Centre des médias

Journée mondiale du donneur de sang: hommage aux jeunes

Les moins de 25 ans représentent 38% des dons de sang bénévoles.

Communiqué de presse

D’après les nouvelles données mondiales communiquées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang, le 14 juin, les moins de 25 ans représentent 38% des dons de sang bénévoles.

La Journée mondiale du donneur de sang est célébrée chaque année afin d’attirer l’attention sur la contribution essentielle des donneurs bénévoles à la santé publique. «Le monde a besoin de sang neuf», qui est le slogan de cette année, vise à sensibiliser davantage au rôle que jouent les jeunes gens pour garantir un approvisionnement fiable en sang.

«C’est la première fois que nous disposons de données ventilées par âge pour le don de sang», a déclaré Carissa Etienne, Sous-Directeur général pour les Systèmes et services de santé à l’OMS. «Il est important de constater que, dans bien des pays, beaucoup de jeunes sont déjà donneurs. Les pays peuvent tirer parti de ce phénomène pour en inciter davantage à le devenir.»

Les chiffres tirés de l’enquête menée en 2008 sur la sécurité transfusionnelle [1] montrent que 14 pays collectent plus de la moitié de leurs dons auprès des moins de 25 ans, à savoir: la République démocratique populaire lao, le Zimbabwe, le Malawi, le Botswana, le Viet Nam, la République de Corée, le Burkina Faso, la Guinée, Tuvalu, la Jordanie, la Papouasie Nouvelle Guinée, Kiribati, l’Inde et le Gabon.

L’usage veut que les donneurs aient entre 18 et 65 ans, mais il arrive parfois que les dons soient acceptés dès l’âge de 16 ans pour autant que les parents y consentent. Le don de sang volontaire non rémunéré est préférable au don rétribué car il permet généralement de sécuriser les approvisionnements et d’amoindrir le risque d’exploitation des donneurs. Il semble que les dons volontaires contribuent aussi à promouvoir auprès des jeunes donneurs un mode de vie plus sain dans tous les domaines.

«Les jeunes incarnent à la fois l’espoir et l’avenir d’un approvisionnement mondial en sang sécurisé», a déclaré le Dr Neelam Dhingra, coordonnateur de l’équipe Sécurité transfusionnelle à l’OMS. «Nous sommes persuadés que davantage de pays pourront atteindre l’objectif des 100 % de dons bénévoles s’ils adressent un message ciblé à la jeunesse.»

À l’heure actuelle, 62 pays – contre 57 seulement l’an dernier – se procurent la totalité, voire la quasi-totalité (plus de 99%) de leurs produits sanguins auprès de donneurs non rémunérés. Le Bélarus, le Kenya, la Malaisie, la République islamique d’Iran et la Zambie sont les nouveaux venus dans le cénacle.

«Dans 77 pays, toutefois, les dons sont encore très en deçà du niveau requis pour satisfaire les besoins des patients», a ajouté le Dr Dhingra.

L’OMS estime que, si 1% au moins de la population d’un pays donne son sang, cela suffit à couvrir ses besoins fondamentaux en sang sécurisé. Les exigences sont plus grandes dans les pays dotés de systèmes de santé plus modernes. Le remplacement du sang perdu lors de l’accouchement (l’une des principales causes des décès maternels dans le monde) et le traitement de l’anémie qui menace la vie de milliers d’enfants impaludés ou dénutris sont une nécessité vitale.

En mai 2010, les États Membres de l’OMS ont adopté une résolution sur la disponibilité, l’innocuité et la qualité des produits sanguins. Cette résolution permettra d’élargir l’accès à la sécurité transfusionnelle et à des produits sanguins fiables et abordables dans les pays en développement. Elle va aussi dans le sens de la Déclaration de Melbourne, rendue publique à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang 2009, tenue en Australie, laquelle invite les pays à atteindre l’objectif des 100% de dons de sang volontaires non rémunérés d’ici 2020.

À compter du 14 juin, un programme d’activités très médiatisées, échelonné sur une semaine, célébrera le don de sang volontaire. Cette année, les manifestations organisées à l’occasion de la Journée mondiale se déroulent à Barcelone (Espagne) et à Shanghai (Chine) dans le cadre de l’exposition 2010. Un certain nombre de parties prenantes, dont la ville de Barcelone, réuniront notamment les bénévoles dans un lieu public majeur où ils se tiendront côte à côte, tout de rouge vêtus, pour former une «goutte de sang» symbolique.

Pour plus d’informations, prendre contact avec:

Joel Schaefer
Chargé de communication
Systèmes et services de santé
Téléphone: 41 22 791 4473
Portable: 41 79 516 4756
Courriel: schaeferj@who.int


[1]Tous les pays n’ont pas communiqué de résultats.

Partager