Sous la pleine lune, les donneurs de sang affluent par milliers au Sri Lanka

Juin 2014

Pour marquer la Journée mondiale du donneur de sang 2014, des milliers de volontaires se sont présentés à un centre de Colombo (Sri Lanka) à l’occasion de ce qui est présenté comme la plus importante collecte de toute l’Asie du sud.

Les Sri Lankais attachent une importance particulière à l’acte qui consiste à donner son sang. «Parce que la plupart des Sri Lankais sont bouddhistes, le don de sang est un principe largement accepté d’un point de vue religieux et culturel et fortement valorisé», déclare le Dr Namal Bandara, chef de clinique au Service national de transfusion sanguine (NBTS).

Une infirmère au côté d'un donneur de sang au Sri Lanka
OMS

Cette année, le Sri Lanka est le pays hôte de la manifestation mondiale organisée à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang. Cette journée coïncide également avec Poson Poya (la journée de la pleine lune), une fête religieuse annuelle qui marque l’introduction du bouddhisme au Sri Lanka, un moment de célébration et de générosité.

La coutume est déjà établie chez les Sri Lankais de donner leur sang chaque mois à la pleine lune. Différents groupes organisent des collectes ce jour-là dans leurs propres locaux, souvent dans des temples, des écoles ou des universités. Environ 85 % de l’ensemble des dons réalisés au Sri Lanka sont collectés lors de ces séances itinérantes.

Cette année, la collecte de sang du Poson Poya a suscité plus d’enthousiasme encore que d’habitude, avec environ 3000 unités de sang (de quelque 450 ml chacune) collectées en une seule journée au Bandaranaike Memorial International Conference Hall de Colombo.

Les donneurs volontaires non rémunérés sont les plus sûrs

Le Sri Lanka a obtenu un succès remarquable en parvenant à l’autosuffisance en tout juste 10 ans. En 2013, le Service national de transfusion sanguine (NBTS) a collecté plus de 380 000 unités de sang, contre à peine plus de 150 000 unités dix ans plus tôt. Cette année, le NBTS a annoncé que 100 % des dons de sang provenaient de donneurs volontaires non rémunérés – contre 39 % en 2003.

Les donneurs bénévoles réguliers dont le sang est analysé pour y déceler d’éventuelles infections sont la source la plus sûre. L’OMS appelle tous les pays à se procurer, d’ici 2020, 100% de leur sang et de leurs produits sanguins auprès de donneurs volontaires non rémunérés.

Au Sri Lanka, chaque donneur est interrogé et examiné par un médecin avant la collecte. Tous les dons de sang sont testés pour le VIH, les hépatites B et C, la syphilis et le paludisme. Le NBTS est doté d’un système de contrôle de la qualité strict, fondé sur la collaboration avec des laboratoires internationaux pour garantir le respect des normes les plus rigoureuses. Les taux des infections à transmission transfusionnelle sont beaucoup plus faibles chez les donneurs de sang sri lankais que chez ceux des autres pays de la Région.

Un système centralisé pour coordonner l’approvisionnement en sang

Collecte de sang au Sri Lanka
OMS/T. Suveendran

La rapidité avec laquelle le pays a atteint l’autosuffisance s’explique dans une large mesure par la création d’un service national centralisé de transfusion sanguine et par la prise de conscience par la population de la nécessité du don de sang.

«Le Sri Lanka a démontré une volonté politique solide et a su efficacement mobiliser les communautés, ce qui a permis de mettre en place des services de transfusion sanguine complets, coordonnés à l’échelle nationale» explique le Dr Poonam Khetrapal Singh, Directeur régional de l’OMS pour l’Asie du Sud-Est.

Le gouvernement sri lankais prévoit de moderniser encore son système par l’introduction de technologies de pointe comme les banques de sang de cordon ombilical, la collecte de cellules souches et la mise en place d’un réseau informatique reliant toutes les banques de sang.

Parmi les autres innovations lancées par le Sri Lanka en vue de recruter des donneurs figurent : un système de cartes (argent/or/platine) pour récompenser les plus grands donneurs, une page Facebook, une formation gratuite à la réanimation cardiopulmonaire pour les donneurs potentiels, et des bilans de santé annuels.

Le sang sauve la vie des mères

Le thème de la Journée mondiale du donneur de sang 2014 est «Un sang sécurisé pour sauver des mères».

Chaque jour dans le monde, presque 800 femmes meurent de complications survenant pendant la grossesse ou l’accouchement. Les hémorragies sévères pendant ou après l’accouchement sont la première cause de décès maternel. En l’absence de soins, une hémorragie sévère peut entraîner le décès d’une femme en bonne santé en deux heures. L’accès immédiat à du sang sécurisé pouvant être transfusé est essentiel pour sauver ces femmes.

«Depuis 2005, le Sri Lanka a presque divisé par deux son taux de mortalité maternelle, qui est passé à environ 29 décès pour 100 000 naissances vivantes » explique le Dr Firdosi Mehta, représentant de l’OMS au Sri Lanka. «Ce taux, l’un des plus bas de la Région OMS de l’Asie du Sud-Est, témoigne de la qualité des services de santé maternelle de ce pays, y compris du point de vue de l’amélioration de l’accès à un sang sécurisé lors de l’accouchement.»

Partager