Centre des médias

L’OMS appelle à en faire plus pour la santé des adolescents

Les accidents de la route, le VIH/sida et le suicide sont les principales causes de décès. La dépression est la première cause de maladie et de handicap.

Communiqué de presse

Le rapport de l’Organisation mondiale de la Santé sur la santé des adolescents dans le monde (Health for the world’s adolescents) révèle que la dépression est la principale cause de maladie et de handicap chez les garçons et les filles âgés de 10 à 19 ans.

Dans le monde, les trois principales causes de décès dans cette tranche d’âge sont les accidents de la route, le VIH/sida et le suicide. On estime qu’à l’échelle planétaire, 1,3 million d’adolescents sont décédés en 2012.

«Nous espérons que ce rapport incitera les responsables de haut niveau à s’intéresser davantage aux besoins de santé des 10-19 ans et servira de tremplin pour accélérer l’action en faveur de la santé des adolescents.»

Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l’OMS en charge de la santé de la famille, de la femme et de l’enfant

Fondé sur une grande quantité de données publiées et sur des consultations menées partout dans le monde auprès des 10-19 ans, ce document rassemble également pour la première fois toutes les orientations de l’OMS sur l’ensemble des problèmes de santé qui touchent cette population – y compris le tabagisme, la consommation d’alcool et de drogues, le VIH, les traumatismes, la santé mentale, la nutrition, la santé sexuelle et génésique, et la violence.

Les auteurs du rapport recommandent aux pays plusieurs mesures pour mieux répondre aux besoins des adolescents en matière de santé physique et mentale.

«Le monde n’accorde pas suffisamment d’attention à la santé des adolescents», déclare le Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l’OMS en charge de la santé de la famille, de la femme et de l’enfant. «Nous espérons que ce rapport incitera les responsables de haut niveau à s’intéresser davantage aux besoins de santé des 10-19 ans et servira de tremplin pour accélérer l’action en faveur de la santé des adolescents.»

Les accidents de la route, première cause de mortalité

Au plan mondial, les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les adolescents, et la deuxième cause de maladie et de handicap dans cette population. Les garçons sont touchés de manière disproportionnée: ces décès sont plus de trois fois plus nombreux chez eux. Un meilleur accès à des transports publics fiables et sûrs permettrait de réduire le nombre d’accidents de la route dans cette tranche d’âge.

Les règles de sécurité routière (par exemple les limitations du taux d’alcoolémie et de la vitesse), la mise en place de zones piétonnes sûres autour des écoles, et les systèmes de permis de conduire progressif, dans lesquels des droits accrus sont accordés aux conducteurs au fil du temps, sont autant de moyens de réduire les risques.

Les problèmes de santé mentale font des ravages

Au niveau mondial, la dépression est la première cause de maladie et de handicap dans cette tranche d’âge, tandis que le suicide est la troisième cause de décès. D’après certaines études, la moitié des personnes qui développent des troubles mentaux présentent leurs premiers symptômes avant l’âge de 14 ans.

En prodiguant les soins nécessaires aux adolescents atteints de problèmes de santé mentale, on évite des décès, mais aussi des souffrances tout au long de leur existence.

Recul des décès liés à la grossesse et à l’accouchement

Depuis 2000, le nombre de décès dus à des complications de la grossesse et de l’accouchement a fortement diminué chez les adolescentes, en particulier dans les Régions où les taux de mortalité maternelle sont les plus élevés.

Selon les estimations, ces baisses ont été de 57%, 50% et 37%, respectivement, dans les Régions OMS de l’Asie du Sud-Est et de la Méditerranée orientale et dans la Région africaine. Malgré ces progrès, la mortalité maternelle reste la deuxième cause de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans à l’échelle mondiale, derrière le suicide.

Hausse des décès dus au VIH

D’après les estimations, le nombre de décès liés au VIH est en hausse parmi les adolescents. Ce phénomène touche principalement la Région africaine où, pourtant, ce chiffre est en baisse dans tous les autres groupes de population. Le VIH est désormais la deuxième cause de décès chez les adolescents au plan mondial.

D’autres maladies infectieuses restent d’importantes causes de décès

Grâce à la vaccination de l’enfant, les décès et lésions invalidantes dus à la rougeole ont fortement reculé, avec notamment une baisse de 90% dans la Région africaine entre 2000 et 2012. Néanmoins, certaines maladies infectieuses courantes combattues chez le jeune enfant continuent de tuer les adolescents.

Par exemple, la diarrhée et les infections des voies respiratoires inférieures sont désormais les seconde et quatrième causes de décès chez les 10-14 ans. Avec la méningite, ces affections sont à l’origine de 18% de l’ensemble des décès dans cette tranche d’âge, un chiffre quasiment stable depuis 2000 où il était de 19%.

Nouvelles données sur les comportements en matière de santé

Selon de nouvelles enquêtes menées dans plusieurs pays, moins d’un adolescent sur quatre fait suffisamment d’exercice (l’OMS recommande au moins une heure d’exercice modéré à soutenu par jour) et, dans certains pays, l’obésité touche pas moins d’un adolescent sur trois.

Néanmoins, certains progrès sont observés. Par exemple, les taux de tabagisme sont en baisse chez les jeunes adolescents de la plupart des pays à revenu élevé et dans certains pays à revenu faible ou intermédiaire.

Une période clé pour la prévention des maladies chroniques

L’adolescence est une période charnière pour poser les bases d’une bonne santé à l’âge adulte. C’est là en effet qu’apparaissent, ou sont renforcés, de nombreux comportements et conditions favorisant le développement des principales maladies non transmissibles.

«En l’absence de suivi, les problèmes de santé et les comportements à risque qui se manifestent à l’adolescence – tabagisme et consommation d’alcool, mauvaise alimentation et sédentarité, surpoids et obésité – ont de graves conséquences sur la santé et le développement des adolescents aujourd’hui, et pourront avoir demain des effets dévastateurs sur leur santé d’adulte», explique Jane Ferguson, scientifique au Département OMS Santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent, qui a dirigé la rédaction du rapport.

«En même temps, nous ne devons pas relâcher les efforts de promotion et de protection de la santé sexuelle et génésique pour cette classe d’âge, y compris en ce qui concerne le VIH.»

Les politiques de santé de 109 pays ont été examinées dans le cadre de ce rapport. Il apparaît que 84% d’entre elles s’intéressent aux adolescents. Parmi elles, les trois quarts mettent l’accent sur la santé sexuelle et génésique (y compris le VIH/sida); un tiers environ traitent de la consommation de tabac et d’alcool; et un quart aborde la santé mentale.

Le rapport montre que davantage de pays devraient suivre l’exemple de pays comme l’Inde, dont la nouvelle stratégie sur la santé des adolescents aborde un plus large éventail de problèmes de santé touchant cette classe d’âge, y compris la santé mentale, la nutrition, l’usage de substances psychoactives, la violence et les maladies non transmissibles, en plus de la santé sexuelle et génésique.

Principales causes de décès chez les adolescents

  • Accidents de la route
  • VIH/sida
  • Sucide
  • Infections des voies respiratoires inférieures
  • Violence
  • Diarrhée
  • Noyade
  • Méningite
  • Épilepsie
  • Troubles endocriniens, sanguins ou immunitaires

Principales causes de maladie et de handicap

  • Dépression
  • Accidents de la route
  • Anémie
  • VIH/sida
  • Conduites autoagressives
  • Douleurs dorsales et cervicales
  • Diarrhée
  • Troubles de l’anxiété
  • Asthme
  • Infections des voies respiratoires inférieures

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec:

Glenn Thomas
Chargé de communication, OMS
Portable: +41 79 509 0677
Téléphone: +41 22 791 3983
Courriel: thomasg@who.int

Partager