Professeur Mahmoud Fathalla

Professeur d’obstétrique et de gynécologie, ancien Doyen de l’Ecole de Médecine à l’Université d’Assiout (Egypte) et Président du Comité consultatif OMS de la Recherche en Santé

Né en Egypte en 1935, le professeur Fathalla a obtenu son diplôme de médecine obstétrique et gynécologique à l’Université du Caire en 1962 et un doctorat de l’Université d’Edimbourg en 1967.

Il a été le doyen de l’Ecole de médecine à l’Université d’Assiout (Egypte) et directeur du Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine. Il a aussi occupé d’autres fonctions : Conseiller principal pour la recherche biomédicale et la recherche en santé génésique à la Fondation Rockefeller, Président de la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique et Président du Groupe consultatif médical international de la Fédération internationale pour le planning familial. Il a également présidé le Comité consultatif mondial OMS de la Recherche en Santé.

Le professeur Fathalla est membre honoraire de l’American College of Obstetricians and Gynaecologists (1985), de la Faculty of Family Planning and Reproductive Health Care of the Royal College of Obstetricians and Gynaecologists (1996) et du Royal College of Obstetricians and Gynaecologists (1990). Il est docteur honoris causa des universités d’Helsinki, Uppsala et Toronto.

En 1995, il a reçu le prix Mastroianni-Segal de l’Académie mondiale de l’art et de la science. En 2001, il a reçu le prix de la Fondation Ihsan Dogramaci pour la santé de la famille, remis par l’Organisation mondiale de la Santé.

Il est l’auteur de plus de cent cinquante publications scientifiques. Il a participé à la campagne internationale pour la maternité sans risque et fondé l’initiative pour la maternité sans risque. Sur le plan scientifique, il s’intéresse notamment à la santé de la femme, la maternité sans risque, la santé génésique, l’éthique et les droits de l’homme, la recherche sur la contraception et les tumeurs ovariennes.