Santé de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l’adolescent

Soins du nouveau-né prématuré et/ou de faible poids à la naissance

La naissance prématurée est la cause directe la plus fréquente de la mortalité du nouveau-né. La naissance prématurée et l’hypotrophie (le fait d’être petit pour l’âge gestationnel), qui sont les raisons de l’insuffisance pondérale à la naissance, sont aussi d’importantes causes indirectes de décès néonatals.

L’insuffisance pondérale à la naissance contribue pour 60 à 80% à l’ensemble des décès néonatals. La prévalence mondiale de l’insuffisance pondérale à la naissance est de 15,5%, ce qui représente environ 20 millions de nourrissons dont le poids était insuffisant à la naissance chaque année, 96,5% d’entre eux naissant dans les pays en développement.

Des soins appropriés pour réduire la mortalité

Les pays peuvent réduire leur taux de mortalité néonatale et infantile en améliorant les soins prodigués à la mère au cours de la grossesse et de l’accouchement et les soins aux nourrissons de faible poids à la naissance. L’expérience acquise dans les pays développés et dans les pays à revenu faible ou intermédiaire a clairement démontré que des soins appropriés prodigués aux nourrissons souffrant d’insuffisance pondérale à la naissance, notamment par l’alimentation, le maintien d’une température suffisante, les soins du cordon et de la peau dans le respect des règles d’hygiène, ainsi que le dépistage et le traitement précoces des infections et des complications, notamment du syndrome de détresse respiratoire, peuvent permettre de réduire la mortalité de manière significative.

En outre, les interventions visant à améliorer les soins au cours de la grossesse, de l’accouchement et de la période postnatale ainsi que l’alimentation auront sans doute des effets positifs sur la santé immédiate, sur la santé à plus long terme et sur le bien-être du nourrisson, et des conséquences importantes sur la mortalité néonatale et infantile au niveau de l’ensemble de la population.

La série de documents sur la prise en charge des complications de la grossesse et de l’accouchement donne des conseils pratiques aux personnels de santé, et les lignes directrices publiées récemment par l’OMS sur l’alimentation optimale des nourrissons de faible poids à la naissance (Optimal feeding of low-birth-weight infant) comportent des recommandations sur les aliments à donner aux nouveau-nés de faible poids à la naissance, la fréquence des repas et la manière de les nourrir.

La méthode «mère-kangourou»

La méthode «mère-kangourou» est une méthode de soin des nourrissons prématurés pesant moins de 2 kg. Elle se caractérise par l’allaitement exclusif et fréquent, le contact peau à peau entre la mère et l’enfant et le soutien à la paire mère-nourrisson. Les études menées en milieu hospitalier ont permis de constater qu’elle permettait de réduire la mortalité dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Le document de l’OMS intitulé La méthode « mère-kangourou »: guide pratique comporte des recommandations sur la manière d’organiser les services dans les établissements de santé et sur les éléments indispensables pour que la méthode «mère-kangourou» soit efficace.

Les publications intitulées Soins hospitaliers pédiatriques et Prise en charge des problèmes du nouveau-né visent à améliorer la prise en charge des complications graves des naissances prématurées dans les hôpitaux.

Que fait l’OMS pour améliorer les soins aux bébés qui naissent avant terme?

L’OMS milite pour que des soins soient dispensés par des personnes qualifiées lors de chaque naissance: elle est la base de soins de qualité pour les bébés prématurés. L’OMS encourage aussi la prestation des soins essentiels au nouveau-né pour tous les bébés, et a élaboré des lignes directrices cliniques ainsi que des outils de formation à cette fin. En outre, l’OMS a défendu les soins essentiels pour la réanimation du nouveau-né, qui ont contribué à rendre les soins de réanimation largement disponibles dans les pays en développement.

En mai 2012, l’OMS et ses partenaires – le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, Save the Children et l’association March of Dimes – ont publié un rapport intitulé Arrivés trop tôt: rapport des efforts mondiaux portant sur les naissances prématurées qui présentait pour la première fois des estimations des naissances prématurées par pays.

L’OMS s’efforce de réduire les problèmes de santé et les vies perdues du fait des naissances prématurées moyennant les actions suivantes:

  • elle travaille avec les pays pour améliorer les données sur les naissances prématurées;
  • elle analyse les niveaux de naissances prématurées à l’échelle mondiale et les tendances tous les trois à cinq ans;
  • elle travaille avec ses partenaires pour rechercher les meilleurs moyens de prévenir les naissances prématurées et de prendre soin des bébés qui sont nés avant terme;
  • elle actualise les lignes directrices cliniques sur les soins des bébés nés avant terme, y compris la méthode « mère-kangourou », l’alimentation des bébés de faible poids à la naissance, le traitement des infections et des problèmes respiratoires, et les soins de suivi à domicile; et
  • elle met au point des outils visant à améliorer les compétences des agents de santé et permettant d’évaluer la qualité des soins fournis aux bébés prématurés.
Partager