Philippines: orienter les personnes blessées à la suite du typhon vers des services spécialisés

Décembre 2013

L'OMS coordonne les équipes médicales nationales et internationales sur le terrain afin qu'elles puissent apporter leur secours aux rescapés du typhon qui en ont besoin.

«Je reçois des textos de mes amis qui me souhaitent bonne chance», déclare Lovely Yape en souriant. La jeune fille de 16 ans, de la ville de Guiuan, attend d’être opérée de sa jambe blessée cette semaine au Vicente Sotto Memorial Medical Center de Cebu aux Philippines.

Lovely a eu la jambe cassée par une branche de cocotier le jour où le typhon Yolanda a frappé Guiuan, sur l’Île de Samar. «J’étais très inquiète, je ne pouvais pas me tenir debout et j’avais très mal», a-t-elle déclaré.

OMS/T. Jasaraevic

Elle a passé deux semaines sans soins médicaux, car Guiuan était l’un des lieux les plus difficiles à atteindre pour les équipes médicales d’urgence nationales et internationales.

Elle a finalement été prise en charge par une équipe belge de Médecins Sans Frontières (MSF) qui soignait sa mère pour des blessures à la tête.

MSF a rapidement contacté le bureau de l’OMS à Cebu pour s’enquérir des différentes possibilités de transfert. «Lorsque nous avons reçu l’appel, nous avons vérifié que l’hôpital de recours de Cebu, le Vicente Sotto Memorial Medical Center, pouvait bien recevoir la patiente», rappelle le Dr Lester Geroy, chef adjoint de l’équipe de l’OMS à Cebu.

Lovely a ensuite été transférée à Cebu par un hélicoptère affrété par MSF et admise à l’hôpital le 26 novembre. Après son opération, il lui faudra trois mois de récupération. Lovely et sa sœur aînée, qui s’occupe d’elle à Cebu, sont impatientes de retourner à Guiuan auprès de leurs amis et de leur famille.

Cebu, plaque tournante des équipes médicales

«Depuis le 8 novembre, nous avons reçu 284 patients en provenance des zones touchées, dont 99 ont été admis pour des soins de longue durée. La majorité des patients étaient blessés, mais dernièrement nous voyons également des patients présentant d’autres problèmes de santé.»

«Nos médecins ont fait des efforts supplémentaires pour pouvoir apporter des soins à toutes les personnes qui nous étaient adressées. Nous avons également envoyé deux équipes médicales de 24 personnes à Tacloban deux jours après la catastrophe», a déclaré le Dr Aquino.

Cebu est devenue une plaque tournante pour plusieurs équipes médicales nationales et internationales en route pour les zones les plus touchées. « Nous avons reçu 38 organisations nationales et 40 organisations internationales travaillant à partir de Cebu ou transitant par Cebu. L’OMS apporte son soutien au Département de la Santé qui coordonne ces équipes», a poursuivi le Dr Geroy.

Partager