Santé de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l’adolescent

Malnutrition

La malnutrition intervient dans plus de la moitié des décès d’enfants, bien qu’elle soit rarement citée comme une cause directe. Pour de nombreux enfants, le manque d’accès à la nourriture n’est pas la seule cause de malnutrition. Les mauvaises pratiques alimentaires et les infections, voire l’association des deux, participent également au phénomène.

Les infections, notamment les diarrhées persistantes ou fréquentes, les pneumonies, la rougeole et le paludisme, compromettent l’état nutritionnel. Les mauvaises habitudes alimentaires, allaitement inadapté, le fait de ne pas donner les bons aliments ou de ne pas veiller à ce que l’enfant en absorbe suffisamment, contribuent aussi à la malnutrition.

Un traitement à domicile, récemment mis au point pour la malnutrition aiguë sévère, améliore la vie de centaine de milliers d’enfants par an. L’aliment thérapeutique prêt à l’emploi a révolutionné le traitement de la malnutrition sévère en permettant une alimentation sûre à domicile et un gain de poids rapide chez les enfants souffrant de cet état.

L’avantage de l’aliment thérapeutique prêt à l’emploi est qu’il s’agit d’une pâte prête à consommer, qui ne nécessite pas d’être mélangée à l’eau, ce qui évite le risque de prolifération bactérienne en cas de contamination accidentelle. À base de beurre de cacahouète mélangé à du lait en poudre écrémé, des vitamines et des oligoéléments, ce produit peut être absorbé directement par l’enfant et apporte suffisamment de nutriments pour une guérison complète. On peut le garder à température ambiante pendant trois ou quatre mois, même en climat tropical. La production de cette pâte a déjà démarré dans plusieurs pays, dont le Congo, l’Éthiopie, le Malawi et le Niger.

À la suite du consensus sur la prise en charge de la malnutrition sévère dans les communautés, obtenu lors d’une consultation informelle en 2005, l’OMS a élaboré avec l’UNICEF un manuel de terrain sur ce sujet et les recommandations de la Prise en charge intégrée des maladies de l'enfant (PCIME) ont été révisées pour prendre en compte ce nouveau traitement à domicile.

Partager