Au Soudan du Sud, l’OMS assure l’évacuation des blessés vers les hôpitaux

Janvier 2014

Plus de 2500 personnes ont été blessées au cours de la crise actuelle au Soudan du Sud. L’OMS collabore avec ses partenaires sur le terrain afin que les blessés bénéficient des soins et des fournitures dont ils ont besoin.

En tant que chef de file du groupe sectoriel Santé, l’OMS facilite l’évacuation des blessés vers des hôpitaux, où des soins spécialisés leur sont prodigué. Elle donne également des fournitures médicales et du matériel médical à ses partenaires qui prennent en charge des patients au Soudan du Sud.

Un homme blessé au Soudan du Sud est hopistalisé à l’hôpital de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), à Juba.
OMS/P Ajello

Kuol Fhar, âgé de 28 ans et père de quatre enfants, est assis sur un lit. Alors même qu’il vient juste de subir une opération chirurgicale au bras gauche à l’hôpital de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), à Juba, il affiche un sourire radieux.

Kuol vient du comté d’Ayod, dans l’État de Jonglei, où de violents combats font rage à la périphérie de la ville de Bor. Bien qu’il ne se souvienne pas exactement du moment où il a été évacué par avion vers l’hôpital de Juba, il est heureux d’avoir pu être hospitalisé dans un établissement où il a bénéficié d’un traitement et de soins adaptés.

«Je remercie l’OMS et l’ONU d’avoir organisé mon transport ici, d’avoir fourni des médicaments et de m’avoir permis de changer mon pansement tous les jours. Ainsi, je peux guérir rapidement. Je pourrai bientôt rentrer chez moi et être avec ma famille», ajoute Kuol.

Hospitaliser les patients pour qu’ils bénéficient de soins spécialisés

«Pour chaque patient, on a besoin de gants, de médicaments et d’autres articles pour les pansements. Nous n’aurions pu obtenir rien de tout cela sans l’aide de l’OMS.»

Dr Kouassi Rene Kouame, chirurgien orthopédiste, hôpital de Juba, Soudan du Sud

Depuis le début de la crise au Soudan du Sud, le 15 décembre 2013, l’OMS collabore étroitement avec le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH) des Nations Unies, la MINUSS et les Services aériens d'aide humanitaire des Nations Unies.

Ceux-ci aident leurs partenaires sur le terrain à assurer que tous les patients ayant besoin de soins spécialisés soient évacués vers l’hôpital de Juba et 12 autres hôpitaux où des équipes de chirurgiens de Médecins sans Frontières, du Comité international de la Croix-Rouge et de la MINUSS leur prodiguent des soins essentiels.

L’OMS a apporté des fournitures médicales et du matériel médical pour la prise en charge des blessés pendant la crise et des médicaments pour les personnes atteintes d’autres maladies.

Depuis le début du conflit, plus de 2500 personnes ont été blessées à divers endroits et 120 d’entre elles ont été transportées à Juba pour bénéficier d’une prise en charge médicale et chirurgicale spécialisée.

L’OMS aide les chirurgiens à obtenir des fournitures médicales

OMS/P Ajello

Le Dr Kouassi Rene Kouame, chirurgien orthopédiste à l’hôpital de Juba, aide les patients atteints de traumatismes à se remettre sur pied. «Aujourd’hui, je suis allé chercher des fournitures médicales à l’entrepôt de l’OMS. J’ai pris plusieurs kits et d’autres fournitures médicales, y compris des kits chirurgicaux dont nous avons réellement besoin pour traiter les patients qui ont été amenés ici», dit-il.

«Pour chaque patient, on a besoin de gants, de médicaments et d’autres articles pour les pansements. Nous n’aurions pu obtenir rien de tout cela sans l’aide de l’OMS. Ces articles ne sont jamais faciles à obtenir à Juba, et certains ne sont disponibles que grâce à l’aide de l’OMS», ajoute le Dr Kouassi.

Alors que la crise au Soudan perdure, l’OMS a renforcé les dispositifs d’alerte rapide et de riposte afin que les maladies représentant une menace soient détectées rapidement. L’Organisation a mis au point des lignes directrices sur la prise en charge sanitaire au cours des crises et continue à apporter des fournitures médicales et des médicaments – en coordination avec ses partenaires pour que les services soient disponibles là où les populations en ont le plus besoin.

Partager