Centre des médias

L’Assemblée mondiale de la Santé avance sur les questions des maladies non transmissibles et de la médecine traditionnelle

Communiqué de presse

L’Assemblée mondiale de la Santé a continué à progresser vendredi en approuvant des plans visant à mieux intégrer les soins palliatifs dans les systèmes de soins, mieux tenir compte des besoins des personnes atteintes d’autisme, rendre les soins de santé plus accessibles aux personnes handicapées, faire une place plus importante à la médecine traditionnelle et sensibiliser au problème du psoriasis.

Médecine traditionnelle

L’Assemblée de la Santé a approuvé la stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle 2014-2023. La médecine traditionnelle recouvre une grande diversité de thérapies et de pratiques qui varient d’un pays et d’une région à l’autre. La stratégie vise à renforcer la base de connaissances sur laquelle fonder les politiques nationales et à renforcer l’assurance qualité, l’innocuité, l’usage approprié et l’efficacité de la médecine traditionnelle et complémentaire par la réglementation.

Elle a également pour but de favoriser l’instauration de la couverture sanitaire universelle en intégrant la médecine traditionnelle et complémentaire dans la prestation des services de santé et les soins à domicile.

Plan d’action relatif au handicap

Un nouveau plan d’action mondial de l’OMS relatif au handicap a été adopté pour la période 2014 2021 dans le but d’améliorer la santé et la qualité de vie du milliard de personnes handicapées dénombrées dans le monde en leur facilitant l’accès aux soins de santé, en leur offrant des services et des technologies – ou en renforçant ceux déjà en place – qui les aident à acquérir ou à recouvrer certaines capacités et fonctions. Le plan vise aussi à renforcer la collecte de données et la recherche.

Alors qu’elles ont les mêmes besoins en matière de soins généraux que tout un chacun, les personnes handicapées risquent trois fois plus de se voir refuser des soins et quatre fois plus de subir de mauvais traitements dans les établissements de santé. Une personne sur sept dans le monde est handicapée.

Avec l’allongement de l’espérance de vie et la progression des maladies chroniques, il est probable que davantage de personnes souffriront de handicaps. Les accidents de la route, les chutes, la violence, les catastrophes naturelles et les conflits, une mauvaise hygiène alimentaire et l’abus de substances psychoactives sont aussi à l’origine de handicaps.

Troubles du spectre autistique

L’Assemblée de la Santé a invité instamment les États Membres à tenir compte des besoins des personnes atteintes de troubles du spectre autistique et d’autres troubles du développement dans les politiques et programmes se rapportant à la santé et au développement de l’enfant et de l’adolescent et à la santé mentale.

Pour cela, il convient de rendre les systèmes de santé et de protection sociale mieux à même de fournir des services aux personnes souffrant de troubles de la sphère autistique et à leurs familles et de privilégier leur prise en charge par des services ambulatoires à base communautaire plutôt que dans des centres de santé de long séjour.

Il faut aussi améliorer les systèmes de surveillance sanitaire afin de recueillir des données sur les troubles du spectre autistique et faire en sorte que les pays soient mieux en mesure de diagnostiquer et de traiter les troubles du spectre autistique.

La résolution insiste sur le fait que le Secrétariat de l’OMS doit contribuer à renforcer les moyens qu’ont les pays de faire face aux troubles du spectre autistique et autres troubles du développement; faciliter la mobilisation de ressources; collaborer avec les réseaux qui traitent de l’autisme; et suivre les progrès accomplis. Toutes les actions menées seront en harmonie avec le Plan d’action global de l’OMS pour la santé mentale 2013-2020.

Les troubles du spectre autistique comprennent un ensemble de troubles du développement tels que l’autisme, les troubles désintégratifs de l’enfance et le syndrome d’Asperger. La plupart des personnes atteintes de ces troubles et leurs familles ne reçoivent aucune aide des systèmes de santé et de protection sociale.

Psoriasis

Dans une résolution sur le psoriasis, les États Membres sont encouragés à sensibiliser au problème du psoriasis et à dénoncer la stigmatisation dont sont si souvent victimes les personnes qui en souffrent. Le Secrétariat de l’OMS est prié d’appeler l’attention sur l’impact du psoriasis en termes de santé publique et de publier un rapport mondial sur la maladie, en insistant sur la nécessité de faire davantage de recherches et en recensant les approches éprouvées qui permettent d’intégrer le psoriasis dans les services existants de prise en charge des maladies non transmissibles, d’ici la fin de 2015.

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique qui se caractérise par des lésions cutanées squameuses, de couleur rouge. Les malades sont exposés à un risque relativement plus élevé de cardiopathie, d’accident vasculaire cérébral, d’hypertension et de diabète. Des études font état de taux de dépression et d’anxiété plus élevés chez les personnes atteintes de psoriasis que dans la population générale.

Renforcement des soins palliatifs en tant qu’élément des soins intégrés

La résolution adoptée aujourd’hui insiste sur le fait que les besoins en soins palliatifs vont continuer à croître, en partie du fait de l’augmentation de la prévalence des maladies non transmissibles et du vieillissement des populations partout dans le monde. Les soins palliatifs figurent parmi les options proposées aux États Membres dans le Plan d’action mondial de l’OMS pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020, que l’Assemblée de la Santé a fait sien en mai 2013, et dans le cadre mondial de suivi de la lutte contre ces maladies.


Pour plus d’informations veuillez prendre contact avec:

Fadéla Chaib
OMS, Chargée de communication
Portable: +41 79 475 5556
Téléphone: +41 22 791 3228
Courriel: chaibf@who.int

Glenn Thomas
OMS, Chargé de communication
Portable: +41 79 509 0677
Téléphone: +41 22 791 3983
Courriel: thomasg@who.int

Tarik Jasarevic
OMS, Chargé de communication
Téléphone:: +41 22 791 50 99
Portable: +41 79 367 62 14
Courriel: jasarevict@who.int

Partager