée par Sir Peter Gluckman, conseiller scientifique en chef du Premier Ministre néo-zélandais, et le Dr Sania Nishtar, fondatrice du groupe de réflexion sur les politiques sanitaires Heartfile, établira un rapport de consensus où seront indiquées les approches qui ont le plus de chances d’être efficaces dans différents contextes au niveau mondial.

Les recommandations qui figureront dans ce rapport seront présentées à l’Assemblée de la Santé de l’année prochaine.

Le Dr Chan a appelé les participants à l’Assemblée de la Santé à examiner les conséquences sanitaires potentielles de l’évolution de la carte de la pauvreté – 70% des pauvres dans le monde vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire dont l’économie est émergente.

«La croissance économique s’accompagnera-t-elle d’une augmentation correspondante du budget national de la santé? Les pays mettront-ils en place des politiques permettant une répartition équitable des avantages?», s’est-elle interrogée, ajoutant « si tel n’est pas le cas, on risque de compter un nombre croissant de pays riches peuplés de nombreux pauvres.»

Elle a également alerté les délégués sur l’importance de lutter contre le changement climatique, en rappelant que, «en mars, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a présenté le plus alarmant de ses rapports, qui a fortement mis l’accent sur les conséquences pour la santé».

Lors du débat d’ouverture, en plénière, de nombreux délégués se sont intéressés aux liens entre le climat et la santé, en particulier aux conséquences du changement climatique sur d’importants déterminants sociaux et environnementaux de la santé, tels que l’air pur, l’eau potable, la disponibilité de denrées alimentaire en quantités suffisantes et d’abris sûrs.

Nouvelle stratégie mondiale contre la tuberculose

La Commission A s’est ensuite réunie pour sa première séance et a engagé un débat sur les maladies transmissibles.

Les États Membres ont approuvé une résolution tendant à adopter une nouvelle stratégie mondiale et de nouvelles cibles pour la prévention de la tuberculose, les soins et la lutte après 2015. Cette stratégie vise à mettre un terme à l’épidémie mondiale de tuberculose d’ici 2035, en réduisant les décès de 95% et l’incidence de 90%, et fixe des jalons intermédiaires pour 2020, 2025 et 2030.

Cette résolution appelle les gouvernements à adapter et à mettre en œuvre la stratégie en obtenant un engagement et un financement à un haut niveau. Elle axe principalement la stratégie sur les populations extrêmement vulnérables face à l’infection et qui ont difficilement accès aux soins de santé, telles que les migrants.

La stratégie et la résolution soulignent qu’il faut faire participer divers partenaires appartenant au secteur de la santé mais aussi à d’autres secteurs, par exemple ceux de la protection sociale, du travail, de l’immigration et de la justice.

La résolution prie le Secrétariat de l’OMS d’aider les États Membres à adapter et à concrétiser la stratégie et remarque qu’il est important de s’attaquer au problème de la tuberculose multirésistante et de promouvoir la collaboration transfrontières. Enfin, l’OMS est priée de suivre la mise en œuvre de la stratégie et d’évaluer les progrès accomplis vers les jalons et cibles fixées pour 2035.

Le nombre annuel estimé de personnes contractant la tuberculose baisse lentement et le monde est en bonne voie d’atteindre l’objectif du Millénaire pour le développement consistant à enrayer la propagation de la maladie et à inverser la tendance d’ici 2015. Cependant, la tuberculose, qui sévit dans toutes les régions du monde, reste l’une des maladies transmissibles causant le plus de décès. En 2012, 8,6 millions de personnes ont contracté la tuberculose, 1,3 million en sont mortes et 450 000 environ ont contracté une forme multirésistante de la maladie.

Réunion d’information technique sur le Règlement sanitaire international

Lors de la réunion d’information technique qui a eu lieu aujourd’hui, des représentants du Secrétariat, des États Membres et d’organisations internationales partenaires ont signalé les succès obtenus, les difficultés restant à surmonter, les nouvelles initiatives et les engagements pris pour que le monde soit en mesure de prévenir et de détecter tous les risques pour la sécurité sanitaire pouvant se propager au niveau international, et d’y faire face.


Notes aux rédacteurs:

  • Les participants à l’Assemblée mondiale de la Santé sont des délégués des États Membres de l’OMS et des représentants d’un grand nombre d’organismes, d’organisations, de fondations et d’autres groupes qui contribuent à l’amélioration de la santé publique.
  • Les États Membres approuvent les résolutions en commission avant de les adopter officiellement en séance plénière, à la fin de l’Assemblée de la Santé.
  • Les invités d’honneur qui s’adresseront à l’Assemblée le mardi 20 mai sont Melinda Gates, Coprésidente de la Fondation Bill & Melinda Gates, et le Dr Christine Kaseba-Sata, Première Dame de Zambie et ambassadrice de bonne volonté de l’OMS contre la violence à l’égard des femmes.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Glenn Thomas
OMS, Département de la communication
Portable: +41 79 509 0677
Téléphone: +41 22 791 3983
Courriel: thomasg@who.int

Fadéla Chaib
OMS, Département de la communication
Portable: +41 79 475 5556
Téléphone: +41 22 791 3228
Courriel: chaibf@who.int

Tarik Jasarevic
OMS, Département de la communication
Téléphone:+41 22 791 50 99
Portable: +41 79 367 62 14
Courriel: jasarevict@who.int

Partager