Acheminer rapidement les fournitures médicales vers les populations touchées

Novembre 2013

Le gouvernement philippin a créé «un guichet unique» à l’aéroport international de Mactan à Cebu pour assurer la livraison rapide de l’aide qui arrive. Le rôle de l’OMS y est de faciliter la coordination des organisations internationales qui expédient des fournitures médicales aux Philippines.

L’aéroport international de Mactan à Cebu, dans le centre des Philippines, est la plus importante des cinq plaques tournantes pour l’aide humanitaire arrivant dans le pays suite au typhon Haiyan, en provenance chaque jour de 28 pays.

Pour assurer la livraison rapide de l’aide, le gouvernement philippin a ouvert un guichet unique sur la base aérienne, où toutes les formalités et démarches administratives nécessaires pour le dédouanement peuvent avoir lieu.

Coordination de l’aide sanitaire

Des personnels de l’OMS travaillent sur la base aérienne de Cebu aux côtés des  fonctionnaires philippins
OMS/I. Hamam

Le gouvernement philippin a alloué à l’OMS des locaux au sein du guichet unique pour faciliter la coordination avec les organisations internationales livrant des fournitures sanitaires. De là, l’OMS travaille avec plus de 20 organisations afin de coordonner le suivi des livraisons, le dédouanement, le chargement et l’expédition des médicaments et fournitures médicales vers les zones touchées par le typhon.

«Après le typhon, avec l’arrivée massive de l’aide humanitaire, de nombreuses organisations internationales étaient peu habituées aux procédures à suivre pour la livraison des fournitures et leur acheminement vers les zones touchées. Le gouvernement a donc apprécié le rôle de l’OMS dans la coordination de l’ensemble des organisations livrant des fournitures médicales et nous a permis de nous installer au sein du guichet unique dès le départ», déclare Rémy Prohom, logisticien de l’OMS à l’aéroport de Mactan.

Système de suivi en ligne des livraisons

Lors d’une situation d’urgence de cette ampleur, l’un des principaux problèmes consiste à assurer le suivi des quantités considérables de fournitures qui arrivent et à déterminer où elles doivent aller. À mesure que l’aide continue d’arriver des donateurs et de ses partenaires, l’OMS établit un système de suivi en ligne des livraisons afin de pouvoir localiser les fournitures depuis le moment où elles sont envoyées jusqu’au moment où elles sont distribuées à la population touchée.

«Lorsque nous dédouanons des colis et trouvons le meilleur moyen de les acheminer vers les zones touchées, nous savons que nous aidons à sauver des vies.»

Rémy Prohom, logisticien de l’OMS à l’aéroport de Cebu, Philippines

Une fois que les colis ont été dédouanés moyennant les formalités requises, ils sont chargés à nouveau sur les avions, les bateaux ou les camions qui partent en direction des zones touchées comme Tacloban, Roxas et Ormoc. Cette opération doit également être soigneusement coordonnée, car les bases aériennes de certaines zones touchées ne fonctionnent encore qu’à faible capacité en raison des coupures de courant et du manque de locaux de stockage à disposition.

Plus de 24 vols quittent la base aérienne de Mactan chaque jour pour livrer des fournitures sanitaires aux zones touchées. «L’aide envoyée par la communauté internationale est impressionnante», déclare Butch Guevera, porte-parole principal des Forces aériennes philippines.

Plaques tournantes pour l’aide humanitaire de l’OMS

Outre qu’elle facilite le transport et la livraison des fournitures qui arrivent, l’OMS se charge de faire venir des médicaments et du matériel médical à Cebu depuis ses plaques tournantes pour l’approvisionnement humanitaire d’Accra, au Ghana, de Brindisi, en Italie, et de Dubaï, aux Émirats Arabes Unis.

«Nous disposons d’un entrepôt de stockage au port de Cebu pour les fournitures de l’OMS telles que médicaments, kits d’urgence et tentes. Nous les distribuons aux personnels de l’OMS travaillant dans d’autres parties du pays à mesure qu’ils en ont besoin et nous en faisons bénéficier également nos partenaires ayant du personnel sur le terrain», déclare Rémy Prohom.

«En travaillant avec le gouvernement, notre rôle consiste à faire en sorte que l’aide puisse être livrée aux personnes qui en ont besoin sans retard, ni contrainte. Lorsque nous dédouanons des colis et trouvant le meilleur moyen de les acheminer vers les zones touchées, nous savons que nous contribuons à sauver des vies.»

Partager