Bibliothèque électronique de données factuelles pour les interventions nutritionnelles (eLENA)

Moustiquaires imprégnées d’insecticide pour la prévention du paludisme et de l’anémie chez les femmes enceintes

Les femmes enceintes sont particulièrement exposés au paludisme, car la grossesse affaiblit leur système immunitaire, ce qui accroît leur risque d’être infectées par le parasite du paludisme et de tomber malades, d’être atteintes d’anémie ou d’une maladie grave et d’en mourir. Le paludisme augmente le risque d’avortement spontané, de fausse couche, d’accouchement prématuré et de faible poids de l’enfant à la naissance, qui est la première cause de mortalité des enfants.

Les données factuelles montrent que si, dans les zones d’endémie palustre, les femmes enceintes dorment sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide (un pyréthrinoïde, en général), cette précaution a un effet bénéfique sur leur santé, ainsi que sur celle du fœtus et du nouveau-né.

Pour que toutes les personnes vivant dans les zones à risque puissent disposer de moustiquaires imprégnées d’insecticide, l’utilisation d’une moustiquaire pour deux personnes est recommandée. Si ce n’est pas possible, l’OMS recommande de fournir en priorité des moustiquaires imprégnées d’insecticide à toutes les femmes enceintes vivant dans les zones où le taux de transmission du Plasmodium falciparum est stable (élevé). Il convient d’encourager l’utilisation de ces moustiquaires tout au long de la grossesse et pendant la période qui suit l’accouchement (postpartum), afin de réduire les effets délétères du paludisme, tels que l’anémie.

Documents OMS


Données factuelles


Revues Cochrane
Autres revues systématiques
Essais cliniques
Partager

Dernière mise à jour:

23 septembre 2012 13:27 CEST

Intervention de catégorie 2

Des travaux de recherche approfondis sont en cours, mais aucune directive récente approuvée par le Comité d’examen des directives de l’OMS n’est encore disponible.