Centre des médias

Les Nations Unies engagées dans la lutte contre les maladies non transmissibles

Note d’information aux médias
14 mai 2010

L’OMS se félicite de l’adoption, la nuit dernière, par l’Assemblée générale des Nations Unies d’une résolution relative à la prévention et à la lutte contre les maladies non transmissibles – principalement les maladies cardiovasculaires, les cancers, les maladies respiratoires chroniques et le diabète – qui tueront près de 35 millions de personnes chaque année, dont près de 9 millions avant l’âge de 60 ans.

Cette résolution vise à ce que, au niveau mondial, le nombre de décès prématurés dus aux maladies non transmissibles n’augmente plus.

«Il faut agir d’urgence» dit le Dr Ala Alwan, Sous-Directeur général de l’OMS. «Cette résolution nous permettra de prendre davantage de mesures pour lutter contre la principale cause de décès dans le monde. Combattre ces maladies est l’un des principaux défis pour le développement durable au XXIe siècle», a-t-il ajouté.

La résolution appelle à:

  • convoquer, en septembre 2011, une réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles, avec la participation de chefs d’État et de gouvernement;

  • à examiner, pendant les travaux de la séance plénière de haut niveau consacrée à l’examen des objectifs du Millénaire pour le développement, qui se tiendra en septembre prochain, l’incidence croissante et l’impact socioéconomique du taux élevé de prévalence des maladies non transmissibles dans le monde;

  • le Secrétaire général à établir un rapport sur l’état des maladies non transmissibles dans le monde, en mettant en particulier l’accent sur les problèmes de développement rencontrés par les pays en développement.

Principale cause de décès chez les femmes

Les maladies non transmissibles sont la principale cause de décès chez les femmes dans les pays à revenu élevé ou intermédiaire et la deuxième cause de décès chez les femmes dans les pays à revenu faible. Près de 90 % des décès survenant avant l’âge de 60 ans se produisent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et pourraient être évités, dans la plupart des cas, par le biais de la le tabagisme, l’alimentation malsaine, la sédentarité et l’usage nocif de l’alcool, et moyennant un dépistage plus précoce du cancer du sein, du cancer du col de l’utérus, du diabète et de l’hypertension artérielle.

Si dans de nombreux pays à revenu élevé les taux de mortalité par maladie non transmissible se sont stabilisés ou ont baissé ces dernières décennies, des travaux de recherche semblent indiquer que le nombre de décès attribuables aux maladies non transmissibles augmente dans toutes les régions du monde. On estime que, si rien n’est fait, les maladies transmissibles seront responsables de 41,2 millions de décès par an d’ici 2015.

Cette récente résolution s’inscrit dans le prolongement de la Déclaration ministérielle de Doha adoptée lors du débat de haut niveau de l’ECOSOC en juillet dernier, qui appelle à agir d’urgence pour mettre en œuvre le Plan d’action pour la Stratégie mondiale de lutte contre les maladies non transmissibles, adopté par l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2008, ainsi que la Déclaration de Doha sur les maladies non transmissibles et les blessures accidentelles établie par les participants à la réunion ministérielle ECOSOC/CESAO/OMS pour l’Asie occidentale, en mai 2009.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Mr Menno van Hilten
Chargé des relations extérieures
Maladies non transmissibles et santé mentale
OMS/Genève
Téléphone: +41 22 791 2675
Portable: +41 79 457 0929
Courriel: vanhiltenm@who.int

Partager