Poser un diagnostic rapide est un facteur décisif pour vaincre la tuberculose résistante en République de Moldova

Mars 2014

Bien que Cristina ait présenté des symptômes de pneumonie pendant trois mois, elle n’a cessé de repousser le moment de consulter un médecin, espérant pouvoir se guérir chez elle à l’aide de plantes médicinales.

Même si son assurance-maladie couvre la plupart des services de santé, Cristina, septuagénaire, s’inquiétait des coûts supplémentaires liés aux soins hospitaliers. «Il faut s’y préparer en économisant de l’argent pour le transport, la nourriture et les vêtements à emporter», explique-t-elle.

Finalement, c’est «presque morte», confie-t-elle, qu’elle est allée voir un médecin qui a diagnostiqué une tuberculose et l’a transférée à l’hôpital à Chisinau. Elle a ensuite passé 6 semaines dans le service de soins de la tuberculose, avant que l’on finisse par diagnostiquer une tuberculose multirésistante (tuberculose-MR).

«La rapidité du diagnostic est extrêmement importante pour combattre la tuberculose-MR», indique le Dr Pierpaolo de Colombani de l’équipe d’examen du Programme national de lutte contre la tuberculose, mise en place par le Bureau régional OMS de l’Europe. Dans de trop nombreux cas cependant, le diagnostic est tardif quand il est posé. Selon les estimations de l’OMS, seul un cas sur quatre de tuberculose-MR a été diagnostiqué en 2012.

Le lourd fardeau de la tuberculose-MR

Dépistage de la tuberculose en laboratoire en Moldavie
Dr Valeriu Crudu, Centre PAS

La République de Moldova fait partie des 18 pays prioritaires de la Région européenne pour la lutte antituberculeuse et des 27 pays les plus touchés par la tuberculose-MR dans le monde.

Dans ce pays, près d’un nouveau cas sur trois et deux tiers des patients revenant pour un second traitement ont une tuberculose-MR . La transmission continuelle importante est due à de nombreux facteurs, parmi lesquels des séjours hospitaliers injustifiés et prolongés, une mauvaise lutte contre les infections dans les hôpitaux soignant la tuberculose, la pauvreté, les conditions de vie difficiles et le diagnostic tardif.

Lancement de nouveaux outils de diagnostic

Dans le cadre des principales recommandations faites par l’OMS pour combattre la tuberculose résistante, la République de Moldova introduit de nouveaux outils de diagnostic rapide de la tuberculose-MR sur le lieu des soins. Depuis 2012, des unités Xpert MTB/RIF ont été installées dans 30 services de district et municipaux qui s’occupent de la tuberculose dans le pays.

L’essai Xpert MTB/RIF est un test rapide, précis, capable de détecter en moins de deux heures l’infection tuberculeuse et la résistance à la rifampicine. Contrairement à l’examen classique des frottis au microscope, il peut être pratiqué en dehors des laboratoires conventionnels et ne nécessite pas de formation particulière.

Si Cristina avait pu bénéficier de l’essai Xpert MTB/RIF, elle aurait eu le bon diagnostic dans un délai de quelques jours au lieu de plusieurs semaines. Elle aurait pu alors commencer immédiatement un traitement adapté qui lui aurait donné une meilleure chance de guérison et qui aurait réduit le risque d’infections croisées ou de contaminer d’autres personnes.

«Le système Xpert MTB/RIF a permis d’étendre l’accès aux tests et de raccourcir les délais pour le diagnostic, sans avoir besoin de construire un grand nombre de laboratoires appliquant de strictes normes de sécurité biologique», déclare le Dr Elena Romancenco, chef du Laboratoire national de référence pour la tuberculose à Chisinau.

Couvrir les populations à haut risque

L’an dernier, l’outil a aussi été installé dans tous les sites s’occupant des traitements antirétroviraux contre le VIH, notamment dans la région de Transnistrie et dans les hôpitaux des prisons où le VIH comme la tuberculose ont une fréquence plus élevée que dans le reste du pays.

«La rapidité du diagnostic est extrêmement importante pour combattre la tuberculose-MR»

Dr Pierpaolo de Colombani, Programme de lutte contre la tuberculose de Moldova

«Compte tenu de l’évolution de la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH, le système Xpert MTB/RIF apporte une contribution importante au diagnostic rapide de la tuberculose et raccourcit considérablement le séjour de ces patients avec les autres sujets immunodéprimés dans les services de traitement antirétroviral», indique le Dr Lucia Pirtina, administratrice du Programme national de lutte contre le VIH et directrice adjointe de l’Hôpital national de dermatologie et des maladies transmissibles.

Une organisation non gouvernementale, Act for Involvement, observe aussi les avantages directs de cette nouvelle technologie pour accélérer le diagnostic dans les populations à haut risque, comme les personnes sans domicile fixe et les détenus dans les prisons. «Cet outil a réduit le délai d’obtention des résultats de laboratoire et permet de mettre tout de suite les patients sous traitement», se félicite Lilian Severin, qui dirige Act for Involvement.

Financer le projet

Le financement du lancement initial du système Xpert MTB/RIF a été assuré par un projet couvrant 27 pays et appelé «EXPAND-TB» (Étendre l’accès aux nouveaux diagnostics de la tuberculose), avec des fonds apportés par UNITAID, ainsi que par l’initiative TB REACH financée par le gouvernement canadien.

Le projet EXPAND-TB a également joué un rôle crucial pour développer les capacités du laboratoire national de référence et de deux laboratoires régionaux de référence afin de soutenir la mise en place de l’essai Xpert MTB/RIF.

Le Dr Jarno Habicht, représentant de l’OMS en République de Moldova, pense que le défi majeur sera de maintenir dans les années à venir le système en s’appuyant sur un financement national: «Compte tenu des budgets publics serrés et de la nécessité de fixer les priorités entre des besoins sanitaires en concurrence, ainsi que de la graduation de la République de Moldova, qui finira par sortir des conditions pour bénéficier de l’aide du Fonds Mondial, nous devons trouver des solutions faisables garantissant un accès durable aux technologies et aux ressources essentielles pour alléger le fardeau de la tuberculose dans tout le pays.

Entretemps, le Programme national de lutte contre la tuberculose obtient des succès importants dans l’extension de l’accès aux outils de diagnostic rapide dans tout le pays, en particulier pour le diagnostic primaire de la tuberculose, permettant ainsi à des personnes comme Cristina de bénéficier beaucoup plus vite des soins dont elles ont besoin.

Partager

Liens connexes