Centre des médias

Il manque 7,2 millions de professionnels de la santé au niveau mondial

Communiqué de presse

Alors qu’on enregistre déjà un manque de 7,2 millions de professionnels de la santé au niveau mondial, ce chiffre atteindra 12,9 millions d’ici 2035. Selon un rapport publié aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), si rien n’est fait immédiatement, cette situation aura des conséquences désastreuses pour la santé de milliards de personnes partout dans le monde.

Ce rapport, intitulé Une vérité universelle: pas de santé sans ressources humaines, fait ressortir plusieurs causes essentielles. En particulier, les effectifs sont vieillissants et les gens partent à la retraite ou changent d’emploi pour obtenir une meilleure rémunération mais ne sont pas remplacés alors que trop peu de jeunes choisissent les professions de santé ou sont correctement formés.

Le secteur de la santé doit faire face à une demande croissante en raison de l’augmentation du nombre de personnes concernées par le risque de maladie non transmissible (p. ex. cancers, cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux) au niveau mondial. Enfin, les migrations d’agents de santé, au niveau national ou international, aggravent également les déséquilibres régionaux.

Ces conclusions, ainsi que les mesures recommandées pour remédier à la pénurie de personnels de santé afin d’assurer une couverture sanitaire universelle, ont été présentées lors du troisième Forum mondial sur les ressources humaines pour la santé. Les principales recommandations sont les suivantes:

  • Leadership politique et technique accru dans les pays pour soutenir le développement des ressources humaines à long terme.
  • Collecte de données fiables et renforcement des bases de données relatives aux ressources pour la santé.
  • Valorisation du rôle des agents de santé communautaires et de niveau intermédiaire afin de rendre les services de santé de premier recours plus accessibles et plus acceptables.
  • Fidélisation des agents de santé dans les pays où la pénurie est la plus grave et répartition géographique plus équilibrée des effectifs.
  • Mise en place de mécanismes permettant aux agents de santé de s’exprimer, de faire valoir leurs droits et de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de politiques et de stratégies en vue d’atteindre la couverture sanitaire universelle.

«Nous assistons de nos propres yeux à l’érosion de la solidité et de l’efficacité des personnels de santé car les professionnels disponibles aujourd’hui ne peuvent répondre aux besoins des populations de demain», a déclaré le Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directeur général de l’OMS chargé des Systèmes de santé et de l’innovation. «Pour remédier à cette situation, nous devons repenser et améliorer l’enseignement, ainsi que la formation, le déploiement et la rémunération des agents de santé afin qu’ils puissent être plus efficaces», a-t-elle ajouté.

Bien que le rapport fasse état de quelques évolutions encourageantes, par exemple du fait que davantage de pays aient pu augmenter leurs effectifs pour s’acheminer vers le seuil critique de 23 professionnels de la santé qualifiés pour 10 000 habitants, 83 pays se situent toujours au-dessous de ce seuil. Mais le plus inquiétant, ce sont les projections pour l’avenir. Peu optimiste, le rapport estime que le rythme actuel de formation des nouveaux professionnels de la santé est bien inférieur à la demande actuelle et prévue. Compte tenu de cette situation, les malades auront, à l’avenir, encore plus de mal qu’aujourd’hui à accéder aux services essentiels dont ils ont besoin et les services de prévention seront également touchés.

En termes d’effectifs, c’est dans certaines régions de l’Asie que les pénuries seront les plus importantes mais c’est en Afrique subsaharienne qu’elles seront particulièrement graves. En ce qui concerne la formation, par exemple, les 47 pays d’Afrique subsaharienne comptent à peine 168 facultés de médecine et, parmi ces pays, 11 ne disposent d’aucune faculté de médecine et 24 n’en ont qu’une seule.

«Pour parvenir à la couverture sanitaire universelle, il faut que chacun – et en particulier les personnes vulnérables et celles habitant dans des régions isolées – ait accès à du personnel de santé bien formé, sensible aux spécificités culturelles et compétent», a déclaré le Dr Carissa Etienne, Directeur régional de l’OMS pour les Amériques. «La meilleure façon d’y parvenir est de renforcer les équipes pluridisciplinaires au niveau des soins de santé primaires», a-t-elle ajouté.

Le but de la couverture sanitaire universelle est de faire en sorte que tous les individus aient accès aux services de santé dont ils ont besoin sans encourir de difficultés financières. 70% des pays des Amériques disposent d’effectifs suffisants d’agents de santé pour les interventions de base mais ils font encore face à d’importantes difficultés en ce qui concerne la répartition, la migration, la formation et l’éventail des qualifications de ces professionnels.

«La formation des professionnels de la santé doit correspondre aux besoins sanitaires de chaque pays»,a ajouté le Dr&nsbp;Etienne.

Tous les pays sont invités à tenir compte des signes de pénurie. Par exemple, dans les pays développés, 40% du personnel infirmier quittera le secteur de la santé dans la prochaine décennie. Force est de constater que, travaillant dur pour une rémunération relativement faible, de nombreux jeunes professionnels de la santé ne sont pas assez encouragés à poursuivre leur carrière.

Le rapport signale aussi que des mesures doivent être prises d’urgence dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant. Environ 90% des décès maternels et 80% des mortinaissances surviennent encore dans 58 pays, principalement en raison d’un manque de sages-femmes qualifiées. En outre, la plus grande partie des 6,6 millions de décès d’enfants de moins de cinq ans survenus en 2012 étaient dus à des maladies qu’il était possible d’éviter et de traiter. Là encore, si l’on disposait de davantage d’agents de santé, la plupart de ces décès de jeunes enfants pourraient être évités.

Le troisième Forum mondial sur les ressources humaines pour la santé est le plus grand événement jamais organisé sur les ressources humaines pour la santé. Plus de 1300 personnes, venues de 85 pays, dont 40 ministres de la santé, y participent.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Glenn Thomas
Chargé de communication
OMS
Téléphone: +41 22 791 3983
Portable: +41 79 509 0677
Courriel: thomasg@who.int

Sonali Reddy
Chargée de communication
Alliance mondiale pour les personnels de santé
Portable: +41 79 509 0647
Courriel: reddys@who.int

Sebastian Oliel
Chargé de l'information
OPS/OMS
Téléphone: +1202 316 5679
Courriel: oliels@paho.org

Partager