Philippines: les équipes médicales étrangères collaborent à Ormoc

Décembre 2013

L’hôpital de district d’Ormoc – ville située sur l’île de Leyte dans le centre des Philippines, et touchée par le typhon Haiyan – dispense des services de santé essentiels aux personnes qui en ont besoin grâce à une coopération sans faille entre les équipes médicales de six pays.

«Nous avons un objectif commun – remettre en état toutes les fonctions de notre hôpital et réparer les dégâts.»

Quelques jours seulement après le typhon, des équipes médicales de la Croix-Rouge canadienne, de Mercy Malaysia, de Médecins Sans frontières Holland, de la Croix-Rouge norvégienne et de l’aide humanitaire suisse ont planté leurs tentes en face de l’hôpital pour aider des agents de santé philippins à soigner les blessés. La direction de l’hôpital a rapidement affecté les équipes à différentes zones, en fonction de leurs compétences et de leur matériel et organisé le travail de la façon la plus efficace.

OMS/T. Jasarevic

«Il est très intéressant de travailler avec les autres équipes. Nous apprenons beaucoup les uns des autres», déclare Nur Hayati, administrateur de programme de l’équipe Mercy Malaysia, qui gère le service urgence et les soins ambulatoires. «Nous apprécions le rôle de chef de file joué par la direction de l’hôpital car la coordination d’un aussi grand nombre d’équipes ne doit pas être facile.»

Des dégâts importants

L’hôpital de district d’Ormoc est le principal établissement de recours de la zone, avec plus de 100 lits. Lorsque le typhon a frappé, personne ne pouvait imaginer l’étendue des dégâts. «Je revenais de mon travail ce matin-là et ma camionnette a commencé à trembler sur la route à mesure que le vent forcissait», se souvient Cristopher Malinao, un infirmier travaillant dans la salle de soins postopératoires désormais installée sous une tente gérée par la Croix-Rouge canadienne.

«Une partie de la toiture s’est envolée, aussi nous avons déménagé 78 malades dans une autre partie du bâtiment protégée du vent. Puis le vent s’est calmé et nous avons pensé que c’était terminé. En fait, nous étions dans l’œil du typhon, c’est pourquoi lorsque le vent a repris il était beaucoup plus fort et venait de la direction opposée, arrachant au passage le reste de la toiture; nous avons alors dû déménager à nouveau les malades dans la zone de l’administration centrale», explique-t-il.

Tous les services ont été gravement endommagés. Lorsque les équipes médicales étrangères sont arrivées, on leur a demandé non seulement de dispenser des services de santé coordonnés mais aussi de prendre part à la reconstruction de l’hôpital, sur le plan logistique en recrutant des travailleurs et en organisant la distribution des matériaux. Pour vérifier que le travail est effectué correctement, un ingénieur de l’hôpital surveille les travaux de reconstruction menés par les différentes équipes dans les diverses parties de l’hôpital.

La coordination des équipes, un défi

La ville d’Ormoc, avec ses 200 000 habitants a pris le typhon de plein fouet. Plus de 5000 personnes ont été soignées pour leurs blessures, ce qui représente environ six consultations sur 10 depuis le typhon. D’autres problèmes de santé comme la pneumonie, la fièvre ou la diarrhée ont également été pris en charge.

Le niveau d’aide médicale a été considérable. Depuis le typhon, 38 équipes médicales étrangères et 21 équipes nationales se sont rendues à Ormoc pour dispenser des soins salvateurs. Beaucoup sont déjà reparties mais de nouvelles équipes arrivent encore. Comme à l’hôpital de district d’Ormoc, la coordination de l’ensemble des partenaires sur les différents sites de la ville est essentielle.

«Le premier jour, les autorités sanitaires ont établi un centre de commandement chargé d’inscrire les organisations souhaitant dispenser des services de santé», déclare Craig Hampton, Chef d’équipe pour l’OMS à Ormoc, qui aide le Département de la Santé à coordonner l’action. «Nous sommes ici pour aider les responsables de la santé à répartir l’aide sanitaire qui arrive de la façon la plus efficace. Nous renforçons également nos capacités de surveillance des maladies et de riposte.»

La vie à Ormoc commence à redevenir normale, avec la réouverture des banques et des restaurants et le rétablissement de l’électricité. Les responsables de la santé espèrent que les équipes médicales d’autres régions des Philippines et de l’étranger resteront suffisamment longtemps pour rétablir le niveau de soins qui existait avant le typhon.

Partager