Centre des médias

La violence à l’encontre des femmes et la santé du nouveau-né au cœur des interventions des invités de l’Assemblée mondiale de la Santé

Communiqué de presse

Le Dr Christine Kaseba-Sata, Première Dame de Zambie (ambassadrice de bonne volonté de l’OMS chargée de la lutte contre la violence à l’encontre des femmes) et Melinda Gates, Coprésidente de la Fondation Bill & Melinda Gates, ont pris la parole cet après-midi devant les délégués de l’Assemblée mondiale de la Santé.

Le Dr Kaseba-Sata a déploré la prévalence de la violence à l’encontre des femmes et des filles et la mesure dans laquelle les cas de violence restent cachés et ne sont pas reconnus. Gynécologue de formation, le Dr Kaseba Sata a relevé le préjudice durable pour la santé mentale et physique consécutif à ce type de violence: «Presque toutes les victimes de la violence sexiste doivent en fin de compte être secourues par le secteur de la santé.»

À son avis, le secteur de la santé se doit d’examiner les causes et les conséquences de la violence. Le Dr Kaseba-Sata a invité les délégués à veiller à ce que toutes les personnes touchées par la violence disposent d’un accès rapide et efficace à l’ensemble des services de santé dont elles ont besoin à un prix abordable, sans subir de vexations et à l’abri de tout manque de respect et de toute discrimination.

Melinda Gates, quant à elle, a fait ressortir les moyens permettant d’améliorer la santé de la mère et du nouveau-né. Il convient pour elle d’établir un lien entre les efforts visant à améliorer la santé génésique et la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant – dans le cadre d’un «continuum des soins».

«Si les femmes peuvent planifier leur famille», a-t-elle fait observé, «elles auront plus de chances d’espacer leurs grossesses. Si elles espacent leurs grossesses, elles auront plus de chances d’avoir un nourrisson en bonne santé et si les nourrissons sont en bonne santé, ils auront plus de chances de devenir des enfants bien portants. Et lorsque la grossesse se passe bien et que l’enfant se développe normalement, les effets positifs peuvent durer toute une vie.»

Elle a également invité les délégués à vouer une attention accrue aux nouveau-nés. Si des progrès remarquables ont été accomplis pour réduire le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans, les taux de mortalité néonatale ont diminué de façon moins spectaculaire.

L’Assemblée de la Santé examinera cette semaine un nouveau plan d’action pour les nouveau-nés. Mme Gates et d’autres participants à la réunion d’information technique d’aujourd’hui ont examiné la qualité des soins lors de l’accouchement et les possibilités qu’ils offrent de mettre fin aux décès évitables de la mère et du nouveau-né et à la mortinatalité évitable, en faisant en quelque sorte d’une pierre trois coups.


Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Fadéla Chaib
OMS, Département de la communication
Portable: +41 79 475 5556
Téléphone: +41 22 791 3228
Courriel: chaibf@who.int

Glenn Thomas
OMS, Département de la communication
Portable: +41 79 509 0677
Téléphone: +41 22 791 3983
Courriel: thomasg@who.int

Tarik Jasarevic
OMS, Département de la communication
Téléphone: +41 22 791 50 99
Portable: +41 79 367 62 14
Courriel: jasarevict@who.int

Partager