Le Secrétariat de la Convention salue la 50e mission d’évaluation des besoins pour la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS qui se conclut en Zambie

Secrétariat de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac

La 50e mission d'évaluation des besoins pour la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (la Convention-cadre de l’OMS) vient de conclure sa visite en Zambie, marquant une étape importante des efforts visant à aider les Parties à satisfaire à leurs obligations aux termes du traité.

L'équipe internationale, dirigée par le Secrétariat de la Convention, et composée de représentants de l’OMS et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), s’est rendue en Zambie afin de travailler en collaboration avec des agents du ministère de la Santé et d'autres ministères et organismes publics. La mission a également rencontré les parties prenantes nationales, le bureau de pays de l’OMS et les membres de l’équipe de pays des Nations Unies en vue d'identifier les besoins et les obstacles liés à la mise en œuvre du traité, de discuter des mesures pouvant contribuer à la faire avancer, et de définir les rôles et les responsabilités de chacun des différents secteurs.

La visite a pris fin le 24 novembre 2017, huit ans après la première mission d'évaluation des besoins conduite au Lesotho en octobre 2009.

Les évaluations des besoins sont menées à la demande des Parties sous la forme d’une activité conjointe entre le Secrétariat de la Convention et les ministères de la Santé. Alors que les mesures antitabac efficaces sont désormais clairement identifiées, certaines Parties font encore face à des obstacles entravant leur mise en œuvre pleine et entière. Il en ressort un besoin de mesures personnalisées pour les aider. Les évaluations des besoins sont venues combler ce manque important.

« Les exercices d'évaluation conjointe des besoins pour la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS ont été une source d'aide essentielle pour les Parties au traité à revenu faible et intermédiaire et ils constituent l’un des mécanismes d'assistance aux Parties les plus importants », a souligné le Dr Vera Luiza da Costa e Silva, Chef du Secrétariat de la Convention. « Telle la marée montante qui soulève tous les bateaux, ce processus aide la Partie individuellement mais il contribue également à renforcer l’efficacité du traité à travers le monde entier. »

L’OMS, le PNUD, la Banque mondiale ainsi que les équipes de pays des Nations Unies dirigées par le coordonnateur résident des Nations Unies ont participé aux missions d'évaluation des besoins. Ces missions promeuvent l’inclusion de la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS dans le programme national de santé et de développement et dans le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement.

Elles ont aussi eu des bénéfices inattendus. Des rencontres en personne ont été organisées non seulement avec les ministres de la Santé mais aussi avec d’autres personnalités importantes telles que des chefs d’État et d'autres ministres. Cela a grandement favorisé l'inclusion de la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS à l’ordre du jour dans de nombreux pays, tout en renforçant l’adhésion politique et accroissant la visibilité et le niveau de priorité du traité dans le programme des gouvernements.

Les missions d'évaluation des besoins ont également participé à des efforts majeurs tels que la création de groupes de travail intraministériels afin de garantir la mobilisation de tous les grands ministères, dont ceux des Finances, de l’Agriculture et des Douanes.

Dans le cadre de l’exercice d’évaluation des besoins, une assistance initiale après l'évaluation des besoins a été fournie aux Parties en fonction des besoins et des priorités identifiés lors de la mission.

Des avancées majeures ont été obtenues à la suite des évaluations des besoins telles que l’adoption de nouvelles lois, l'augmentation de la taxation du tabac et la création d’un fonds de promotion de la santé rattaché à la mise en œuvre de la Convention-cadre ainsi que la mise en place d'un programme de lutte antitabac doté d'un budget dédié et de personnel à temps complet.

L'évaluation officielle portant sur les processus et résultats de l’exercice d'évaluation des besoins rejoint les observations et commentaires empiriques reçus par le Secrétariat de la Convention. Dans la plupart des cas, les missions se sont révélées être des outils de défense de la lutte antitabac sans pareil, et elles ont clairement permis de promouvoir la coopération multisectorielle à l’échelle nationale pour la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’OMS.

Au regard de ces résultats positifs, la Conférence des Parties, l’organe directeur de la Convention-cadre de l’OMS, a confié au Secrétariat de la Convention la mission de poursuivre la réalisation de missions d'évaluation des besoins en utilisant des ressources extrabudgétaires. La méthodologie mise en place s’est avérée bénéfique pour les Parties de toutes les régions de l’OMS, indépendamment de leur niveau de développement.

Initialement financées par le Secrétariat de la Convention lors de la phase pilote, les missions d'évaluation des besoins se sont depuis intensifiées grâce au soutien généreux de l’Australie, de l’Union européenne et du Royaume-Uni. La Norvège annonce également sa volonté d'apporter prochainement son aide à cet exercice important.