Éliminer la rougeole et renforcer les services de santé au Cambodge

Avril 2013

En dix ans, le Cambodge est parvenu à vacciner de plus en plus d’enfants contre la rougeole et à améliorer l’accès à d’autres services sanitaires.

Deux fois plus d'enfants vaccinés

Le nombre d’enfants vaccinés contre la rougeole au Cambodge a pratiquement doublé en dix ans depuis l'an 2000. Cependant en 2011, 20% des enfants du pays ne reçevaient toujours pas le premier des deux vaccins dont ils ont besoin pour être protégés contre la rougeole.

Activité de vaccination en milieu rural au Cambodge permettant de toucher des populations jusque là oubliées
OMS/R. Duncan

En 2011, l’OMS a aidé le Programme national de vaccination du Cambodge à mettre en œuvre deux campagnes contre la rougeole sur l’ensemble du pays, afin de contrôler le statut de la vaccination chez les femmes et les enfants et d’établir la cartographie des communautés risquant le plus de rester à l’écart en termes de vaccination.

Il s’agissait pour la plupart de personnes pauvres, dont une grande partie appartenait à des minorités ethniques ou à des populations de migrants internes, des groupes qui ont souvent éprouvé des difficultés d’accès aux services de santé courants.

Il est devenu clair que le programme devrait redoubler d’efforts et procurer sur place le vaccin aux enfants qui n’étaient pas en mesure de se rendre dans les centres de santé afin d’y être vaccinés.

1600 communautés où les enfants ne recevaient pas de vaccins ont été identifées et un système de liaison entre les centres de soins et des personnels de santé volontaires mis en place.

«De nombreuses communautés que ne recevaient pas de visites de santé sur le terrain, bénéficient à présent de services réguliers.»

Dr Chham Samnang, Administrateur technique de l’OMS au Cambodge

Atteindre chaque communauté

Le personnel des centres de soins communique avec les volontaires sur place par téléphone portable. Les volontaires, quant à eux, tiennent la communauté informée des prochaines sessions de vaccination contre la rougeole.

Celles-ci ont souvent lieu sur une place de village ou dans la demeure du chef de village. Les volontaires aident les centres de soins à mobiliser les mères afin qu'elles participent plus nombreuses aux sessions avec leurs enfants.

Invitation à une session de vaccination en milieu rural au Cambodge
OMS/R. Duncan

Lorsque les enfants se présentent pour recevoir le vaccin contre la rougeole, les autorités de santé contrôlent s’ils ont été vaccinés contre d’autres maladies. Ils peuvent alors veiller à ce que les enfants concernés rattrapent les vaccins manqués.

Cette nouvelle stratégie cherche à «atteindre chaque communauté» et permet tout aussi bien d’étendre la couverture vaccinale que d’améliorer la prestation des services de santé en général. Les nouvelles directives du ministère de la santé du Cambodge proposent d’intégrer d’autres services de santé aux vaccinations sur le terrain.

«La nouvelle approche adoptée par le Programme national de vaccination, axée sur la prestation de services de vaccination aux communautés les plus à risque, a un impact réel» a déclaré le Dr Chham Samnang, Administrateur national technique de l’OMS pour les communautés à haut risque et l’élimination de la rougeole. «Les services de santé sur le terrain apportés à ces communautés s’améliorent, et de nombreuses communautés ne recevant pas de visites de santé sur le terrain auparavant, bénéficient à présent de services réguliers.

Des personnels plus qualifiés

Les personnels des centres de santé sont aujourd’hui mieux qualifiés pour identifier ces communautés, leur fournir des services et y surveiller les niveaux de vaccination; les liens établis avec les volontaires dans les villages ont en outre un effet bénéfique sur la santé des communautés, au-delà de la seule vaccination.»

Les programmes de vaccination donnent aux personnels de santé la possibilité de fournir aux populations d’autres services importants, tels que les soins prénatals et les consultations postnatales pour les mères, dans le cadre desquelles des conseils en matière de contraception peuvent être prodigués. Ils permettent également d’éduquer des familles au sujet des infections des voies respiratoires chez l’enfant et de distribuer de la vitamine A, des sels de réhydratation orale et du zinc, en traitement de la diarrhée.

Au Cambodge, en milieu rural, une enfant est vaccinée pendant une campagne de vaccination.
OMS/R. Duncan

Le Professeur Sann Chan Soeung, Conseiller auprès du ministère de la santé cambodgien, reconnaît qu’il existe des difficultés à intégrer d’autres services de santé aux vaccinations systématiques, mais remarque: «ce que nous faisons actuellement représente une étape transitoire vers la couverture sanitaire universelle.»

En un an, à la fin 2012, le Programme national de vaccination du Cambodge n’a signalé aucun cas de rougeole, ce qui représente un recul de 700 cas par rapport à 2011. Et les bénéfices en matière de santé au sens large durent encore.

«De nombreuses communautés ne recevant pas de visites de santé sur le terrain auparavant bénéficient à présent de services réguliers», déclare le Dr Chham Samnang, Administrateur national technique de l’OMS pour les communautés à haut risque et l’élimination de la rougeole.

Partager