Centre des médias

Le rappel de vaccination contre la fièvre jaune n'est pas nécesssaire

Communiqué de presse

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le rappel de vaccination contre la fièvre jaune administré dix ans après la primovaccination n’est pas nécessaire. Un article publié dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire de l’OMS indique que le Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination (SAGE) a examiné les dernières données disponibles et a conclu qu’une seule dose de vaccin suffisait à conférer une immunité à vie contre la fièvre jaune.

Depuis le début de la vaccination contre la fièvre jaune, dans les années 1930, 600 millions de doses ont été administrées et seuls 12 cas de fièvre jaune postvaccinale ont été recensés. Il ressort de ces données que dans ces quelques cas d’«échec vaccinal», la maladie est toujours apparue dans les cinq ans suivant la vaccination, ce qui montre que l’immunité ne s’affaiblit pas avec le temps.

«Selon les recommandations classiques, un rappel de vaccination contre la fièvre jaune devait être administré au bout de dix ans», a déclaré le Dr Helen Rees, présidente du SAGE. «Après avoir examiné des données vraiment très fiables, le SAGE a clairement constaté qu’en réalité une dose suffit pour que le vaccin soit efficace. C’est extrêmement important pour les pays où la fièvre jaune est endémique, car cela leur permettra de revoir leur calendrier de vaccination, et c’est également important pour les voyageurs», a-t-elle ajouté.

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés, qui est endémique dans 44 pays des régions tropicales d’Afrique et des Amériques. L’infection par le virus de la fièvre jaune provoque une maladie plus ou moins grave, dont les manifestations vont de symptômes bénins à des hémorragies et un ictère. Dans certains cas, elle est mortelle.

On estime à 200 000 le nombre de cas de fièvre jaune chaque année. Environ 15% des personnes infectées par le virus sont atteintes d’une forme grave de la maladie et la moitié d’entre elles en meurent car la fièvre jaune est incurable. Le traitement vise uniquement à améliorer le confort du patient.

L’immense majorité des cas et des décès notifiés surviennent en Afrique subsaharienne. Dans les régions d’Afrique où la fièvre jaune est endémique, les gens acquièrent une immunité naturelle avec l’âge et ce sont donc les enfants qui risquent le plus de contracter l’infection. Au cours des deux dernières décennies, le nombre de cas de fièvre jaune dans le monde a augmenté en raison d’une baisse de l’immunité contre cette infection dans la population, de la déforestation, de l’urbanisation, des mouvements de population et du changement climatique.

La vaccination est considérée comme le principal et le plus efficace moyen de lutter contre la fièvre jaune. L’immunité apparaît dans les 30 jours chez 99% des personnes vaccinées. Pour les programmes de vaccination systématique en Afrique, continent où se trouvent 31 des 44 pays d’endémie, le vaccin coûte environ 0,82 dollar (US $) par dose.

Le SAGE est le groupe consultatif le plus important pour l’OMS dans le domaine des vaccins et de la vaccination. Il a pour mission de conseiller l’OMS sur les politiques et les stratégies à mettre en œuvre au niveau mondial, qu’il s’agisse de vaccins et de technologies, de recherche et de développement, ou d’opérations de vaccination, ou des liens entre ces interventions et d’autres interventions sanitaires. Le SAGE ne s’occupe pas seulement des vaccins et vaccinations contre les maladies de l'enfant, mais de toutes les maladies évitables par la vaccination.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Fadéla Chaib
Chargée de communication et porte-parole de l'OMS
Téléphone: +41 22 791 32 28
Portable: +41 79 475 55 56
Courriel: chaibf@who.int

Partager

Liens connexes