Centre des médias

Les gouvernements s'engagent en faveur de la sécurité routière

Lancement de la Décennie mondiale pour la sécurité routière 2011-2020 pour sauver des millions de vies.

Communiqué de presse

Le 11 mai prochain, des dizaines de pays lanceront la première Décennie mondiale pour la sécurité routière. Plusieurs gouvernements, dont ceux de la Nouvelle-Zélande, du Mexique, de la Fédération de Russie et de l’Afrique du Sud, s’engagent à prendre de nouvelles mesures pour faire baisser le nombre de morts sur les routes. Les activités prévues au cours de la Décennie visent à prévenir les accidents de la route qui, selon les experts, entraîneront 1,9 millions de décès par an d’ici 2020.

Pour marquer le lancement de la Décennie, les gouvernements de plusieurs pays, dont l’Australie, le Cambodge, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Koweït, la Malaisie, le Mexique, le Niger, le Nigéria, l’Ouzbékistan, les Philippines, la Slovénie, Sri Lanka et le Viet Nam, organiseront des manifestations de grande envergure et publieront leurs plans nationaux pour améliorer la sécurité et la prise en charge des victimes.

L’insigne de la sécurité routière, symbole de la Décennie, sera projeté sur plusieurs sites nationaux célèbres, dont Times Square à New York, la statue du Christ rédempteur à Rio de Janeiro, Trafalgar Square à Londres et le jet d'eau de Genève.

Les accidents de la route, première cause de mortalité chez les jeunes

Selon le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, «aujourd’hui, les pays et les communautés prennent des mesures essentielles pour sauver des vies dans les rues et sur les routes». «Les accidents de la circulation sont un problème de santé et de développement de plus en plus grave qui touche toutes les nations.» «La Décennie offre un cadre pour agir de façon plus énergique», a-t-elle ajouté.

Les accidents de la route sont désormais la première cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans et la neuvième au niveau mondial, avec près de 1,3 million de décès par an. Les accidents de la circulation font, en outre, entre 20 et 50 millions de blessés chaque année. Dans de nombreux pays, les soins d’urgence et les autres services de prise en charge des victimes sont insuffisants. Ces accidents, évitables, surchargent des services de santé déjà au maximum de leurs capacités.

Un Plan mondial pour améliorer la sécurité sur les routes

«Aucun de nous ne devrait être frappé par le malheur de perdre un être cher dans un accident de la route», déclare le Dr Etienne Krug, Directeur du département Prévention de la violence et du traumatisme et handicap de l’OMS. «Les mesures présentées dans le Plan mondial pour la Décennie sont applicables immédiatement et elles permettront d’épargner des souffrances à beaucoup de gens.»

Le Plan mondial présente des mesures qui visent à améliorer la sécurité des routes et des véhicules, à renforcer les services d’urgence et, plus généralement, à améliorer la gestion de la sécurité routière. Il préconise également un renforcement de la législation et de son application en ce qui concerne le port du casque et de la ceinture de sécurité, l’utilisation de dispositifs de sécurité pour enfants, la conduite en état d’ébriété et les excès de vitesse. Aujourd’hui, seuls 15% des pays disposent d’une législation globale prenant en compte tous ces facteurs.

Près de la moitié des tués sur les routes dans le monde sont des piétons, des cyclistes ou des motocyclistes alors que la plupart des progrès réalisés ces dernières décennies concernent la protection des automobilistes. Le Plan mondial propose des mesures qui permettraient de protéger ces usagers vulnérables – par exemple, l’aménagement de pistes cyclables, de chemins piétonniers et de voies de circulation séparées pour les motocyclistes ou un meilleur accès aux transports publics.

Si l’on parvient à le mettre en œuvre, le Plan mondial pourrait sauver 5 millions de vies et éviter 50 millions de traumatismes graves en dix ans. La Décennie a également pour but d’attirer un financement des donateurs en faveur de la sécurité routière. Le maire de New York, Michael Bloomberg, a déjà engagé 125 millions de dollars en faveur de la sécurité routière dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, ce qui en fait, de loin, le premier donateur.

D’autres mécanismes novateurs de financement sont envisagés, par exemple un régime facultatif par lequel, pour chaque vente d’un véhicule neuf, les constructeurs automobiles verseraient 2 dollars dans un fonds en faveur de la sécurité routière dans les pays en développement. On pourrait ainsi réunir au moins 140 millions par an.

L'OMS coordonnera les actions mondiales

L’OMS participera à la coordination des efforts mondiaux pendant toute la Décennie et suivra les progrès accomplis pour atteindre les objectifs de la Décennie aux niveaux national et international. Elle continuera également à fournir un appui technique pour les initiatives nationales destinées à lutter contre la conduite en état d’ébriété et les excès de vitesse, à favoriser le port du casque, le port de la ceinture de sécurité et l’utilisation de dispositifs de sécurité pour enfants, et à améliorer les soins d’urgence.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Laura Sminkey
Chargée de communication
Département Prévention de la violence et du traumatisme et handicap, OMS
Téléphone: + 41 22 791 4547
Portable: + 41 79 249 3520
Courriel: sminkeyl@who.int

Partager