Centre des médias

Les dons de sang volontaires et non rémunérés sauvent des vies

L'objectif de l'OMS est que tous les pays tirent la totalité de leur approvisionnement de dons de sang volontaires et non rémunérés d'ici 2020.

Communiqué de presse

Le nombre de pays dont la totalité de l’approvisionnement en sang provient de donneurs volontaires non rémunérés a augmenté de plus de 50% entre 2002 et 2008, d’après les nouvelles données mondiales de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publiées à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang le 14 juin.

La Journée mondiale du donneur de sang est célébrée chaque année pour souligner la contribution des donneurs de sang volontaires non rémunérés à la santé publique. Cette année, le slogan, Plus de sang, c’est plus de vie, vise à encourager encore davantage de gens à venir donner leur sang et sauver davantage de vies.

D’après le Dr Neelam Dhingra, Coordonnateur de la Sécurité transfusionnelle à l’OMS , «le but de l’OMS est que tous les pays tirent la totalité de leurs approvisionnements de dons de sang volontaires non rémunérés d’ici 2020.» Il y a neuf ans, 39 pays étaient dans ce cas; en 2008, ce chiffre était passé à 62. Nous espérons que la Journée mondiale du donneur de sang encouragera davantage de gens dans plus de nombreux pays à devenir donneurs de sang volontaires réguliers.»

Quelque 70 pays enregistrent une progression de 10% de dons volontaires

Dans 70 pays, les dons de sang volontaires non rémunérés ont augmenté de plus de 10% entre 2007 et 2008. L’Inde est le pays qui a signalé la plus forte augmentation, passant de 3,6 millions à 4,6 millions. D’autres pays signalent des augmentations importantes au cours de la même période: l’Afghanistan, l’Algérie, l’Argentine, le Bélarus, la Bulgarie, la Colombie, le Costa Rica, les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, l’Italie, le Japon, les Philippines, la République de Corée, Sri Lanka et le Viet Nam.

Les données de l’OMS font apparaître des informations nouvelles concernant le sexe et l’âge des donateurs. Une centaine de pays fournissent des données par sexe, montrant que 70% des dons de sang proviennent de donneurs de sexe masculin. À peine 25 pays collectent plus de 40% de leurs approvisionnements sanguins auprès de donneurs femmes , notamment l’Australie, l’Azerbaïdjan, l’Estonie, les États-Unis d’Amérique, la Géorgie, la Mongolie, la Nouvelle-Zélande, le Portugal, la République de Moldova, le Swaziland, la Thaïlande et le Zimbabwe. Et dans 16 pays, moins de 10% des dons de sang proviennent de donneurs de sexe féminin.

Dans les pays riches, les donneurs ont tendance à être plus âgés (plus de 44 ans). Dans les pays à revenu faible ou moyen, ils sont plus jeunes (moins de 25 ans). Soixante-dix-sept pays fournissent des données sur la répartition des dons de sang par tranche d’âge. Dans les pays à revenu élevé, 27% seulement des dons proviennent de la tranche d’âge des moins de 25 ans, tandis que 40% proviennent de donneurs de plus de 44 ans. Dans les pays à revenu faible ou moyen, près de la moitié (45%) des dons proviennent de personnes âgées de moins de 25 ans, et 18% de la tranche d’âge supérieure à 44 ans.

Toujours pour le Dr Dhingra, «si les donneurs ont tendance à être plus jeunes dans les pays à faible revenu c’est à l’évidence que l’ensemble de la population y est plus jeune». «Les stratégies visant à encourager davantage de personnes à donner leur sang volontairement doivent prendre en compte de tels facteurs.»

Une mobilisation mondiale pour la Journée du donneur de sang

Au cours de la semaine du 14 juin, toute une série de manifestations sont organisées pour célébrer le don de sang volontaire. Cette année, Buenos Aires, en Argentine, accueille la Journée mondiale du don de sang au niveau international, et organise à cette occasion des matchs de football, un marathon national et célèbre l’aboutissement du « projet Domino» qui s’est étalé sur plusieurs mois et qui a consisté à sensibiliser et à mobiliser en faveur du don de sang toutes les régions du pays, l’une après l’autre.

À Genève, siège de l’Organisation mondiale de la Santé, la communauté locale réunit des écoliers et d’autres volontaires qui, debout, habillés en rouge, formeront l’image d’une goutte de sang humaine. La manifestation doit se dérouler Place des Nations à partir de 10 heures, heure locale, le 14 juin. Toujours à Genève, le célèbre jet d’eau, emblème de la ville, sera illuminé en rouge.

L’OMS estime que si au moins 1% de la population donne son sang, c’est généralement suffisant pour répondre aux besoins essentiels d’un pays en sang sécurisé. Les besoins sont plus élevés dans les pays qui possèdent des systèmes de santé plus développés. Parmi les besoins les plus grands: le remplacement du sang perdu lors de l’accouchement (cause majeure de décès maternel dans le monde), et le traitement de l’anémie sévère qui menace la vie de milliers d’enfants atteints de paludisme ou malnutris.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Joel Schaefer
Chargé de communication
Systèmes et services de santé
Téléphone: 41 22 791 4473
Portable: 41 79 516 4756
Courriel: schaeferj@who.int

Sarah Russell
Chargée de communication
Systèmes et services de santé
Téléphone: +41 22 791 5412
Portable: +41 79 598 6823
Courriel: russellsa@who.int

Partager