Centre des médias

L'OMS simplifie la prise en charge des troubles mentaux et neurologiques

Un nouveau Guide d’intervention facilitera la prise en charge de la dépression, des troubles dus à la consommation d’alcool, de l’épilepsie dans le cadre des soins de santé primaires.

Communiqué de presse

Des millions de personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques et liés à l'utilisation de substances psychoactives courants mais non traités peuvent désormais bénéficier des nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques simplifiées que diffuse aujourd'hui l’Organisation mondiale de la Santé. Ces recommandations ont pour tâche de faciliter la prise en charge de la dépression, des troubles dus à la consommation d’alcool, de l’épilepsie et d'autres troubles mentaux courants dans le cadre des soins de santé primaires.

Ce Guide d’intervention donne au personnel médical non spécialisé dans les maladies mentales, c'est-à-dire notamment aux médecins, personnels infirmiers et autres agents de santé, les compétences nécessaires pour poser un diagnostic et prendre les patients en charge. Ces recommandations fondées sur des bases factuelles sont présentées dans un tableau pour simplifier la prestation dans le cadre des soins de santé primaires.

Le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré: «Le tour de force du Guide d’intervention est d'avoir transformé une manne de compétences et d’expériences cliniques acquises auprès de centaines d’experts en un document d'à peine cent pages riche d'une sagesse clinique et de conseils pratiques succincts.»

Des millions de personnes sans traitement

L’OMS estime que plus de 75% des personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques et liés à l'utilisation de substances psychoactives – dont environ 95 millions souffrent de dépression et plus de 25 millions sont épileptiques – vivant dans les pays en développement ne bénéficient d’aucun traitement ni soin. Permettre au système de soins de santé primaires de poser un diagnostic et de les traiter accroîtra considérablement le nombre de personnes pouvant accéder aux soins.

D’après le Dr Ala Alwan, Sous-directeur général pour les maladies non transmissibles et la santé mentale à l’OMS: «Améliorer les services de santé mentale ne passe pas nécessairement par des technologies sophistiquées et onéreuses. Il faut augmenter la capacité du système de soins de santé primaires de fournir un ensemble de soins intégrés.»

Moins de 2% des dépenses de santé consacrées à la santé mentale

On estime qu’une personne sur quatre dans le monde connaîtra au cours de son existence un problème de santé mentale sous une forme ou une autre. Les personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques et liés à l'utilisation de substances psychoactives sont souvent stigmatisées et font l’objet de négligences et mauvais traitements. Les ressources disponibles sont insuffisantes, inéquitablement réparties et mal utilisées. Dans la plupart des pays, moins de 2% des dépenses de santé sont consacrées à la santé mentale. C'est la raison pour laquelle une grande majorité des populations atteintes ne bénéficie d’aucun soin.

L’OMS, en collaboration avec des partenaires, fournira un appui technique aux pays afin qu’ils appliquent les recommandations, et elle a déjà lancé le programme visant à intensifier les soins dans six pays, à savoir l’Éthiopie, les Îles Salomon, la Jordanie, le Nigéria, le Panama et la Sierra Leone.

Programme pour intensifier les soins dans six pays

«Ce programme permettra à des agents infirmiers éthiopiens, dans leur travail quotidien, de repérer les personnes souffrant de dépression et de leur fournir une assistance psychosociale. De la même façon, les médecins jordaniens et assistants médicaux nigérians seront à même de traiter des enfants épileptiques», précise le Dr Shekhar Saxena, Directeur du Département Santé mentale et abus de substances psychoactives à l’OMS. «On rencontre souvent ces deux affections dans le cadre des soins de santé primaires, mais elles ne sont ni identifiées ni traitées compte tenu du manque de connaissances et de compétences des agents de soins de santé.»

Améliorer les services de santé mentale dans les pays en développement

Le Guide d’intervention contribuera à intensifier les soins pour les personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques et liés à l'utilisation de substances psychoactives, ce qui n'est autre que l’objectif du Programme d’action Combler les lacunes en santé mentale de l’OMS. De multiples partenaires, dont des États Membres, institutions des Nations Unies, instituts de recherche, universités, organisations multilatérales, fondations, centres collaborateurs de l’OMS et ONG sont convenus, dans le cadre du Forum du Programme d’action Combler les lacunes en santé mentale, d’aider l’Organisation à sensibiliser pour améliorer les soins et services de santé mentale dans les pays en développement.

L’OMS, par l'intermédiaire de son Programme d’action, demande aux gouvernements, aux donateurs et aux parties prenantes de la santé mentale d’accroître rapidement le financement et la prestation de services de santé mentale de base afin de combler les immenses lacunes dans le domaine du traitement.

Pour plus d'informations, prendre contact avec:

Dr Shekhar Saxena
Directeur du Département santé mentale et abus de substances psychoactives
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 3625
Portable: +41 79 308 9865
Courriel: saxenas@who.int

Fadéla Chaib
Responsable de communication
OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 3228
Portable: +41 79 475 5556
Courriel: chaibf@who.int

Partager