Centre des médias

Réduire l’usage nocif de l’alcool permet d’améliorer la santé et la situation des communautés

Communiqué de presse

Les délégations des 193 États Membres de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sont, pour la première fois, parvenues, à l’Assemblée de la Santé, à un consensus sur une résolution destinée à réduire l’usage nocif de l’alcool – phénomène qui contribue à la survenue de problèmes de santé partout dans le monde, qui peut avoir des effets dévastateurs sur les familles et qui peut mettre à mal la structure des communautés.

L’usage nocif de l’alcool, qui tue chaque année 2,5 millions de personnes, dont 320 000 jeunes de 15 à 29 ans, est le huitième facteur de risque de décès dans le monde et est responsable de près de 4% des décès au niveau mondial, selon les estimations de 2004.

Outre cette résolution, une stratégie mondiale élaborée par l’OMS en étroite collaboration avec les États Membres, propose une série de politiques et d’interventions à mettre en œuvre au niveau national en vue de réduire l’usage nocif de l’alcool au niveau mondial. La résolution approuve la stratégie et invite instamment les États Membres à compléter et à soutenir les mesures prises au niveau national pour s’attaquer aux problèmes de santé publique provoqués par l’usage nocif de l’alcool.

La stratégie mondiale recommande dix domaines d’action, dont l’action des services de santé, l’action communautaire, les politiques de prix et la réduction de l’impact sur la santé publique de l’alcool illicite ou produit par le secteur informel. La résolution prie également l’OMS d’aider les pays à mettre en œuvre la Stratégie mondiale et à suivre les progrès accomplis aux niveaux mondial, régional et national.

«La résolution et la stratégie fixent des domaines prioritaires pour l’action mondiale, donnent des orientations aux pays et l’instruction précise à l’OMS de renforcer l’action à tous les niveaux pour réduire l’usage nocif de l’alcool», déclare le Dr Ala Alwan, Sous-Directeur général à l’OMS.

La consommation nocive d’alcool est aussi un facteur majeur de risque évitable pour les maladies non transmissibles, en particulier les maladies cardiovasculaires, la cirrhose hépatique et divers cancers. On l’associe aussi à certaines maladies infectieuses comme le VIH/sida et la tuberculose, ainsi qu’aux accidents de la circulation, à la violence et aux suicides.

Pour réussir, la mise en œuvre de la stratégie supposera une action concertée de la part des pays, une gouvernance mondiale efficace et un engagement suffisant de la part de toutes les parties intéressées. À cette fin, l’OMS demandera à ce que l’action pour le développement mondial et les décisions d’investissement qui en découlent incluent, en tant que partie intégrante, les stratégies pour réduire l’usage nocif de l’alcool.

Pour en savoir, prendre contact avec:

Dr Shekhar Saxena
Directeur, Santé mentale et abus de substances psychoactives
Maladies non transmissibles et santé mentale
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 3625
Portable: +41 79 308 9865
Courriel: saxenas@who.int

Dr Vladimir Poznyak
Coordonnateur Prise en charge de l'abus de substances psychoactives
Maladies non transmissibles et santé mentale
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 3625
Portable: +41 79 367 6213
Courriel: poznyakv@who.int

Mr Menno van Hilten
Chargé des relations extérieures
Maladies non transmissibles et santé mentale
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 2675
Portable: +41 79 457 0929
Courriel: vanhiltenm@who.int

Partager