Centre des médias

Maladies diarréhiques

Aide-mémoire n°330
Avril 2013


Principaux points

  • La diarrhée, maladie que l’on peut prévenir et traiter, est la deuxième cause de mortalité chez l’enfant de moins de cinq ans.
  • La diarrhée tue 760 000 enfants chaque année.
  • L’accès à l’eau potable et un assainissement et une hygiène appropriés peuvent permettre d’éviter une proportion importante des maladies diarrhéiques
  • Il y a environ 1,7 milliard de cas de diarrhée chaque année dans le monde.
  • La diarrhée est l’une des grandes causes de malnutrition chez l’enfant de moins de cinq ans.

La diarrhée est la deuxième cause de mortalité chez l’enfant de moins de cinq et elle est à l’origine de 760 000 décès d’enfants par an. Elle peut durer plusieurs jours, déshydratant l’organisme et le privant des sels minéraux nécessaires pour la survie. Dans la plupart des cas de décès, les sujets meurent en fait de déshydratation sévère par pertes hydriques. Ce sont les enfants en état de malnutrition ou d’immunodépression qui sont le plus exposés au risque de diarrhées engageant le pronostic vital.

La diarrhée est définie par au moins trois émissions de selles molles ou liquides dans une journée (ou des selles plus fréquentes que ce qui est habituel pour le sujet atteint). Des émissions fréquentes de selles bien moulées ne sont pas une diarrhée, pas plus que des selles molles, «pâteuses», pour des nourrissons allaités au sein.

Elle est en général le symptôme d’une infection intestinale pouvant être causée par divers micro-organismes, bactéries, virus ou parasites. L’infection se transmet par le biais de l’eau ou d’aliments contaminés, ou d’une personne à l’autre en cas d’hygiène insuffisante.

Les interventions visant à prévenir la diarrhée, notamment l’accès à l’eau potable, l’utilisation de services d’assainissement améliorés et le lavage des mains au savon, peuvent réduire le risque de maladie. On peut traiter la diarrhée avec une solution d’eau pure, de sucre et de sel, et des comprimés de zinc.

Il y a trois types cliniques de diarrhées:

  • les diarrhées liquides aiguës – qui durent plusieurs heures ou jours et dont le choléra fait partie;
  • les diarrhées liquides avec émission de sang – également appelées dysenterie;
  • les diarrhées persistantes – à partir de 14 jours d’affilée.

Ampleur du problème

C’est l’une des principales causes de mortalité et de morbidité de l’enfant dans le monde et elle résulte la plupart du temps de l’eau ou d’aliments contaminés. À l’échelle mondiale, l’eau salubre manque à environ 780 millions d’êtres humains et 2,5 milliards n’ont pas accès à un assainissement de base. Les diarrhées infectieuses sont courantes dans tous les pays en développement.

Dans les pays en développement, les enfants de moins de trois ans souffrent en moyenne de trois épisodes diarrhéiques par an. Chacun de ces épisodes les prive des éléments nutritifs nécessaires à leur croissance. En conséquence, la diarrhée est une cause majeure de malnutrition et les enfants malnutris ont un plus grand risque d’avoir des diarrhées.

Déshydratation

C’est la plus grande menace associée à la diarrhée. Au cours d’un épisode diarrhéique, les selles liquides, les vomissements, la transpiration, l’urine et la respiration entraînent des pertes hydriques et une fuite d’électrolytes (sodium, chlorure, potassium et bicarbonate). La déshydratation intervient quand ces pertes ne sont pas compensées.

On décrit trois degrés de déshydratation:

  • Début de déshydratation: pas de signes ou symptômes
  • Déshydratation modérée:
    • soif
    • comportement agité, irritable;
    • perte d’élasticité cutanée;
    • yeux enfoncés.
  • Déshydratation sévère:
    • les symptômes s’aggravent;
    • état de choc, diminution de la conscience, urines rares ou inexistantes, extrémités froides, humides, pouls faible et rapide, tension artérielle faible ou indétectable, pâleur de la peau.

La déshydratation sévère peut entraîner le décès si l’on ne remplace pas le liquide et les électrolytes perdus par l’organisme, soit en administrant une solution avec des sels de réhydratation orale (SRO), soit en posant une perfusion.

Causes

Infection: la diarrhée est le symptôme de diverses infections causées par des bactéries, des virus ou des parasites se transmettant, pour la plupart d’entre eux, par de l’eau contaminée avec des matières fécales. Ces infections sont plus courantes lorsqu’il y a des pénuries d’eau salubre pour la boisson, la cuisine, la toilette et le nettoyage. Les rotavirus et Escherichia coli sont les deux causes les plus courantes de diarrhées dans les pays en développement.

Malnutrition: les enfants qui meurent de diarrhée sont souvent dans un état sous-jacent de malnutrition, ce qui les rend plus vulnérables à cette affection. Chaque épisode diarrhéique aggrave, lui aussi, cette malnutrition. La diarrhée est l’une des principales causes de malnutrition chez l’enfant de moins de cinq ans.

Sources d’eau: l’eau contaminée par des matières fécales humaines (eau d’égouts, fosses septiques, latrines) pose particulièrement problème. Les déjections d’animaux peuvent également renfermer des micro-organismes à l’origine de diarrhées.

Autres causes: les maladies diarrhéiques peuvent également se transmettre d’une personne à l’autre, en particulier en cas d’hygiène insuffisante. La nourriture est aussi une cause majeure de diarrhées lorsqu’elle n’est pas préparée ou conservée dans des conditions d’hygiène satisfaisantes. L’eau peut venir contaminer les denrées alimentaires au moment de l’irrigation. Les poissons et les crustacés pêchés dans des eaux polluées peuvent être également à l’origine de maladies diarrhéiques.

Prévention et traitement

Principales mesures de prévention:

  • accès à de l’eau de boisson salubre;
  • amélioration de l’assainissement;
  • lavage des mains au savon;
  • allaitement maternel exclusif jusqu'à six mois;
  • bonne hygiène, au niveau personnel et pour la préparation de la nourriture;
  • éducation sanitaire sur les modalités de propagation des infections;
  • vaccination contre les rotavirus.

Principales mesures pour le traitement:

  • Réhydratation: au moyen de sels de réhydratation orale (SRO) en cas de déshydratation modérée ou en l'absence de signes de déshydratation. Les SRO sont une solution d’eau pure, de sel et de sucre. Chaque traitement coûte à peine quelques centimes. Les SRO sont absorbés dans l’intestin grêle et compensent les pertes hydriques et électrolytiques dans les selles.
  • Réhydratation: par voie intraveineuse en cas de déshydratation sévère ou de choc.
  • Suppléments de zinc: ils réduisent de 25% la durée de l’épisode diarrhéique et de 30% le volume des selles.
  • Aliments riches en nutriments: on peut rompre le cercle vicieux de la malnutrition et de la diarrhée en continuant à donner des aliments riches en nutriments, dont le lait maternel, pendant un épisode diarrhéique et en proposant une alimentation nutritive, dont l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie, aux enfants quand ils sont en bonne santé.
  • Consultation d’un agent de santé, en particulier pour la prise en charge d’une diarrhée persistante, lorsqu’il y a du sang dans les selles, ou en cas de signes de déshydratation.

Action de l’OMS

L’OMS collabore avec les États Membres et ses partenaires pour:

  • promouvoir dans les pays en développement des politiques et investissements au niveau national pour prendre en charge les maladies diarrhéques et leurs complications ainsi que l'amélioration de l'accès à l'eau potable et à l'assainissement;
  • faire des travaux de recherche afin de mettre au point et de tester de nouvelles stratégies de promotion de la santé dans ce domaine;
  • élaborer de nouvelles interventions sanitaires, comme la vaccination contre les rotavirus;
  • contribuer à la formation des agents de santé, notamment au niveau communautaire.
Partager