Action de santé à visée humanitaire

Crues et inondations

Description technique des risques – Profil de la catastrophe naturelle

RISQUES

Les crues et les inondations sont classées dans la catégorie des phénomènes soudains; on en distingue plusieurs types, qui se produisent à des vitesses différentes:

  • les crues soudaines;
  • les crues fluviales (essentiellement saisonnières);
  • les inondations côtières, associées aux cyclones tropicaux, aux raz de marée ou aux marées de tempête.

Les facteurs suivants influent sur la gravité du risque: profondeur de l’eau, durée, rapidité, niveau d’élévation des eaux, fréquence et saison.

FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ

Facteurs d’origine humaine et facteurs naturels:

  • localisation des habitations dans des plaines inondables;
  • absence de résistance des bâtiments et fondations;
  • absence de système d’alerte et ignorance des risques liés aux inondations;
  • terrains absorbant peu l’eau de pluie, en raison de l’érosion ou du bétonnage.

PRINCIPALES CAUSES DE MORBIDITÉ ET DE MORTALITÉ

Impact direct

La noyade est la principale cause de décès en cas de crue éclair ou d’inondation côtière. Des traumatismes mortels peuvent aussi se produire au cours des opérations d’évacuation ou de nettoyage.

Les traumatismes constatés sont de petites déchirures ou piqûres dues à la présence de clous ou de débris de verre. Il peut également se produire des électrocutions.

À court terme, l’impact des inondations sur la transmission des maladies transmissibles est limité. Il existe incontestablement un risque accru de maladies à transmission hydrique ou vectorielle. Toutefois, les flambées de maladies transmissibles sont rares.

Impact indirect

L’incidence sur les infrastructures sanitaires et sur l’ensemble des systèmes vitaux d’approvisionnement peut être considérable; les crues ou les inondations peuvent provoquer une pénurie alimentaire et l’interruption des services essentiels de santé publique (eau, etc.).

Une contamination par des produits chimiques toxiques pendant des crues ou inondations est en théorie possible, mais, à ce jour, il n’a pas été observé ou mesuré de corrélation vérifiable dans ce domaine.

BESOINS PRÉVISIBLES

En attendant une évaluation précise, il est possible d’anticiper les besoins, parmi lesquels les besoins suivants: recherche et sauvetage, assistance médicale, évacuation et gestion du déplacement des populations, réduction du risque d’exposition à court terme, à des maladies à transmission hydrique ou vectorielle, sensibilisation aux risques associés aux opérations de nettoyage et maintien de la sécurité alimentaire à long terme (il est fort probable que des récoltes et du bétail soient perdus).

CE QU’IL NE FAUT PAS OUBLIER

Il est possible d’alerter les populations longtemps à l’avance pour les crues ou inondations saisonnières, mais seulement quelques minutes avant pour les crues éclair ou la majeure partie des inondations côtières.

Les mesures particulières visant à atténuer les conséquences des crues ou des inondations sont aussi bien des mesures de détection, des systèmes d’alerte, une sensibilisation du public qu’une gestion de grande ampleur des plaines inondables.

RÉPONSES INADAPTÉES

N’envoyez pas de vaccins et n’entreprenez pas de campagnes de vaccination de masse avant de consulter l’OMS.

N’envoyez pas de vêtements ou de chaussures usagés ! Le plus souvent, la communauté locale fait don de ces articles dans des quantités plus que suffisantes pour répondre à la demande. Il est plus économique, plus pratique et plus hygiénique de les acheter sur place que d’expédier des vêtements ou chaussures usagés.

N’envoyez pas d’abris provisoires tels que les tentes ! Il est beaucoup plus opportun, et de loin, de reloger les populations chez des proches ou dans des édifices publics que de les déplacer et les reloger dans des camps.


Pour plus d’informations à cet égard, veuillez prendre contact avec:

Interventions sanitaires en cas de crise: crises@who.int.

Urgences environnementales: Mr J Hueb +(41 22) 791 3553 ou Huebj@who.int

Prestation des services de santé: Mr O Adams +(41 22) 791 2889 or Adamso@who.int

Prévention de la violence et du traumatisme et handicap: Dr E Krug +(41 22) 791 3535 ou Kruge@who.int

Maladies transmissibles, prévention, lutte et éradication: Dr M Connolly +(41 22) 791 4142 ou connollyma@who.int

Liens


Autres références

An Overview of Disaster Management, 2nd ed. Geneva, United Nations Development Programme, Disaster Management Training Programme, 1992.

Assessing the Needs in the Health Sector after Floods and Hurricanes. Washington, Pan American Health Organization Technical Publication 11, 1987.

Coping with Natural Disasters: The Role of Local Health Personnel and the Community. Geneva, World Health Organization, 1989.

Do’s and Don’ts After Natural Disasters. Washington, Pan American Health Organization Press Release, 1998.

Emergency Health Management after Natural Disaster. Washington, Pan American Health Organization Scientific Publication 407, 1981.

Natural Disasters: Protecting the Public’s Health. Washington, Pan American Health Organization Scientific Publication 575, 2000.

Noji E. Public Health Consequences of Disasters. New York, Oxford University Press, 1997.Noji E. Public Health Consequences of Disasters. New York, Oxford University Press, 1997.

La Fundacion Nacional de Salud de Brasil (FUNASA) http://www.funasa.gov.br/epi/enchentes/enchentes00.htm

Partager