Qu’est-ce que la résistance aux antimicrobiens?

Questions-réponses
27 juillet 2017

Q: Qu’est-ce que la résistance aux antimicrobiens?

R: La résistance aux antimicrobiens survient lorsqu’un micro-organisme (bactérie, virus, champignon ou parasite) subit des modifications de telle sorte que les médicaments utilisés pour soigner l’infection qu’il provoque deviennent inefficaces. Lorsqu’un micro-organisme devient résistant à la plupart des antimicrobiens, il est souvent qualifié d’«ultra-résistant». C’est une situation très préoccupante car une infection résistante peut être mortelle, se propager et coûter très cher aux individus et à la société.

La résistance aux antimicrobiens est un terme général qui désigne la résistance des différents types de micro-organismes et couvre la résistance aux médicaments antibactériens, antiviraux, antiparasitaires et antifongiques.

La résistance aux antimicrobiens est favorisée par une mauvaise utilisation des médicaments, par exemple pour le traitement d'infections virales comme le rhume ou la grippe ou lorsque les patients partagent leur traitement. Le développement et la propagation de la pharmacorésistance sont également favorisés par l’utilisation de médicaments de mauvaise qualité, les prescriptions erronées et la lutte insuffisante contre les infections.

La lutte contre ce phénomène est également freinée par le manque d’engagement des pouvoirs publics, le manque de surveillance et la diminution du nombre d’outils de diagnostic, de traitement et de prévention de la résistance aux antimicrobiens.

Q: Quelle est la différence entre la résistance aux antibiotiques et la résistance aux antimicrobiens?

La résistance aux antibiotiques survient lorsqu’une bactérie ne réagit plus de la même façon lors de l’utilisation d’antibiotiques prescrits pour traiter des infections bactériennes (infections urinaires, pneumonie, infections sanguines) et qu’ils deviennent alors inefficaces.

La résistance aux antimicrobiens est un terme plus général, couvrant la résistance aux médicaments utilisés pour traiter des infections dues aussi à d’autres micro-organismes, comme les parasites (paludisme ou helminthes, par exemple), les virus (VIH, par exemple) ou les champignons (Candida, par exemple).

Liens