Retour à la maison après un test de dépistage du virus Ebola négatif

Août 2012

OMS/B. Sensasi

Une flambée de fièvre hémorragique à virus Ebola survenue en Ouganda, dans le district de Kibaale, à environ 220 km à l’ouest de la capitale Kampala en juillet-août 2012 a affecté beaucoup de gens.

Le virus Ebola peut entraîner une fièvre hémorragique grave, mortelle jusque dans 90% des cas. Bien que les origines du virus ne soient pas encore parfaitement connues, on sait qu’il provient des forêts tropicales humides d’Afrique centrale. L’homme est souvent infecté après un contact avec des animaux infectés tels que des primates, et transmet ensuite le virus par ses liquides corporels.

Les symptômes sont les suivants: fièvre, extrême faiblesse, myalgies, suivies de vomissements, de diarrhée, d’une éruption cutanée, d’une insuffisance rénale et hépatique, et dans certains cas, d’hémorragies. Il n’existe jusqu’ici pas de traitement ou de vaccin contre le virus Ebola.

L’OMS aide les pays qui connaissent des flambées de virus Ebola en fournissant des compétences et une documentation pour faciliter les investigations et la maîtrise des flambées et mieux coordonner la riposte.

Magdalena Nyamurungi*, qui vit dans le district de Kibaale et est tombée malade au moment de la flambée, était un cas présumé d’Ebola. Elle a été placée en isolement à l’hôpital de Kagadi pour des tests et des soins. Les analyses de laboratoire ayant montré que Magdalena n’était pas infectée, l’OMS et ses partenaires l’ont soutenue à son retour dans sa communauté. Voici le récit de son retour à la maison.

* nom modifié pour préserver l’anonymat de la personne

Photo-reportage

Liens

Ressources documentaires