Centre des médias

Les maladies non transmissibles principales causes de décès dans le monde

Les pays en développement sont durement touchés cumulant 80% des décès.

Communiqué de presse

Les maladies non transmissibles sont les principales causes de décès aujourd’hui et sont en augmentation: c’est ce que confirme le 1er rapport sur la situation mondiale des maladies non transmissibles (MNT) publié aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En 20081, 36,1 millions de personnes sont décédées d’affections telles que les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, les pneumopathies chroniques, les cancers et le diabète. Plus de 80% de ces décès sont survenus dans les pays à revenu faible ou moyen.

Un coup sévère porté au développement

Pour le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, qui a annoncé la publication du rapport au cours du Forum mondial de l’OMS sur les maladies non transmissibles qui se tient aujourd’hui à Moscou, en Fédération de Russie: «l’augmentation des maladies chroniques non transmissibles représente un énorme défi. Pour certains pays, il n’est pas exagéré de décrire la situation comme une catastrophe imminente, une catastrophe pour la santé, pour la société et surtout pour les économies nationales. »

Le Dr Chan a ajouté: «les maladies non transmissibles chroniques portent un double coup au développement. Elles provoquent des milliards de dollars de pertes pour le revenu national et entraînent chaque année des millions de personnes au-dessous du seuil de pauvreté.»

Des millions de décès pourraient être évités

Mais des millions de décès pourraient être évités si l’on appliquait de façon plus stricte les mesures qui existent aujourd’hui. Il s’agit de politiques visant à promouvoir une action gouvernementale contre les MNT, une réglementation antitabac plus stricte et une alimentation saine et l’exercice physique, tout en réduisant l’usage nocif de l’alcool et en améliorant l’accès aux soins de santé essentiels.

Le rapport sur la situation mondiale des MNT contient des statistiques mondiales, régionales et par pays ainsi que les données factuelles et d’expérience nécessaires pour mettre en place une riposte plus énergique face à la menace croissante que représentent les maladies non transmissibles chroniques. Il constitue un point de départ pour prévoir les tendances futures des MNT et les solutions à apporter dans les pays, notamment sur le plan socio-économique. Le rapport contient des conseils et des recommandations à tous les pays et accorde une attention particulière à la situation des pays à revenu faible ou moyen, qui sont les plus durement frappés par les maladies non transmissibles.

Les maladies cardio-vasculaires sont responsables de la plupart des décès par MNT, à savoir 17 millions de personnes chaque année; elles sont suivies par le cancer (7,6 millions), les maladies respiratoires (4,2 millions) et le diabète (1,3 million). Ces quatre groupes de maladies représentent près de 80% de l’ensemble des décès par MNT et ont en commun quatre facteurs de risque:

  • le tabagisme;
  • la sédentarité;
  • l’usage nocif de l’alcool;
  • une alimentation déséquilibrée.

80% des décès surviennent dans les pays en développement

«Près de 30% des personnes qui meurent de maladies non transmissibles dans les pays à revenu faible ou moyen sont âgées de moins de 60 ans et sont dans leurs années les plus productives. Ces décès prématurés sont d’autant plus tragiques qu’ils sont en grande partie évitables», a déclaré le Dr Ala Alwan, Sous-Directeur général de l’OMS chargé des maladies non transmissibles et de la santé mentale. «Cela représente d’énormes pertes, non seulement au niveau individuel, mais aussi au niveau familial et au niveau de la population active d’un pays. Pour les millions de personnes qui luttent pour sortir de la pauvreté s’ensuit un cercle vicieux. La pauvreté contribue aux MNT et les MNT contribuent à la pauvreté. À moins de combattre énergiquement l’épidémie de maladies non transmissibles, l’objectif mondial de réduction de la pauvreté sera très difficile à atteindre.»

Les maladies non transmissibles ont été responsables de 63% de la mortalité mondiale en 2008. Cela équivaut à 36 millions de personnes et près de 80% de ces décès par MNT – soit 29 millions – sont survenus dans des pays à revenu faible ou moyen, ce qui dissipe le mythe selon lequel ces affections seraient principalement un problème de pays riches. Faute de mesures, on prévoit que l’épidémie des MNT tuera 52 millions de personnes chaque année d’ici 2030.

Des estimations pays par pays sur l’épidémie de MNT

Le rapport de l’OMS fournit des estimations pays par pays sur l’épidémie de MNT et leurs facteurs de risque, les problèmes qui empêchent de nombreux pays de prendre des mesures efficaces et les mesures susceptibles de sauver des millions de vies et de réduire l’augmentation vertigineuse des dépenses de santé.

Ces mesures comprennent la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, comme l’augmentation des taxes sur le tabac, l’interdiction de publicité en faveur du tabac et l’adoption de mesures législatives pour réglementer l’usage du tabac dans les lieux publics. Parmi les autres mesures figurent la réduction de la teneur en sel des aliments, l’arrêt de la commercialisation inappropriée d’aliments malsains et de boissons non alcoolisées auprès des enfants et la réglementation de l’usage nocif du tabac.

Un plan d'action

Ce nouveau rapport est un élément clé du plan d’action 2008-2013 pour la mise en œuvre de la Stratégie mondiale OMS de lutte contre les maladies non transmissibles. Ce plan d’action a été approuvé par l’Assemblée mondiale de la Santé en 2008. Il fournit aux pays une feuille de route pour prendre des mesures contre les maladies non transmissibles, notamment en élevant le degré de priorité de la lutte contre ces maladies, en améliorant la surveillance des maladies, en permettant aux gouvernements de prendre des mesures globales contre ces maladies et en protégeant les pays, en particulier les pays en développement, du fardeau de l’épidémie.

La publication du rapport a été annoncée au cours du Forum mondial de l’OMS sur les maladies non transmissibles, qui a réuni près de 300 personnalités des secteurs civil et privé, des milieux universitaires et autres pour inviter instamment à agir davantage contre ce groupe de maladies. Le Forum apporte une contribution directe à la première Conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les MNT organisée les 28 et 29 avril par la Fédération de Russie et l’OMS.

Ces deux manifestations sont des étapes importantes de la préparation de la première réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles, qui doit se tenir à New York (États-Unis d’Amérique) les 19 et 20 septembre 2011.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Paul Garwood
Chargé de communication
OMS
Portable: +41-794755546
Courriel: garwoodp@who.int


1 Année la plus récente pour laquelle l’on dispose de données.

Partager