Centre des médias

Noyade

Aide-mémoire N°347
Novembre 2014


Principaux faits

  • La noyade est la troisième cause de décès par traumatisme non intentionnel dans le monde et représente 7% de l’ensemble des décès par traumatisme.
  • On estime à 372 000 le nombre annuel de décès par noyade au niveau mondial.
  • Il se peut que les estimations mondiales sous évaluent sensiblement le problème effectif de santé publique posé par la noyade.
  • Ce sont les enfants, les personnes de sexe masculin et les personnes qui sont souvent en contact avec l’eau qui sont le plus exposés à la noyade.

La noyade est le processus d’altération de la fonction respiratoire résultant d’une submersion/immersion dans un liquide; le sujet en sort indemne, avec une pathologie, ou il décède.

Ampleur du problème

D’après les estimations, 372 000 personnes sont mortes par noyade en 2012; il s’agit donc d’un problème majeur de santé publique à l’échelle mondiale. Les traumatismes représentent près de 9% de la mortalité totale au niveau mondial. La noyade est la troisième cause de décès par traumatisme non intentionnel – soit 7% de l’ensemble des décès liés à des traumatismes.

La charge et les décès imputables aux noyades se retrouvent dans toutes les économies et toutes les Régions de l'OMS; toutefois:

  • 91% des décès par noyade non intentionnelle se produisent dans des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire;
  • plus de 50% des noyades enregistrées dans le monde ont lieu dans la Région OMS du Pacifique occidental et la Région OMS de l’Asie du Sud-Est;
  • c’est dans la Région africaine de l’OMS que les taux de décès par noyade sont les plus élevés, où ils sont plus de 10 à 13 fois supérieurs à ceux du Royaume-Uni ou de l'Allemagne;

Malgré le peu de données disponibles, plusieurs études donnent des informations sur le coût des noyades. Aux États-Unis, 45% des personnes qui décèdent par noyade font partie du segment le plus actif de la population sur le plan économique. Dans ce seul pays, la noyade sur le littoral représente un coût direct et indirect de 273 millions de dollars (US $) par an. En Australie et au Canada, le coût annuel total des noyades est de 85,5 millions et de 173 millions de dollars (US $), respectivement.

Il existe une grande incertitude quant au nombre estimatif de décès par noyade au niveau mondial. Les méthodes de classification des données officielles concernant la noyade excluent les décès par noyade intentionnelle (suicide ou homicide) et ceux qui sont causés par les inondations et les accidents de transport maritime ou fluvial.

Les données provenant des pays à revenu élevé portent à croire que ces méthodes de classification se soldent par une forte sous-représentation pouvant aller jusqu’à 50% du nombre total de victimes dans certains cas.

Facteurs de risque

Âge

L’âge est l’un des principaux facteurs de risque. Il est souvent associé à un relâchement de la surveillance. Au niveau mondial, c’est en général chez les enfants de moins de 5 ans que le taux de mortalité par noyade est le plus élevé. À l’échelle mondiale, les taux de noyade les plus élevés sont enregistrés chez les enfants de 1 à 4 ans, suivis des 5-9 ans. Dans la Région OMS du Pacifique occidental, la noyade est la cause de décès la plus fréquente chez les enfants de 5 à 14 ans.

Les statistiques sur les noyades d’enfants dans un certain nombre de pays sont particulièrement éloquentes:

  • La noyade est l’une des 5 principales causes de décès chez les enfants de 1 à 14 ans dans 48 des 85 pays dont les données répondent aux critères d’incorporation.1
  • Australie: la noyade est la principale cause de décès par traumatisme non intentionnel chez les enfants de 1 à 3 ans.
  • Bangladesh: la noyade représente 43% de l’ensemble des décès chez les enfants de 1 à 4 ans.
  • Chine: la noyade est la première cause de décès par traumatisme chez les enfants de 1 à 14 ans.
  • États-Unis: la noyade est la deuxième cause de décès par traumatisme non intentionnel chez les enfants de 1 à 14 ans.
Différences entre hommes et femmes

Les hommes sont particulièrement exposés aux noyades, avec un taux de mortalité global deux fois supérieur à celui des femmes. Le risque d’hospitalisation par suite d’une noyade n’ayant pas entraîné la mort est plus élevé chez les hommes que chez les femmes. D’après les études réalisées, c’est parce qu’ils sont davantage en contact avec l’eau et qu’ils ont un comportement plus risqué, comme le fait de nager seul, de boire de l’alcool avant d’aller se baigner seul ou de pratiquer des activités nautiques, que ce risque est plus élevé.

Accès à l’eau

Le fait d’être plus souvent en contact avec l’eau constitue un autre facteur de risque. Les personnes qui exercent une activité dans le domaine de la pêche commerciale ou dont le moyen de subsistance est la pêche – qui, dans les pays à faible revenu, utilisent de petites embarcations – sont plus exposées à la noyade. Les enfants vivant à proximité d’étendues d’eau non closes, comme les fossés, les mares, les canaux d’irrigation ou les bassins ou piscines, sont particulièrement exposés.

Inondations

La noyade représente 75% des décès consécutifs aux inondations. La fréquence des inondations est en hausse et la tendance devrait perdurer. Les risques de noyade augmentent avec les inondations, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où les personnes vivent en zone inondable et où la possibilité de donner l’alerte, d’évacuer ou de protéger les communautés des inondations est peu développée ou commence seulement à l’être.

Les déplacements sur l’eau

Les trajets quotidiens et les voyages effectués par les migrants ou les demandeurs d’asile se déroulent souvent sur des navires bondés, peu sûrs, sans équipement de sécurité, ou sont confiés à du personnel non formé pour faire face à des accidents de transport ou de navigation. Le personnel sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue représente aussi un risque.

Autres facteurs de risque

Les facteurs suivants sont également associés à un risque accru de noyade:

  • un faible statut socio économique, l’appartenance à une minorité ethnique, un faible niveau d’instruction et le fait de vivre en milieu rural;
  • le fait de laisser des nourrissons sans surveillance ou seuls avec un autre enfant dans une baignoire ou à proximité d'un point d'eau;
  • la consommation d’alcool à proximité de l’eau ou dans l’eau;
  • des affections médicales, par exemple l’épilepsie;
  • l’ignorance des touristes qui ne connaissent pas les risques et particularités des milieux aquatiques locaux,

Prévention

On peut empêcher la noyade par bon nombre de mesures. Installer des barrières (c’est-à-dire couvrir les puits, placer des barrières de porte et des parcs pour bébé, clôturer les piscines, etc.) afin d’encadrer l’accès aux points d’eau ou de les supprimer entièrement, réduit sensiblement le degré d’exposition et les risques. Les services de garde surveillés de type communautaire pour les enfants d’âge préscolaire peuvent diminuer le risque de noyade et avoir d’autres effets bénéfiques avérés pour la santé.

Une autre méthode consiste à apprendre aux enfants d’âge scolaire l’abc de la natation, les consignes de sécurité et les rudiments du sauvetage, mais il convient alors d’insister lourdement sur la sécurité, et de s’appuyer sur un système global de gestion des risques englobant un programme de sécurité éprouvé, une zone de formation sécurisée, une présélection des élèves suivie d’une désignation, et un pourcentage d’élèves/instructeurs défini pour répondre aux conditions de sécurité.

La prévention de la noyade passe aussi par des politiques et des législations efficaces. Définir et faire appliquer une réglementation régissant la sécurité des bateaux, de la navigation et des ferries est un volet important dans l’amélioration de la sécurité sur l’eau et la prévention des noyades. Renforcer l’aptitude à surmonter les inondations et à gérer les risques d’inondation grâce à une meilleure planification de la préparation aux catastrophes, à l’aménagement du territoire et à des systèmes de détection précoce est une démarche qui peut prévenir les noyades lors des inondations.

L’élaboration d’une stratégie nationale de sécurité aquatique pourrait sensibiliser davantage à la sécurité relative à l’eau, générer un consensus autour de solutions, fournir une orientation stratégique ainsi qu’un cadre destiné à guider l’action multisectorielle, et permettre le suivi et l’évaluation des efforts.

Action de l'OMS

L’OMS a publié en novembre 2014 le Rapport mondial sur la noyade: prévenir une cause majeure de décès. C’est la première fois que l’OMS élabore un rapport exclusivement consacré à la noyade. Ce document met en évidence le fait que la noyade a été largement occultée jusqu’ici et que les pouvoirs publics, les chercheurs et les responsables des politiques devraient faire bien davantage pour donner priorité à la prévention des noyades et à son intégration dans d’autres programmes de santé publique.

Le Rapport mondial sur la noyade fournit des recommandations aux pouvoirs publics afin qu’ils adaptent à leur contexte des programmes de prévention efficaces et les appliquent, qu’ils améliorent les données sur les noyades et qu’ils élaborent des plans nationaux de sécurité aquatique. Le rapport fait aussi valoir la nature multisectorielle des noyades et appelle à resserrer la coordination et la collaboration entre les organismes des Nations Unies, les pouvoirs publics, les principales ONG et les établissements universitaires afin de prévenir les noyades.

Au niveau des pays, l’OMS a collaboré avec les ministères de la santé de certains pays à revenu faible ou intermédiaire afin de prévenir les noyades grâce à l’utilisation de barrières contrôlant l’accès à l’eau et à la mise en place de garderies pour les enfants d’âge préscolaire. En outre, l’OMS a également financé dans les pays à revenu faible des recherches tendant à étudier les questions prioritaires liées à la prévention des noyades.

Au niveau régional, l’OMS organise des programmes de formation et convoque des ateliers afin de regrouper les représentants des pouvoirs publics, des ONG et des organismes spécialisés des Nations Unies autour de la prévention de la noyade.


1 Les données relatives à la mortalité enregistrées dans les pays ont été prises en compte si elles ont satisfait aux critères suivants: couverture des décès nationaux estimée à 70% ou plus; causes des décès mal définies inférieures à 20%; 10 décès ou plus dans la tranche d’âge des 1-14 ans; et données disponibles à partir de 2007 ou ultérieurement.

Pour plus d'informations:

OMS Centre des médias
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int

Partager