Centre des médias

Journée mondiale du donneur de sang 2014: un sang sécurisé pour sauver des mères

Communiqué de presse

À l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang, qui sera célébrée le 14 juin prochain, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle les pays à améliorer l’accès au sang sécurisé pour sauver des mères.

Près de 800 femmes meurent, chaque jour, de complications survenant pendant la grossesse ou l’accouchement. Les hémorragies sévères au cours de la grossesse ou pendant ou après l’accouchement sont la première cause de décès maternel. En l’absence de soins, une hémorragie sévère peut entraîner le décès d’une femme en bonne santé en deux heures. L’accès immédiat à du sang sécurisé pouvant être transfusé est essentiel pour sauver ces femmes.

«Si tous les établissements assurant des soins obstétricaux pouvaient transfuser du sang sécurisé, un grand nombre de ces mères pourraient être sauvées.»

Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS

«Lorsqu’une mère meurt peu après l’accouchement, non seulement son enfant, exposé à un risque accru de décès et de malnutrition, connaîtra probablement plus de difficultés tout au long de sa vie, mais en outre la vie de l’ensemble de la famille est bouleversée», dit le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. «Si tous les établissements assurant des soins obstétricaux pouvaient transfuser du sang sécurisé, un grand nombre de ces mères pourraient être sauvées», a-t-elle ajouté.

Des dons du sang réguliers, volontaires et non rémunérés

Le sang le plus sûr est celui apporté par les donneurs réguliers, volontaires et non rémunérés et qui est analysé à la recherche d’infections. Une résolution adoptée en 2010 par l’Assemblée mondiale de la Santé souligne que l’approvisionnement en constituants du sang sûrs sur la base de dons volontaires non rémunérés et la sécurité de cet approvisionnement sont des objectifs nationaux importants pour prévenir les pénuries de sang.

Aujourd’hui, de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire manquent cruellement de sang. L’Afrique subsaharienne, où le taux de mortalité maternelle est le plus élevé au monde (510 décès pour 100 000 naissances vivantes), est aussi la région où les taux de don de sang sont les plus faibles.

Selon la dernière enquête de l’OMS sur la sécurité et la disponibilité du sang, dans 40 pays africains, on compte moins de 10 dons de sang pour 1000 habitants, par an, et dans 25 de ces pays la collecte permet de satisfaire moins de la moitié des besoins de transfusion. Dans les pays à revenu élevé, le taux de collecte est d’environ 35 dons pour 1000 habitants, par an.

Dans de nombreux pays, les membres de la famille sont souvent poussés à donner du sang ou à trouver un donneur de substitution dans une situation d’urgence. Cette situation est source de stress et de difficultés financières, retarde considérablement l’obtention de sang approprié et expose les femmes à un risque d’infection transmise par le sang car, bien souvent, on ne dispose pas du temps ou des installations nécessaires pour effectuer un dépistage correct.

La transfusion de sang sécurisé, une intervention vitale

«La transfusion de sang sécurisé est l’une des principales interventions vitales qui devraient être disponibles dans tous les établissements qui assurent des soins obstétricaux d’urgence», dit le Dr Edward Kelley, Directeur du Département Prestation de services et sécurité de l’OMS. «Pourtant, en 2014, l’accès équitable à du sang sécurisé reste très problématique, ce qui participe à une forte mortalité maternelle dans de nombreux pays», a-t-il ajouté.

Actuellement, 73 pays (38 à revenu élevé, 26 à revenu intermédiaire et neuf à revenu faible) collectent plus de 90% du sang à transfuser auprès de donneurs volontaires non rémunérés.

Quelque 108 millions de dons de sang sont collectés dans le monde chaque année, dont près de la moitié dans les pays à revenu élevé, où habitent à peine 15% de la population mondiale.

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, l’approvisionnement en sang sert en grande partie à prendre en charge les complications de la grossesse et de l’accouchement et à traiter les anémies sévères de l’enfant. Dans les pays à revenu élevé, les transfusions sont le plus souvent pratiquées dans le cadre des interventions de chirurgie cardiaque, des transplantations d’organes et des traitements contre le cancer.

Au service de la santé maternelle

L’OMS estime qu’un approvisionnement suffisant en sang et en produits sanguins sécurisés doit être pris en compte par tous les pays comme élément essentiel de leurs efforts en vue d’améliorer la santé maternelle.

L’Organisation fournit des orientations générales et une assistance technique pour aider les pays à mettre en place des systèmes nationaux permettant des dons de sang volontaires et non rémunérés, ainsi que des systèmes de contrôle de la qualité pour garantir la disponibilité et la bonne utilisation de sang et de produits sanguins sûrs et de qualité pour tous ceux qui en ont besoin.

Des manifestations sont organisées chaque année dans le monde entier à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang pour attirer l’attention sur le rôle vital des donneurs volontaires non rémunérés et pour remercier ces donneurs qui, sans contrepartie, font ce précieux cadeau pour sauver des millions de vies chaque année.

Cette année, la manifestation mondiale organisée à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang aura lieu à Colombo, capitale du Sri Lanka, le 14 juin 2014, avec le concours du gouvernement sri-lankais, ainsi que du ministère de la Santé, du Service national de transfusion sanguine et de l’OMS et ses partenaires qui œuvrent en faveur de la transfusion sanguine et de la santé maternelle. Signalons qu’il est remarquable qu’en dix ans à peine, le Sri Lanka ait réussi à parvenir à un approvisionnement autosuffisant en sang.


Pour plus d’informations veuillez prendre contact avec:

Genève
Fadéla Chaib
OMS, Département Communication
Portable: +41 79 475 55 56
Téléphone: +41 22 791 32 28
Courriel: chaibf@who.int

Sri Lanka (pour organiser des interviews avec des experts de l’OMS)
Chris Bailey
OMS, Département Communication
Portable: +41794451811
Courriel: baileych@who.int

Partager