Centre des médias

L’Afghanistan, premier pays au monde à utiliser un nouveau vaccin antipoliomyélitique

Une étape cruciale au moment où l’effort mondial d’éradication achoppe sur de sérieuses difficultés

Communiqué de presse commun CDC/ROTARY/UNICEF/OMS

Les campagnes de vaccination contre la poliomyélite en Afghanistan vont utiliser aujourd’hui pour la première fois un nouveau vaccin, le vaccin antipoliomyélitique buccal bivalent (VPOb). Outil essentiel pour éradiquer cette maladie, comme le recommande désormais le Comité consultatif pour l’éradication de la poliomyélite, l’organe technique de l’initiative mondiale. Il confère la protection optimale simultanée nécessaire pour immuniser les jeunes enfants contre les deux sérotypes restants (1 et 3) de ce virus à l’origine de paralysies.

Il permettra de simplifier énormément la logistique de la vaccination dans les régions d’Afghanistan en proie à des conflits. La campagne de vaccination, prévue du 15 au 17 décembre, administrera le VPOb à 2,81 millions d’enfants de moins de 5 ans dans les régions du Sud, du Sud-Est et de l’Est du pays.

Il y avait trois types de poliovirus sauvages (types 1, 2 et 3), mais le type 2 n’a plus été observé dans le monde depuis 1999. Ce progrès a conduit à mettre au point des vaccins monovalents, grâce auxquels on obtient une protection plus efficace contre un seul type de virus qu’avec les vaccins trivalents classiques.

Un essai clinique sur le terrain, comparant le vaccin VPOb aux vaccins existants pour déterminer s’il confère une protection efficace aux enfants vivant dans des zones où les deux sérotypes restants sont en circulation, a pris fin en juin 2009. Avec une efficacité supérieure d’au moins 30% à celle du vaccin trivalent, on a constaté qu’il équivalait presque les vaccins monovalents contre les types 1 et 3, tout en ne nécessitant qu’une seule administration.

Le VPOb permet aux pays de simplifier la logistique de la vaccination et d’optimiser la protection en associant les vaccins disponibles en fonction des besoins locaux. Dans le sud de l’Afghanistan, où l’accès aux enfants dépend des conditions de sécurité, il aide à tirer le meilleur parti de chaque contact avec un enfant.

La poliomyélite a disparu de la plus grande partie de l’Afghanistan: sur les 31 enfants atteints de paralysie poliomyélitique cette année, 28 résidaient dans 13 districts de très grande insécurité (le pays compte 329 districts). En 2009, la campagne d’éradication en Afghanistan s’est attachée à améliorer les opérations et à créer un environnement sûr pour les équipes de vaccination.

Des contrats ont été passés avec des organismes non gouvernementaux et on a fait appel aux dirigeants locaux pour approcher les belligérants, garantir le libre passage des équipes de vaccination et atteindre les enfants. Grâce à ces préparatifs et à un renforcement de la supervision et du personnel, sur les quelque 1,2 million d’enfants de moins de 5 ans que compte la Région Sud, la proportion qui n’a pas pu être vaccinée est passée de plus de 20% début 2009 à 5% lors des campagnes de juillet et de septembre 2009.

La disponibilité du VPOb multiplie les retombées positives de ces progrès. Néanmoins, dans les 13 districts à haut risque des provinces de Kandahar et Helmand, dans la Région Sud, la proportion d’enfants qui ne sont toujours pas vaccinés dépasse largement les 20%, voire 60% dans certaines zones.

Dans le monde, quatre pays ne sont jamais parvenus à interrompre la transmission de la poliomyélite: l’Afghanistan, l’Inde, le Nigéria et le Pakistan. Les types 1 et 3 circulent dans des zones limitées de chacun de ces pays et, au cours des mois prochains, les trois autres pays vont suivre la trace de l’Afghanistan pour administrer le VPOb, concrétisant ainsi l’adoption d’un nouvel outil majeur dans le cadre de l’action internationale pour éradiquer la poliomyélite.

Alors que l’initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite, partenariat public-privé qui dirige cette action, a obtenu une diminution de l’incidence de plus de 99% (selon les estimations, 1000 enfants étaient touchés chaque jour en 1988, contre 1483 pour l’ensemble de l’année 2009), la maladie reste implantée dans les quatre pays d’endémie, ce qui a de graves conséquences au-delà de ces zones: on observe actuellement des flambées de poliomyélite dans 16 pays qui en étaient auparavant exempts et dans quatre d’entre eux, la transmission se maintient depuis plus d’un an.

La mise à disposition du VPOb entre dans le cadre de tactiques nouvelles et spécifiques à chaque région, mises en œuvre en 2009 pour atteindre plus vite l’éradication. La rapidité de la production du vaccin est le fruit d’une collaboration extraordinaire entre l’Organisation mondiale de la Santé, l’UNICEF, les fabricants et les autorités de réglementation.

La campagne de vaccination en Afghanistan est financée par le gouvernement du Canada. Ce pays présidera le G8 en 2010 et il a été le premier pays à mettre la poliomyélite à l’ordre du jour du G8, à l’occasion de sa dernière présidence du Groupe, en 2002. Ensemble, les pays du G8 apportent la contribution financière la plus importante à l’éradication de la poliomyélite.

L’initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite a à sa tête l’Organisation mondiale de la Santé, le Rotary International, les US Centers for Disease Control and Prevention et l’UNICEF.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Rod Curtis
OMS, Genève
Tél.: +41 22 791 2082
Portable: +41 79 595 9721
Courriel: curtisr@who.int

Oliver Rosenbauer
World Health Organization, Geneva
Tél.: +41 22 791 3832
Portable: +41 79 500 6536
Courriel: rosenbauero@who.int

Petina Dixon
Rotary International, Evanston
Tél.: +1 847 866 3054
Courriel: petina.dixon@rotary.org

Christian Moen
UNICEF, New York
Tél.: +1 212 326 7516
Portable: +1 917 299 1041
Courriel: cmoen@unicef.org

Steve Stewart
US-CDC, Atlanta
Tél.: +1 404 639 8327
Portable: +1 404 921 8095
Courriel: znc4@cdc.gov

Partager