Centre des médias

Programme commun OMS/AIEA de lutte contre le cancer dans les pays en développement

Communiqué de presse

L’Organisation mondiale de la Santé et l’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA) ont annoncé aujourd’hui le lancement d’un Programme commun de lutte contre le cancer visant à renforcer et à accélérer les efforts de lutte contre cette maladie dans le monde en développement.

Cet accord novateur témoigne de la préoccupation internationale croissante que suscite le cancer, qui est l’une des principales causes de décès dans le monde, avec 7,4 millions de décès en 2004 (près de 13% des décès).

«Dans les pays à revenu faible ou moyen, le cancer touche démesurément les pauvres. Cela a des répercussions considérables en termes de souffrances humaines, sur les systèmes de santé, sur les budgets de la santé et sur les efforts de lutte contre la pauvreté», a déclaré le Directeur général de l’OMS, Margaret Chan, qui a signé l’accord de Programme commun avec le Directeur général de l’AIEA, Mohamed ElBaradei.

Si l’on mettait en application les connaissances actuelles, au moins un tiers des cas de cancer pourrait être évité, un autre tiers pourrait être dépisté précocement, traité et guéri; et les souffrances des patients atteints de cancers avancés pourraient être atténuées grâce aux soins palliatifs.

«L’AIEA fournit depuis longtemps technologie et expertise en matière de rayonnements aux pays en développement, mais la radiothérapie seule ne suffit pas à freiner le développement des cancers dans le monde», a déclaré le Directeur général de l’AIEA, Mohamed ElBaradei. «Le Programme d’action en faveur de la cancérothérapie a été créé pour aider à élaborer une approche plus intégrée et plus large de la lutte et des soins anticancéreux. Le Programme commun avec l’OMS témoigne de notre conviction que seuls des efforts concertés et une collaboration peuvent apporter espoir et soulagement à tous ceux dont la vie est menacée par le cancer.»

Les efforts du Programme commun sont concentrés sur six sites modèles pilotes en Albanie, au Nicaragua, à Sri Lanka, en Tanzanie, au Viet Nam et au Yémen. Les efforts conjoints devront également répondre aux demandes d’aide pour l’évaluation de la lutte anticancéreuse et l’élaboration de programmes dans les pays à revenu faible ou moyen.

L’OMS et l’AIEA ont des mandats complémentaires lorsqu’il s’agit de lutte anticancéreuse. L’OMS est l’autorité directrice et coordonnatrice, dans le domaine de la santé, des travaux entrepris dans le cadre des Nations Unies, tandis que l’expertise de l’AIEA en matière de radiomédecine est un élément essentiel des stratégies de diagnostic et de traitement du cancer. Le Programme commun offrira aux deux organisations un cadre de coordination de leurs travaux, en s’appuyant sur leurs domaines de compétences respectifs pour créer une approche plus solide et plus coordonnée de la lutte contre le cancer dans les pays à revenu faible ou moyen.

La création du Programme commun OMS/AIEA remonte à mai 2005, date à laquelle l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution importante (WHA58.22) en réponse à l’augmentation spectaculaire de l’incidence du cancer dans le monde. Cette même année, l’AIEA créait son Programme d’action en faveur de la cancérothérapie (PACT) pour aider à élargir les capacités de radiothérapie dans les pays en développement et à constituer des partenariats pour remédier aux grandes disparités qui existent dans les services de cancérologie. Depuis, le PACT, l’OMS et d’autres organisations internationales majeures s’occupant de cancer ont entamé une collaboration de plus en plus fructueuse, s’efforçant d’agir sur un large front pluridisciplinaire.

Conformément aux termes de l’accord, le Programme OMS/AIEA sera chargé de «coordonner les activités et les ressources à l’appui de l’élaboration et de la mise en oeuvre de programmes durables et complets de lutte anticancéreuse dans les pays à revenu faible ou moyen». La collaboration fructueuse avec d’autres organisations internationales de lutte contre le cancer demeurera une des clés de voûte du Programme commun.

L’OMS et l’AIEA visent à travailler de plus en plus étroitement avec leurs partenaires pour aider à élaborer le type de programmes nationaux de lutte anticancéreuse intégrés et efficaces dont ont besoin les pays en développement. Ces programmes comprennent la prévention, la détection précoce, le dépistage, le diagnostic, le traitement, les soins palliatifs et le suivi, y compris les registres du cancer. Les programmes nationaux de lutte anticancéreuse s’inscrivent dans le cadre plus général de l’action menée par l’OMS pour renforcer les systèmes de santé, l’accent étant mis sur les soins de santé primaires.

Pour plus d'informations:

Département de Communication
OMS, Genève

Thomas Abraham
Portable: +41 79 516 3136
Courriel: abrahamt@who.int

Fadéla Chaib
Portable: +41 79 475 5556
Courriel: chaibf@who.int

Gaya Gamhewage
Portable: + 41 79 475 5563
Courriel: gamhewageg@who.int

Informations pour les médias
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel mediainquiries@who.int

Partager