Action de santé à visée humanitaire

Préoccupations liées au nucléaire au Japon – FAQ

Septembre 2011

Risques sanitaires actuels

Quels sont actuellement les risques sanitaires liés aux radiations au Japon pour ceux qui résident à proximité du réacteur par rapport aux autres régions du pays?

  • Dans la première phase de la situation d’urgence nucléaire, les conséquences sanitaires liées aux radiations dépendaient de l’exposition, elle-même due à plusieurs facteurs, dont la quantité et le type de radiations émises par le réacteur, les conditions météorologiques, vents et précipitation notamment, la proximité des personnes par rapport à la centrale et le temps passé en zone irradiée.
  • Les mesures prises par le gouvernement japonais en réponse aux événements survenus dans la centrale Dai-ichi à Fukushima ont été conformes aux recommandations existantes pour l’exposition aux radiations. Le gouvernement a fait évacuer les populations vivant dans un rayon inférieur à 20 km de la centrale Dai-ichi. Il a été demandé à ceux qui vivent à une distance comprise entre 20 et 30 km d'évacuer volontairement.
  • Compte tenu de l’évolution des nouvelles informations sur les niveaux de radioactivité environnementale dans un rayon de 20 à 30 kilomètres et certaines zones voisines au-delà de 30 kilomètres, le gouvernement du Japon a établi de nouvelles zones d’évacuation planifiée dont les habitants ont été transférés vers des logements temporaires sur la base de l’estimation des doses cumulées auxquelles ils pourraient être exposés pendant un an après l’accident.
  • De plus, «des zones de préparation à l’évacuation d’urgence» ont également été définies, dans lesquelles il a été demandé aux habitants de préparer leurs affaires au cas où l’ordre d’évacuation leur serait donné. Ces zones suivent également les limites administratives et s’étendent au-delà du rayon de 30 kilomètres.

Y a-t-il un risque d’exposition à la radioactivité par la contamination des aliments?

  • Oui, il y a un risque d’exposition résultant de la contamination des aliments.
  • Toutefois, il faut que les aliments contaminés soient consommés sur une longue durée avant qu’il y ait un risque pour la santé humaine.
  • La surveillance a permis de détecter l’iode et le césium radioactifs à des concentrations supérieures aux limites réglementaires japonaises dans certains produits alimentaires.
  • Les autorités japnaises ont conseillé aux habitants d’éviter ces aliments et ont pris des mesures pour empêcher leur vente et leur distribution.

Y a-t-il des risques pour la santé dus aux radiations émises dans l’atmosphère par les centrales nucléaires japonaises endommagées pour les personnes vivant en dehors du pays?

  • Jusqu’ici, il n’y a pas de risques pour la santé dus aux matières radioactives libérées dans l’atmosphère par les centrales nucléaires japonaises endommagées pour les personnes vivant dans d’autres pays. Les niveaux de radioactivité mesurés à ce jour dans d’autres pays sont bien en dessous du niveau de la radioactivité de fond auquel sont exposées la plupart des personnes dans leur vie de tous les jours.
  • Les niveaux de radioactivité sont surveillés par la Commission préparatoire de l’Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO), qui gère 63 stations de surveillance dans le monde.
Partager