VIH/sida

Principaux faits sur l'épidémie de VIH et les progrès enregistrés dans les régions et pays en 2010

Source: Rapport de situation 2011: la riposte mondiale au VIH/sida


Amérique du Nord, Europe occidentale et Europe centrale

Le nombre total de personnes vivant avec le VIH dans cette région a atteint selon les estimations 2,2 millions en 2010, soit environ un tiers (34%) de plus que les 1,6 million en 2001. Plus de la moitié (1,2 million à peu près) vit aux États-Unis d'Amérique.

On estime à 88 000 le nombre des nouvelles infections en 2010, la plupart aux États-Unis d'Amérique (environ 50 000).

Au moins 745 000 personnes sont sous traitement antirétroviral dans les pays à revenu élevé, dont 430 000 en Europe, 300 000 en Amérique du Nord et aux Caraïbes, 16 700 en Asie, Océanie et au Moyen-Orient.

Le nombre des personnes mourant de causes liées au sida a peu évolué depuis 2000 (malgré une augmentation de 34% du nombre des personnes vivant avec le VIH) et a atteint un total d’environ 30 000 en 2010.

Les tendances récentes de l’épidémie varient dans cette région. Le nombre des cas diagnostiqués a doublé entre 2000 et 2009 en Bulgarie, Hongrie, Lituanie, République tchèque, Slovaquie et Slovénie et a augmenté de plus de 50% en Allemagne et au Royaume-Uni. Par contre, il a baissé de plus de 20% en Lettonie, au Portugal et en Roumanie.

Les rapports sexuels non protégés entre hommes continuent d’être le principal facteur de la transmission du VIH, les injections de drogues et les rapports sexuels tarifés et non protégés étant des facteurs mineurs. Aux États-Unis d'Amérique par exemple, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes ne représentent qu’environ 2% de la population totale mais 57% des cas de nouvelle infection.

Dans cette région, davantage d’hommes que de femmes vivent avec le VIH. En 2010, les femmes représentaient 26% des personnes vivant avec le VIH en Amérique du Nord, en Europe occidentale et en Europe centrale.

L’épidémie de VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes semble en recrudescence en Amérique du Nord. En Europe central et occidentale, la tendance à l’augmentation du nombre des personnes vivant avec le VIH dans cette population clé davantage exposée au risque est également évidente en Allemagne, en Belgique, en Espagne, en France, aux Pays-Bas et en Slovénie.

Les tendances de l’infection à VIH dans la région font apparaître des disparités raciales, ethniques et socioéconomiques significatives. Par exemple, aux États-Unis d'Amérique, le risque au cours de la vie de devenir séropositif est de 1 sur 22 dans la population afro-américaine, contre 1 sur 170 dans les populations blanches.

Partager