Centre des médias

Un nouveau vaccin accessible contre l’encéphalite japonaise permet de protéger plus facilement davantage d’enfants dans les pays en développement

Il s'agit du premier vaccin chinois préqualifié par l’OMS.

Communiqué de presse

Un nouveau vaccin accessible contre l’encéphalite japonaise (EJ) permettra de protéger plus facilement davantage d’enfants dans les pays en développement. Ce vaccin, fabriqué en Chine, ne nécessite d’administrer qu’une seule dose, peut être utilisé chez le nourrisson et revient moins cher que d’autres vaccins contre l’EJ.

Aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a ajouté ce vaccin à sa liste des médicaments «préqualifiés», ce qui signifie qu’elle lui a donné son visa en termes d’innocuité et d’efficacité et que les organismes d’achat des Nations Unies peuvent désormais fournir ce produit. C’est le premier vaccin fabriqué en Chine à être préqualifié par l’OMS.

«C’est une évolution positive, à la fois pour la protection des enfants des pays en développement contre l’EJ et pour la disponibilité générale des vaccins à l’avenir, la Chine ayant désormais une production répondant aux normes de l’OMS», déclare le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. «La Chine a un potentiel énorme en matière de fabrication de vaccins et nous espérons que de plus en plus de vaccins chinois seront préqualifiés par l’OMS. Le monde entier en bénéficiera.»

L’encéphalite japonaise, une infection à flavivirus transmise par les moustiques, est une maladie grave entraînant une inflammation du cerveau. C’est un problème majeur de santé publique et elle est endémique avec une répartition saisonnière dans des zones situées en Chine, au sud-est de la Fédération de Russie, ainsi qu’en Asie du Sud et du Sud-Est. Comme il n’y a pas de traitement spécifique, il est important de dispenser un traitement de soutien dans un établissement de santé pour diminuer le risque de mortalité ou d’incapacité. On peut éviter cette maladie grâce à des vaccins à l’efficacité prouvée.

Ce nouveau vaccin est désormais disponible dans le monde grâce à une collaboration de plusieurs années entre l’OMS et les autorités chinoises en matière de normes et de réglementation de la production de vaccins.

En mars 2011, l’OMS a annoncé que l’autorité nationale chinoise de réglementation pharmaceutique, l’Administration nationale des produits alimentaires et pharmaceutiques, et ses institutions affiliées répondaient aux indicateurs de l’OMS définissant un système opérationnel de réglementation des vaccins. Par là même, les fabricants de vaccins en Chine remplissaient désormais les conditions requises pour demander à l’OMS la préqualification de vaccins, si leurs produits satisfaisaient aux normes de qualité et d’innocuité de l’Organisation.

La procédure de préqualification des vaccins est un service fourni par l’OMS qui garantit que ces produits satisfont aux normes internationales de qualité, d’innocuité et d’efficacité et qu’ils conviennent à la population ciblée. Les organismes d’achat des Nations Unies ne peuvent se procurer que les vaccins qui ont passé avec succès le processus rigoureux d’examen que cela implique.

On s’attend à ce que d’autres fabricants chinois prennent bientôt le relais et demandent eux aussi la préqualification de leurs vaccins. Cela devrait avoir un impact important et bénéfique sur l’approvisionnement mondial en vaccins de qualité garantie.

La collaboration étroite entre PATH et le fabricant pendant plusieurs années a abouti à la préqualification du vaccin contre l’EJ. La Fondation Bill & Melinda Gates a aussi apporté son appui en octroyant à PATH une dotation. Lors de la prochaine réunion du conseil d’administration de l’Alliance GAVI, en novembre 2013 au Cambodge, l’Alliance étudiera l’ouverture d’un nouveau créneau d’aide financière pour le vaccin contre l’EJ. S’il est approuvé par le conseil, les pays recevables pourront demander une aide à l’Alliance à partir de 2014, l’UNICEF menant alors les efforts internationaux pour obtenir le vaccin.

Pour plus d'information, veuillez prendre contact avec:

Gregory Härtl
Coordonnateur pour les médias
Département de la Communication
OMS, Genève
Portable: +41 79 203 6715
Courriel: hartlg@who.int

Partager

Liens connexes