La Thaïlande enregistre des progrès dans sa lutte contre le diabète


12 novembre 2012

Peerada Quanpet est une étudiante en médicine de 26 ans vivant à Bangkok, en Thaïlande. Il y a quatre ans, on a diagnostiqué chez elle un diabète et de l’hypertension.

OMS/Giulio di Sturco

«Je souffrais d’obésité lourde et je ne faisais aucun exercice physique» dit-elle. «Si je regarde en arrière, mon régime alimentaire était vraiment mauvais. Je ne buvais que des boissons sucrées et je me nourrissais de repas rapides et de sucreries.»

Le rappel à l’ordre est arrivé en 2010. À l’âge de 24 ans, elle a subi deux AVC qui l’ont laissée avec une hypoacousie et une paralysie partielle du visage.

En Thaïlande, près d’un adulte sur 13 est diabétique

En Thaïlande, le diabète prend de plus en plus la dimension d’un défi pour la santé publique. Près d’un adulte thaïlandais sur 13 est porteur d’un diabète, une maladie que l’on contracte pour la vie entière, qui accroît le risque d’attaque cardiaque et d’AVC à un âge précoce et peut conduire à un décès prématuré. Avec le temps, les diabètes peuvent endommager le cœur, les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins et les nerfs. Ils exacerbent aussi les effets de maladies infectieuses comme la tuberculose, le paludisme et le VIH/sida.

Une campagne nationale de dépistage

OMS/MoH Thailand

Jusqu’à récemment, nombre de personnes diabétiques en Thaïlande, principalement dans les zones rurales, n’avaient aucune idée de leur état.

Cette situation a évolué néanmoins en 2009 avec le lancement par le gouvernement d’une campagne nationale de dépistage des diabètes et de l’hypertension à l’intention des personnes de 35 ans et plus, bénéficiant du soutien technique de l’OMS. Fin 2011, plus de 90% de ces personnes avaient été testées.

«Cette campagne de dépistage a fortement contribué à sensibiliser le public à l’ampleur du problème lié aux diabètes en Thaïlande » indique le Dr Maureen Birmingham, représentante de l’Organisation mondiale de la Santé dans ce pays. « Nous avons découvert que 1,5 millions de personnes étaient à risque pour ces maladies et plus de 350 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués.

Toutes les personnes que le programme de dépistage a permis récemment de diagnostiquer comme diabétiques ont été traitées et ont reçu des soins appropriés.

Un diabète apparaît lorsque l’organisme ne produit pas assez d’insuline (l’hormone qui régule le taux de sucre dans le sang) ou lorsqu’il ne peut utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. La réponse de l’organisme à cet excès de glucose sanguin consiste à tenter de s’en débarrasser en urinant fréquemment. Dans la langue thaï, les diabètes sont appelés «maladies de l’urine sucrée». Dans les zones rurales, il est fréquent que les villageois prennent conscience de la présence de la maladie en observant des rassemblements de fourmis autour de leurs toilettes extérieures.

Régime alimentaire équilibré et activité physique

Pour prévenir et combattre la maladie, le gouvernement thaïlandais a mis au point une stratégie visant à promouvoir un régime alimentaire équilibré et l’activité physique. Cette stratégie s’efforce également d’apporter un soutien social et psychologique aux personnes diabétiques. Tous les régimes publics de sécurité sociale couvrent les soins coûteux que nécessitent ces maladies chroniques.

OMS/Giulio di Sturco

Au départ, Preerada s’est sentie anéantie par le diagnostic. Maintenant cependant, elle fait face à la maladie et s’efforce de modifier son mode de vie pour prévenir d’autres problèmes de santé.

Elle ne prend plus ses repas dans la restauration rapide, mange davantage de fruits et de légumes frais et boit de l’eau au lieu de boissons sucrées. «Je vais aussi à la salle de sports quelques fois dans la semaine», dit-elle fièrement. «C’est le seul moyen que j’aie de contrôler ma maladie.»

Partager

Liens connexes