Namibie: les avantages d'un accès rapide aux traitements antirétroviraux

Août 2009

Le Dr Kevin De Cock de l’OMS rend visite à une femme séropositive dans un hôpital namibien
OMS/James Oatway

"Un accès plus rapide et plus étendu aux traitements antirétroviraux (ARV) en Namibie est bénéfique pour les patients séropositifs", a reconnu le Directeur du département OMS/sida Dr Kevin De Cock, lors de sa visite à l’hôpital public de Katutura à Windhoek en Namibie.

Grâce au développement des traitements ARV, la plupart des patients venant se faire traiter pour le VIH dans l’établissement de Katutura sont pris en charge en consultation externe. Dans leur majorité, les malades hospitalisés sous ARV, avaient l’air bien, a relevé le Dr De Cock, ce qui montre l’intérêt d’un accès rapide à la thérapie antirétrovirale.

La Namibie a l’un des taux de prévalence du VIH les plus élevés au monde, avec 15,3% de la population adulte touchée, selon les estimations. Fin 2007, quelque 52 000 personnes étaient sous ARV.

Notre reportage décrit un programme de traitement antirétroviral dans un hôpital et ses retombées pour la santé de la population locale.

Photo-reportage

Liens

Ebola: ce que vous devez savoir en voyage

Ressources documentaires