Centre des médias

Diabète

Aide-mémoire N°312
Avril 2016


Principaux faits

  • Le nombre des personnes atteintes de diabète est passé de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014.
  • La prévalence mondiale du diabète* chez les adultes de plus de 18 ans est passée de 4,7% en 1980 à 8,5% en 20141.
  • La prévalence du diabète a augmenté plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire1.
  • Le diabète est une cause majeure de cécité, d’insuffisance rénale, d’accidents cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et d’amputation des membres inférieurs1.
  • En 2012, on a estimé que 1,5 million de décès étaient directement dus au diabète et que 2,2 millions de décès supplémentaires devaient être attribués à l’hyperglycémie**1.
  • Près de la moitié des décès dus à l’hyperglycémie surviennent avant l’âge de 70 ans1.
  • L’OMS prévoit qu’en 2030, le diabète sera la septième cause de décès dans le monde2.
  • Un régime alimentaire sain, l’activité physique, les médicaments, le dépistage régulier et le traitement des complications permettent de traiter le diabète et d’éviter ou de retarder les conséquences qu’il peut avoir1.

Qu'est-ce-que le diabète?

Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang3. L’hyperglycémie, ou concentration sanguine élevée de sucre, est un effet fréquent du diabète non contrôlé qui conduit avec le temps à des atteintes graves de nombreux systèmes organiques et plus particulièrement des nerfs et des vaisseaux sanguins3.

En 2014, 8,5% de la population adulte (18 ans et plus) était diabétique. En 2012, le diabète a été la cause directe de 1,5 million de décès et l'hyperglycémie a causé 2,2 millions de décès supplémentaires1.

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 (précédemment connu sous le nom de diabète insulino-dépendant ou juvénile) est caractérisé par une production insuffisante d’insuline3 et exige une administration quotidienne de cette dernière. La cause de diabète de type 1 n'est pas connue, et en l'état des connaissances actuelles, il n'est pas évitable.

Les symptômes sont les suivants: excrétion excessive d’urine (polyurie), sensation de soif (polydipsie), faim constante, perte de poids, altération de la vision et fatigue. Ces symptômes peuvent apparaître brutalement.

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 (précédemment appelé diabète non insulino-dépendant ou diabète de la maturité) résulte d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme. Le diabète de type 2 représente 90% des diabètes rencontrés dans le monde. Il est en grande partie le résultat d’une surcharge pondérale et de la sédentarité.

Ses symptômes peuvent être les mêmes que ceux du diabète de type 1 mais sont souvent moins marqués. De ce fait, la maladie peut être diagnostiquée plusieurs années après son apparition, une fois les complications déjà présentes.

Récemment encore, ce type de diabète n’était observé que chez l’adulte mais on le trouve désormais aussi chez l’enfant.

Diabète gestationnel

Il se caractérise par une hyperglycémie, c’est-à-dire une élévation de la teneur en sucre du sang, avec des valeurs supérieures à la normale, mais inférieures à celles posant le diagnostic de diabète, apparaissant pendant la grossesse4. Les femmes ayant un diabète gestationnel ont un risque accru de complications pendant la grossesse et à l’accouchement. Leur risque ainsi que celui de leur enfant, d’avoir un diabète de type 2 à un stade ultérieur de leur vie augmente également.

Il est très souvent diagnostiqué au cours du dépistage prénatal et non pas suite à des symptômes.

Altération de la tolérance au glucose et de la glycémie à jeun

L’altération de la tolérance au glucose et de la glycémie à jeun sont des affections intermédiaires qui font la transition entre normalité et diabète. Les personnes qui en sont atteintes sont exposées à un risque élevé d’évolution vers un diabète de type 2, même si ce dernier n’est pas inévitable.

Quelles sont les conséquences habituelles du diabète?

Avec le temps, le diabète peut endommager le coeur, les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins et les nerfs.

  • Le diabète multiplie par 2 ou 3 le risque chez l’adulte de souffrir d’accidents cardiaques ou vasculaires cérébraux4.
  • Associée à une diminution du débit sanguin, la neuropathie qui touche les pieds augmente la probabilité d’apparition d’ulcères des pieds, d’infection et, au bout du compte, d’amputation des membres.
  • La rétinopathie diabétique est une cause importante de cécité et survient par suite des lésions des petits vaisseaux sanguins de la rétine qui s’accumulent avec le temps. 2,6% de la cécité dans le monde peut être attribuée au diabète6.
  • Le diabète figure parmi les principales causes d’insuffisance rénale7.

Comment réduire la charge de morbidité du diabète?

Les mesures ci-dessous devraient être accompagnées d’un régime alimentaire sain, de la pratique régulière d’une activité physique, du maintien d’un poids normal et de l’arrêt du tabac.

Prévention

On a montré que des mesures simples modifiant le mode de vie pouvaient être efficaces pour prévenir ou retarder le diabète de type 2. Pour prévenir ce diabète et ses complications, les gens doivent:

  • parvenir à un poids corporel normal et le maintenir;
  • faire de l’exercice physique – au moins 30 minutes par jour d’une exercice régulier d’intensité modérée. Une activité physique plus intense est nécessaire pour perdre du poids;
  • avoir un régime alimentaire sain et éviter le sucre et les graisses saturées;
  • arrêter le tabac – la cigarette augmente le risque de diabète et de maladies cardio-vasculaires.

Diagnostic et traitement

On peut poser un diagnostic précoce à l’aide d’un test sanguin relativement peu coûteux.

Le traitement du diabète impose d'avoir un régime alimentaire sain et de pratiquer une activité physique ansi que de réduire la glycémie et les autres facteurs de risque de lésion des vaisseaux sanguins. L’arrêt du tabac est également important pour éviter les complications.

Les interventions économiques et réalisables dans les pays en développement sont les suivantes8:

  • le contrôle de la glycémie, en particulier chez les personnes atteintes de diabète de type 1 qui ont besoin d’insuline; celles atteintes de diabète de type 2 peuvent être traitées par une médication par voie orale, mais peuvent également avoir besoin d’insuline;
  • contrôle de la tension artérielle; et
  • soin des pieds.

Les autres interventions économiques comprennent:

  • le dépistage de la rétinopathie (qui provoque la cécité);
  • le contrôle des lipides sanguins (afin de réguler les concentrations de cholestérol);
  • le dépistage des premiers signes d’une maladie rénale liée au diabète et son traitement.

Activités de l'OMS pour prévenir et combattre le diabète

L’OMS vise à susciter et à soutenir l’adoption de mesures efficaces de surveillance, de prévention et de lutte contre le diabète et ses complications, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire. À cette fin, elle:

  • fournit des lignes directrices scientifiques sur la prévention des principales maladies non transmissibles dont le diabète;
  • établit des normes et des critères de soins pour cette maladie;
  • sensibilise à l’épidémie mondiale de diabète, notamment avec la Journée mondiale du diabète (14 novembre);
  • assure la surveillance du diabète et de ses facteurs de risque.

Le Rapport mondial sur le diabètede l’OMS donne une vue d’ensemble du fardeau de la maladie, des interventions disponibles pour l’éviter et le prendre en charge, ainsi que des recommandations à l’intention des gouvernements, des personnes au niveau individuel, de la société civile et du secteur privé.

La Stratégie mondiale de l’OMS pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé vient compléter les travaux de l’OMS sur le diabète en se concentrant sur des approches à l’échelle des populations visant à promouvoir un régime alimentaire sain et un exercice physique régulier, réduisant ainsi le problème mondial toujours plus grand posé par le surpoids et l’obésité.


* Définition des diabètes utilisée pour les estimations: glycémie à jeun ≥ 7,0 mmol/L (126 mg/dl) ou patient sous traitement.

** L’hyperglycémie se définit comme une distribution de la teneur plasmatique en glucose à jeun dans une population plus élevée que la valeur théorique qui réduirait au maximum les risques pour la santé (d’après les études épidémiologiques). C’est un concept statistique, pas une catégorie clinique ou diagnostique.

Références

Partager

Pour plus d'informations:

WHO Media centre
Courriel: mediainquiries@who.int