Centre des médias

Il faut améliorer les soins aux aux nouveau-nés pour réduire la mortalité infantile

Selon les dernières Statistiques sanitaires mondiales près de 40% des décès chez les enfants de moins de cinq ans surviennent au cours du premier mois de vie.

Communiqué de presse

Selon les informations actualisées sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) parues aujourd’hui dans les Statistiques sanitaires mondiales 2010, il est indispensable d’améliorer les soins aux nouveau-nés au cours du premier mois de vie pour réduire la mortalité infantile dans les pays en développement.

À l’échelle mondiale, on estime que près de 40% des décès chez les enfants de moins de cinq ans surviennent au cours du premier mois de vie, et la plupart d’entre eux au cours de la première semaine de vie. Pour la première fois, ce rapport indique quelles sont les principales causes de ces décès chez les nouveau-nés. Il montre aussi que parmi les enfants de moins de cinq ans, les décès ont chuté de 30%, passant de 12,5 millions en 1990 à 8,8 millions en 2008.

Des améliorations pour certains OMD

Alors que cinq ans seulement nous séparent de la date butoir de 2015 pour la réalisation des OMD, des améliorations remarquables ont eu lieu pour certains des OMD axés sur la santé: le pourcentage des enfants présentant une insuffisance pondérale a été réduit: estimé à 25% en 1990, il est de 16% en 2010; les infections à VIH ont diminué de 16% entre 2001 et 2008, et le pourcentage de la population mondiale ayant accès à l’eau potable a augmenté de 77% à 87%, soit suffisamment pour atteindre la cible de l’OMD correspondant.

Toutefois, les résultats mondiaux masquent des inégalités entre les pays et les régions. Certains pays ont pris du retard du fait de conflits, d’une gouvernance médiocre ou de crises humanitaires et économiques. «Mais plusieurs pays à faible revenu ont accompli des progrès notables dans la réduction de la mortalité infantile, en particulier le Libéria, la Sierra Leone, le Mozambique et le Rwanda», déclare Ties Boerma, Directeur à l’OMS du Département Statistique et informatique sanitaires.

«Peu de pays en développement sont en bonne voie pour atteindre la cible relative à la mortalité maternelle. Toutefois, il existe des signes de progrès dans des pays tels que la Chine ou l’Égypte», indique le Dr Boerma. «Mais l’évaluation reste un défi et il est nécessaire d’investir pour obtenir dans les pays de meilleurs systèmes permettant de recenser et d’enregistrer correctement les décès maternels.»

Prévenir le paludisme et la malnutrition

«Le défi consiste aussi à aider les pays de l’Afrique subsaharienne et de certaines parties de l’Asie du Sud-Est à avoir accès à des interventions, afin de prévenir le paludisme, telles que les moustiquaires imprégnées d’insecticide ou de lutter contre la malnutrition. La dénutrition est la cause sous-jacente d’un tiers des décès infantiles», estime le Dr Boerma.

Le rapport révèle aussi que:

  • Neuf pays d’Afrique et 29 autres pays sont en bonne voie pour atteindre la cible de l’OMD relative à la réduction du paludisme, même si en 2008, on estime que 243 millions de cas de paludisme ont encore été responsables de 863 000 décès, la plupart touchant des enfants de moins de cinq ans.

  • Les nouvelles infections par le VIH ont à l’échelle mondiale été réduites de 16% entre 2001 et 2008. Il y a eu en 2008 2,7 millions de nouvelles infections par le VIH; plus de 4 millions de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire recevaient un traitement antirétroviral à la fin de 2008, mais il restait encore plus de 5 millions de personnes sans accès au traitement.

  • La prévalence de la tuberculose diminue au fur et à mesure que davantage de personnes sont traitées avec succès. La mortalité due à la tuberculose chez les personnes négatives pour le VIH a reculé de 1,7 million en 2001 à 1,4 million en 2008.

Les OMD ont été lancés par les Nations Unies et leurs partenaires pour obtenir des progrès importants dans huit domaines de la santé et du développement d’ici 2015.

Le rapport annuel des Statistiques sanitaires mondiales 2010 se base sur plus d’une centaine d’indicateurs sanitaires mesurés dans les 193 États Membres de l’OMS. Ces indicateurs donnent un instantané des tendances mondiales de la santé. Il est toutefois difficile d’obtenir des informations sanitaires précises et régulières dans certaines parties du monde.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Dr Ties Boerma
Directeur, Statistique et informatique sanitaires
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 1481
Portable: +41 79 217 3426
Courriel: boermat@who.int

Dr Carla Abou-Zahr
Coordonnateur, Suivi et analyse des statistiques
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 3367
Portable: +41 79 217 3449
Courriel: abouzahrc@who.int

Alice Ghent
Chargée de communication, Département Information, bases factuelles et recherche
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 1498
Portable: +41 79 206 1087
Courriel: ghenta@who.int

Partager