Paludisme

Lutte antivectorielle et résistance aux insecticides

Un enfant dort sous une moustiquaire à imprégnation durable dans le nord du Kenya
Sarah Hoibak/UNHCR

La lutte antivectorielle est un élément essentiel de la prévention du paludisme. Il est prouvé qu'elle permet de réduire ou d’interrompre la transmission lorsque la couverture est suffisamment large. Les deux méthodes de base, largement applicables, pour lutter contre les vecteurs du la maladie, sont les moustiquaires à imprégnation durable (MID) et la pulvérisation intradomiciliaire (PID). À certains endroits et dans certaines circonstances, ces deux interventions de base peuvent être complétées par d’autres méthodes. Il est question ici des méthodes de base et des méthodes complémentaires de lutte antivectorielle, ainsi que des principaux facteurs biologiques qui compromettent l’efficacité de celle-ci et des mesures nécessaires pour pallier ces problèmes.


Méthodes de lutte antivectorielle de base

Les moustiquaires à imprégnation durable (MID) et la pulvérisation intradomiciliaire (PID) sont les deux mesures de lutte antivectorielle les plus importantes pour protéger l’homme contre les piqûres de moustiques porteurs du parasite responsable du paludisme.

Méthodes de lutte antivectorielle complémentaires

Dans certains cas et dans certaines circonstances, d'autres méthodes telles que la gestion des gîtes larvaires et le renforcement des mesures de protection individuelle viennent appuyer les mesures de base de lutte antivectorielle.

Surveillance entomologique et suivi et évaluation des interventions

Il faut disposer d’informations actualisées au niveau local pour déterminer comment procéder à la lutte antivectorielle et repérer les facteurs susceptibles de compromettre son efficacité, tels que la résistance aux insecticides et la transmission résiduelle des parasites.

Résistance aux insecticides

L'OMS appelle les pays d’endémie palustre à élaborer et à appliquer des stratégies complètes pour maîtriser la résistance aux insecticides et à assurer sans tarder un suivi de la résistance.

Produits approuvés par l'OMS pour la lutte antivectorielle

Le Système OMS d’évaluation des pesticides (WHOPES) coordonne l'analyse et l'évaluation des pesticides pour la santé publique et fournit des recommandations sur les outils de lutte antivectorielle tels les MID et les formulations d'insecticides pour la PID et les autres méthodes, le cas échéant.

Elaboration de recommandations techniques pour la lutte antivectorielle

Le Groupe consultatif technique pour la lutte antivectorielle (VCAG) sur les nouveaux outils et le Groupe d'experts techniques sur la lutte contre les vecteurs du paludisme (VTEG) sont les deux principales entités consultatives qui abordent les sujets liés aux politiques de lutte contre les vecteurs du paludisme.

Principaux documents

Rapport 2015 sur le paludisme dans le monde

Le rapport récapitule les dernières données disponibles sur les politiques et interventions antipaludiques et les tendances dans les pays d'endémie.

Nous contacter

Programme mondial de lutte antipaludique
Organisation mondiale de la Santé
20 Avenue Appia
1211 Genève 27
Suisse
Tél: +41 22 791 2533
Fax: +41 22 791 4824
Courriel: infogmp@who.int