Centre des médias

L’OMS demande instamment aux pays de prendre des mesures pour combattre la résistance aux antimicrobiens

Communiqué de presse

On reconnaît de plus en plus que la résistance aux antimicrobiens – la capacité des micro-organismes à trouver des moyens d’échapper à l’action des médicaments utilisés pour traiter les infections qu’ils provoquent – est un problème mondial de santé publique, susceptible d’entraver la lutte contre de nombreuses maladies infectieuses. Certaines bactéries ont développé des mécanismes qui les rendent résistantes à de nombreux antibiotiques (bactéries multi-résistantes) et sont donc particulièrement difficiles à traiter, les alternatives thérapeutiques étant très limitées ou inexistantes. Elles représentent un problème de santé publique croissant et mondial. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise aux pays de se préparer à mettre en œuvre des mesures de lutte contre les infections en milieu hospitalier pour limiter la propagation des souches multi-résistantes et de renforcer les politiques nationales sur l’usage prudent des antibiotiques, pour réduire l’apparition de bactéries résistantes.

Un article publié le 11 août 2010 dans The Lancet Infectious Diseases révèle qu’on a identifié un gène permettant à certaines bactéries d’être hautement résistantes à presque tous les antibiotiques. Il attire l’attention sur le problème de la résistance aux antimicrobiens et sensibilise aux infections provoquées par les bactéries multi-résistantes.

Si les bactéries de ce type ne sont pas nouvelles et continueront d’apparaître, cette évolution nécessite une surveillance et des études plus approfondies pour comprendre l’étendue et les modalités de la transmission, ainsi que pour déterminer des mesures de lutte plus efficaces.

Face au problème de la résistance aux antimicrobiens, les consommateurs, les prescripteurs et les dispensateurs de médicaments, les vétérinaires, les administrateurs d’hôpitaux et de laboratoires d’analyses, les patients et les visiteurs dans les établissements de santé, ainsi que les gouvernements nationaux, l’industrie pharmaceutique, les associations professionnelles et les organisations internationales sont tous appelés à rester vigilants et à prendre les mesures appropriées.

L’OMS recommande fortement aux gouvernements d’axer leurs efforts de lutte et de prévention sur quatre grands domaines :

  • surveillance de la résistance aux antimicrobiens ;
  • usage rationnel des antibiotiques, comportant l’éducation des personnels de santé et du public en ce sens ;
  • adoption ou application d’une législation visant à mettre fin à la vente d’antibiotiques sans ordonnance ;
  • observance stricte des mesures de lutte et de prévention contre les infections, dont le lavage des mains, en particulier dans les établissements de santé.

Le succès de la lutte contre les micro-organismes multi-résistants est bien établi dans de nombreux pays et les mesures existantes et bien connues de lutte et de prévention contre les infections peuvent réduire efficacement leur transmission, si elles sont appliquées rigoureusement et systématiquement.

L’OMS va continuer d’aider les pays à élaborer des politiques appropriées et à coordonner les efforts internationaux pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens, qui est le thème retenu par l’OMS pour la Journée mondiale de la Santé 2011.

Pour en savoir plus, veuillez prendre contact avec :

Fadéla Chaib
Communications Officer
WHO, Geneva
Telephone: + 41 22 791 3228
Mobile: + 41 79 475 5556
E-mail: chaibf@who.int

Vismita Gupta-Smith
Information Officer
WHO Regional Office for South East Asia
Telephone: +91 11 233 70804
Mobile: +91 98 713 29861
E-mail: guptasmithv@searo.who.int

Peter Cordingley
Public Information Officer
WHO Regional Office for Western Pacific
Telephone: +63 2 5289992
Mobile: +63 918 963 0224
E-mail: cordingleyp@wpro.who.int

Partager