Centre des médias

Santé bucco-dentaire

Aide-mémoire N°318
Avril 2012


Principaux faits

  • 60 à 90% des enfants scolarisés dans le monde et près de 100% des adultes ont des caries.
  • Il est possible de prévenir les caries en maintenant en permanence dans la cavité buccale une faible concentration de fluorure.
  • On relève chez 15 à 20% des adultes d’âge moyen (35-44 ans) des parodontopathies sévères (pathologies touchant les gencives), pouvant entraîner la perte de dents.
  • Dans l’ensemble, près de 30% des personnes de 65 à 74 ans n’ont pas de dents naturelles.
  • Les affections bucco-dentaires chez les enfants et les adultes sont plus répandues dans les groupes de population démunis et défavorisés.
  • Parmi les facteurs de risque d’affections bucco-dentaires figurent une mauvaise alimentation, le tabagisme, l’usage nocif de l’alcool et une hygiène insuffisante de la bouche, sans oublier les déterminants sociaux.

La santé bucco-dentaire est essentielle pour l’état général et la qualité de la vie. Elle se caractérise par l’absence de douleur buccale ou faciale, de cancer buccal ou pharyngé, d’infection ou de lésion buccale, de parodontopathie (affection touchant les gencives), de déchaussement et perte de dents, et d’autres maladies et troubles qui limitent la capacité de mordre, mâcher, sourire et parler d'une personne , et donc son bien-être psychosocial.

Maladies et affections bucco-dentaires

Les maladies bucco-dentaires les plus courantes sont les caries, les parodontopathies (affections touchant les gencives), le cancer buccal, les maladies infectieuses bucco-dentaires, les traumatismes liés à des blessures et les lésions congénitales.

Caries

60 à 90% des enfants scolarisés dans le monde et près de 100% des adultes ont des caries qui entraînent souvent des douleurs et une sensation de gêne.

Parodontopathie

On relève chez 15 à 20% des adultes d’âge moyen (35-44 ans) des parodontopathies sévères, pouvant entraîner une perte de dents.

Perte de dents

Les caries et les parodontopathies sont les principales causes de la perte de dents. La perte complète des dents naturelles est répandue et touche particulièrement les personnes âgées. Au total, près de 30% des personnes de 65 à 74 ans n’ont plus de dents naturelles.

Cancer buccal

L’incidence du cancer buccal varie de un à 10 cas pour 100 000 habitants dans la plupart des pays. La prévalence du cancer buccal est relativement plus élevée chez les hommes, les personnes âgées, et chez les personnes peu instruites et à faible revenu. Le tabac et l’alcool en sont les causes principales.

Infections d’origine fongique, bactérienne ou virale liées au VIH

Près de la moitié (40 à 50%) des personnes séropositives présentent des infections de la sphère bucco-dentaire d’origine fongique, bactérienne ou virale, lesquelles apparaissent précocement au cours de l’évolution de l’infection à VIH.

Traumatismes bucco-dentaires

Dans le monde, 16 à 40% des enfants de 6 à 12 ans sont touchés par des traumatismes dentaires dus à des terrains de jeu dangereux, des écoles non sécurisées, des accidents de la route ou des violences.

Noma

Le noma est une lésion gangreneuse qui touche les jeunes enfants vivant dans des conditions d’extrême pauvreté, essentiellement en Afrique et en Asie. Les lésions se présentent sous forme d’affection gingivale grave, suivie de nécrose (mort prématurée des cellules d’un tissu vivant) des lèvres et du menton. Les enfants touchés par le noma souffrent d’une infection générale – rougeole ou VIH. Faute de traitement, près de 90% en meurent.

Fissures labiales et bec-de-lièvre

La fréquence des anomalies congénitales comme les fissures labiales et le bec-de-lièvre est d’environ 500 à 700 pour l’ensemble des naissances. Ce taux varie fortement entre les groupes ethniques et les régions géographiques.

Causes courantes

Parmi les facteurs de risque des affections bucco-dentaires figurent la mauvaise alimentation, le tabagisme et l’usage nocif de l’alcool. Ce sont aussi des facteurs de risque pour les quatre principales catégories de maladies chroniques – pathologies cardio-vasculaires, cancers, affections respiratoires et diabète – et les affections bucco dentaires sont souvent associées aux maladies chroniques. Une hygiène insuffisante de la bouche est aussi un facteur de risque.

La prévalence des affections bucco-dentaires varie selon la région géographique, la disponibilité des services de santé pertinents et leur accessibilité. Les déterminants sociaux sont aussi très prononcés. La prévalence augmente dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et, dans tous les pays, la charge de morbidité des affections bucco-dentaires est nettement plus élevée parmi les groupes de population démunis et défavorisés.

Prévention et traitement

Il est possible de réduire simultanément la morbidité due aux affections bucco-dentaires et celle liée à d’autres maladies en s’attaquant à des facteurs de risque courants, à savoir:

  • réduire la quantité de sucres ingérés et conserver un régime alimentaire bien équilibré pour prévenir les caries et le déchaussement prématuré des dents;
  • consommer des fruits et des légumes qui jouent un rôle protecteur contre le cancer de la bouche;
  • arrêter de fumer et diminuer la consommation d'alcool afin de réduire le risque de cancer buccal, de parodontopathie et de déchaussement des dents;
  • s’assurer d’une bonne hygiène bucco-dentaire;
  • utiliser des équipements de protection pendant les activités sportives et la conduite automobile afin de réduire les risques de lésions faciales;
  • évoluer dans un environnement physique sain.

Il est possible de prévenir les caries en maintenant en permanence dans la cavité buccale une faible concentration de fluorure. Ce fluorure peut provenir d’eau de boisson, de sel, de lait et de pâte dentifrice, ou encore de source de fluorure utilisée en milieu professionnel ou de liquide pour rinçage buccal. Une exposition de longue durée à une concentration optimale de fluorure fait baisser le nombre de caries, chez l’enfant comme chez l’adulte.

La plupart des maladies et affections bucco-dentaires nécessitent des soins dispensés par des spécialistes; or, vu leur disponibilité restreinte ou leur inaccessibilité, les services de santé bucco-dentaire ne sont que fort peu consultés par les personnes âgées, les personnes vivant en milieu rural et celles qui sont peu instruites et dont le niveau de revenu est faible. La couverture des soins bucco-dentaires est médiocre dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Les soins dentaires à visée curative classique constituent une charge économique importante pour nombre de pays à haut revenu, dans lesquels 5 à 10% des dépenses de santé publique sont consacrées à la santé bucco-dentaire. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, les programmes de santé publique ciblant la santé bucco-dentaire sont rares. Le coût élevé des traitements peut être évité grâce à des mesures de prévention et de promotion sanitaire efficaces.

L'action de l'OMS

Les actions de santé publique visant à combattre les affections bucco-dentaires sont plus efficaces lorsqu’elles s’intègrent parmi les activités de lutte contre d’autres maladies chroniques et dans les programmes nationaux de santé publique. Le Programme mondial OMS de santé bucco-dentaire harmonise ses travaux avec la stratégie de prévention des maladies chroniques et de promotion de la santé. L’accent est mis sur l’élaboration de politiques mondiales de promotion de la santé bucco-dentaire et de prévention des affections bucco-dentaires, à savoir:

  • mettre en place des politiques de santé bucco-dentaire capables de juguler efficacement les risques encourus;
  • stimuler la conception et la mise en œuvre de projets communautaires tendant à promouvoir la santé bucco-dentaire et à prévenir les maladies pertinentes en insistant sur les groupes de population démunis et défavorisés;
  • encourager les autorités sanitaires nationales à mettre en œuvre des programmes de fluoration efficaces pour prévenir les caries;
  • sensibiliser aux facteurs de risque communs aux affections bucco-dentaires et à d’autres maladies chroniques dans le cadre d’une démarche de prévention simultanée de ces maladies;
  • prodiguer un soutien technique aux pays pour qu’ils renforcent leurs systèmes de santé bucco-dentaire et l’intègrent dans la santé publique.
Partager

Pour plus d'informations:

WHO Media centre
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int