VIH/sida

Thérapie antirétrovirale

Le traitement antirétroviral standard consiste à associer au moins 3 médicaments antirétroviraux (ARV) pour supprimer au maximum le VIH et arrêter l’évolution de la maladie. On a observé des baisses considérables des taux de mortalité et des souffrances, lorsqu’on utilise un schéma antirétroviral puissant, en particulier aux premiers stades de l’infection. Un accès élargi à ces thérapies peut aussi réduire la transmission du VIH au niveau de la population, diminuer le nombre des orphelins et préserver les familles.

Un accès élargi à ces thérapies peut aussi réduire la transmission du VIH au niveau de la population, diminuer le nombre des orphelins et préserver les familles.

En 2011, selon les estimations, 34 millions de personnes vivaient avec le VIH.

L’OMS et l’ONUSIDA estiment qu’en 2011, au moins 15 millions de personnes avaient besoin d’une thérapie antirétrovirale. À la fin de cette année, plus de 8 millions de personnes avaient accès à un traitement antirétroviral (TAR) dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. L’OMS fournit de manière continue des conseils, des outils et un soutien aux pays afin qu’ils distribuent les TAR et élargissent l’accès à cette thérapie dans le cadre d’une approche axée sur la santé publique.

En 2010, l’OMS et l’ONUSIDA ont lancé la stratégie Traitement 2.0, qui vise à simplifier radicalement le TAR en accélérant l’extension du traitement et en l’intégrant pleinement à la prévention, l’objectif étant de parvenir à l’accès universel.

L’OMS élabore actuellement des lignes directrices révisées sur l’utilisation des antirétroviraux, pour publication en 2013, où figurent des recommandations sur les TAR pour les adultes et les enfants.

Partager