Pakistan: assurer des secours sanitaires aux populations déplacées

Juillet 2009

Jeune pakistanaise dans un camp de réfugiés
Jan Brouwer/OMS

Les violences au nord-ouest du Pakistan ont entraîné des déplacements de population sans précédent dans l’histoire du pays.

Environ deux millions de personnes ont été contraintes d’abandonner leur foyer dans la vallée de Swat ainsi que dans d’autres régions.

Soixante pour cent des infrastructures sanitaires ont été touchées et la totalité du secteur privé, qui fournissait la plupart des services de santé, a dû fermer ses portes en raison du conflit.

En cas de crise, il est essentiel d’assurer la sécurité des structures sanitaires et de disposer rapidement d’agents de santé pour soigner les blessés, éviter la propagation des maladies et dispenser des soins à ceux qui en ont besoin, comme l'a souligné la campagne de l’OMS menée en 2009 à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé sur le thème «Sauver des vies: assurer la sécurité des hôpitaux dans les situations d’urgence».

L’OMS travaille en coopération avec plus de quarante partenaires locaux et internationaux pour assurer des secours sanitaires, notamment en vue de reconstruire durablement plus de quatre-vingt installations de santé ayant été détruites.

Elle doit aussi fournir des médicaments et des ambulances, prévenir les flambées de maladie, faire face à la pénurie d’agents de santé, en particulier de personnel féminin, et répondre aux besoins de santé quotidiens des populations puisque la vie continue dans les camps de déplacés.

Ce reportage photo montre la situation critique dans laquelle se trouvent les populations déplacées et les efforts déployés pour protéger leur santé aujourd’hui et dans l’avenir.

Photo-reportage

Liens

Ebola: ce que vous devez savoir en voyage

Ressources documentaires