Centre des médias

Cancers dus à l’environnement et au milieu professionnel

Aide-mémoire N°350
Juillet 2011


Principaux faits

  • Le cancer est une cause majeure de décès dans le monde, avec 12,7 millions de nouveaux cas et 7,6 millions de décès en 2008.
  • À l’échelle mondiale, 19% de tous les cancers peuvent être attribués à l’environnement, y compris au milieu professionnel, et sont à l’origine de 1,3 million de décès chaque année.
  • L’OMS a répertorié 107 agents, mélanges de substances et situations d’exposition comme étant cancérogènes pour l’homme.
  • Les causes de cancer liées à l’environnement extérieur sont des facteurs dans l’environnement qui accroissent le risque de cancer, tels que la pollution de l’air, les rayonnements ultraviolets ou le radon à l’intérieur des habitations.
  • Un décès par cancer du poumon sur 10 est étroitement lié aux risques sur le lieu de travail.
  • Le cancer du poumon, le mésothéliome et le cancer de la vessie sont parmi les cancers professionnels les plus courants.

Quelles sont les causes de cancer dans l’environnement et sur le lieu de travail?

Le cancer est une cause majeure de décès dans le monde, avec 12,7 millions de nouveaux cas et 7,6 millions de décès en 2008. Plus de 70% de tous les décès par cancer ont lieu dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et il faut s’attendre à une augmentation de ce chiffre. À l’échelle mondiale, 19% de tous les cancers peuvent être attribués à l’environnement, y compris au milieu professionnel, et sont responsables de 1,3 million de décès chaque année.

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS a répertorié 107 agents, mélanges de substances et situations d’exposition comme étant cancérogènes pour l’homme. Parmi ceux-ci figurent toutes les formes d’amiante et un certain nombre d’agents présents dans l’environnement tels que le benzène, l’arsenic présent dans l’eau, le cadmium, l’oxyde d’éthylène, le benzo[a]-pyrène, la silice, les rayonnements ionisants y compris le radon, les rayonnements ultraviolets – notamment émis par les appareils de bronzage – ainsi que les agents émis par la production d’aluminium et de coke, la fonte d’acier et de fer, ou l’industrie de fabrication du caoutchouc.

La plupart des risques de cancer dus à l’exposition dans le cadre professionnel sont évitables. Près de 125 millions de personnes dans le monde sont exposées à l’amiante sur leur lieu de travail. Selon les estimations de l’OMS, plus de 107 000 personnes meurent chaque année de cancer du poumon, de mésothélium et d’asbétose découlant des expositions à l’amiante sur le lieu de travail. Sur trois décès dus à un cancer professionnel, un est causé par l’amiante.

Les causes de cancer liées à l’environnement extérieur sont des facteurs présents dans l’environnement qui accroissent le risque de cancer, tels que les polluants. On a ainsi estimé que l’exposition au radon à l’intérieur des habitations était responsable de 3 à 14% de tous les cancers du poumon en 2004, soit la deuxième cause majeure de cancer du poumon dans de nombreux pays.

La pollution de l’air a causé 165 000 décès par cancer du poumon dans le monde en 2004, dont:

  • 108 000 étaient dus à la pollution atmosphérique extérieure;
  • 36 000 étaient dus aux combustibles solides utilisés pour cuisiner et se chauffer;
  • 21 000 étaient dus au tabagisme passif.

Selon les estimations, les rayonnements UV ont causé 60 000 décès en 2002 dont:

  • 48 000 étaient dus à des mélanomes;
  • 12 000 étaient dus à des carcinomes basocellulaires ou épidermoïdes.

L’action de l’OMS

En 2005, une résolution de l’Assemblée mondiale de la Santé sur la prévention et la lutte anticancéreuses a appelé les pays à mettre au point des programmes visant à réduire l’incidence du cancer et la mortalité due à la maladie. Dans cette résolution, il est demandé à tous les États Membres d’élaborer des programmes nationaux de lutte anticancéreuse qui incluent des mesures de prévention accrues, un dépistage précoce ainsi qu’un traitement amélioré et des soins palliatifs.

La résolution préconise en outre de porter une attention particulière aux cancers qui peuvent être prévenus en évitant l’exposition aux produits chimiques et à la fumée du tabac sur le lieu de travail et dans l’environnement, à certains agents infectieux et aux rayonnements ionisants ou ultraviolets.

Elle recommande que soient incluses dans les programmes nationaux de lutte contre le cancer des mesures relatives aux tumeurs évitables (par exemple du poumon, du côlon, du rectum, de la peau et du foie) et d'éviter et réduire l’exposition à des facteurs de risque (tels que le tabagisme, une mauvaise alimentation, l’abus d’alcool, la sédentarité, une exposition excessive au soleil, les agents transmissibles et les expositions professionnelles).

L’OMS a mis au point un certain nombre d’instruments de prévention des cancers provenant des expositions environnementales, notamment:


  • la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac;
  • la politique sur l’élimination des maladies liées à l’amiante;
  • des lignes directrices pour la qualité de l’air et la qualité des eaux de boisson;
  • les options politiques pour prévenir et réduire les risques découlant de l’exposition au radon;
  • des conseils pratiques et des informations sur les effets sur la santé de l’exposition aux rayonnements ultraviolets;
  • des normes de sécurité pour les produits chimiques et les aliments, y compris les contaminants cancérogènes tels que les dioxines et les aflatoxines;
  • le Programme international sur la sécurité chimique y compris les dix produits chimiques qui sont un sujet de préoccupation majeure pour la santé publique;
  • Le plan d’action mondial de l’OMS pour la santé des travailleurs.

En outre, l’OMS a élaboré un manuel pour la conception de programmes efficaces pour prévenir le cancer intitulé «Cancer control: knowledge into action – prevention» qui traite de tous les facteurs de risque, y compris les risques dans l’environnement et sur le lieu de travail et les rayonnements.

L’objectif de ce manuel est d’aider les responsables nationaux de la lutte anticancéreuse à élaborer des plans efficaces de prévention du cancer en fonction des réalités propres à leur pays. Il donne des orientations sur la manière d’évaluer l’ampleur du problème et de concevoir un ensemble complet de mesures préventives, fondamentales, conformes aux recommandations, ainsi que sur la manière de suivre les effets des programmes de prévention anticancéreuse.

Partager

Pour plus d'informations:

WHO Media centre
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int